Gestion de la truite arc-en-ciel au Québec


La truite arc-en-ciel est un salmonidé originaire de la côte ouest de l'Amérique du Nord.
Elle a été introduite au Québec à la fin du 19e siècle au plus grand plaisir des pêcheurs sportifs.

En vertu du Règlement sur l'aquaculture et la vente des poissons (RAVP), plusieurs lacs et cours d'eau du sud-ouest de la province sont ensemencés en truites arc-en-ciel. Cependant, bien qu'il soit interdit d'introduire cette espèce dans les plans d'eau situés dans l'est de la province (zonage aquacole de la Truite arc-en-ciel (Format PDF, 499 ko), on l'y capture aujourd'hui dans une cinquantaine de rivières.

Des études scientifiques ont récemment permis de définir le processus de propagation de la truite arc-en-ciel dans les rivières à saumon de l'est du Québec. Elles ont démontré son impact négatif sur l'omble de fontaine et le saumon atlantique, deux salmonidés indigènes et emblématiques du Québec.

Pour assurer une saine gestion de la truite arc-en-ciel au Québec, on doit donc prendre en compte à la fois la préservation et l'importance socioéconomique des espèces fauniques indigènes, ainsi que les retombées associées à la production piscicole et à la pêche de cette espèce.

Voir aussi :

Suivi de la truite arc-en-ciel dans l'est du Québec

Afin de mieux documenter la propagation de la truite arc-en-ciel dans les rivières de l'est du Québec, le Ministère a mis sur pied en 2010 un suivi des captures basé sur la déclaration volontaire des pêcheurs sportifs. En cinq ans, ce suivi a permis d'enregistrer tout près de 450 truites arc-en-ciel provenant d'une trentaine de rivières, auxquelles s'ajoutent 410 observations et captures réalisées lors de l'opération des passes migratoires, des décomptes en apnée et des inventaires menés par le personnel du Ministère.

Après une pause d'un an en 2015, le suivi annuel des captures de truite arc-en-ciel est de retour. Lors de votre pêche, si vous capturez un spécimen de truite arc-en-ciel, déclarez-la dans l'une des stations d'enregistrement qui ont été mises en place dans la plupart des postes d'accueil des rivières à saumon et dans certains bureaux du Ministère.

Rappelons que le suivi annuel des captures de truite arc-en-ciel permet de mieux documenter l'évolution de la dispersion de cette espèce non indigène dans les rivières de l'est de la province et qu'il cible spécifiquement cinq régions du Québec : Bas-Saint-Laurent, Gaspésie, Capitale-Nationale (à l'est de la rivière Sainte-Anne), Saguenay-Lac-Saint-Jean et Côte-Nord.

Résultats des saisons antérieures

Augmentation de la limite de prise et de possession

Depuis le 1er avril 2014, la réglementation de pêche pour la truite arc-en-ciel permet de pêcher davantage cette espèce. Cette mesure a pour objectif de diminuer le nombre de spécimens qui risqueraient de se disperser et de s'établir dans les plans d'eau non visés par un ensemencement.

Ainsi, dans l'est et le nord du Québec et dans l'ensemble du Saint-Laurent, aucune limite de capture n'est en vigueur. Dans les autres régions, la limite est fixée à 10 truites arc-en-ciel par jour (attention : une limite plus restrictive peut s'appliquer dans certains territoires fauniques structurés).

Limite de prise et de possession par zones de pêche

Zones de pêche
Limite de prise et de possession
1, 2, 3, 7, 8 (portion fluviale seulement), 12, 14, 16, 17, 18, 19 sud A, 19 sud B, 20, 21, 27, 28 et 29
Aucune limite (prélèvement ilimité)
4, 5, 6, 8, 9, 10, 11, 13, 15 et 26
10
25
5

Carte sur les zones de pêche