Santé des oiseaux sauvages au Québec



 

Les mesures de surveillance de l'influenza aviaire mises en place à l'échelle canadienne ont permis de déceler la présence du virus de type H5 chez des oiseaux sauvages en santé présents sur le territoire québécois en octobre 2005. Cette découverte était prévisible, car les oiseaux sauvages sont reconnus pour être une source de transmission de ce virus. Les tests effectués au laboratoire de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) à Winnipeg ont permis de confirmer qu'il s'agissait d'un virus faiblement pathogène.


Les spécialistes maintiennent que la santé des oiseaux sauvages n'est pas affectée. Il n'y a donc pas d'épidémie d'influenza aviaire et la situation actuelle ne représente pas de danger pour la santé humaine. Selon eux, cette découverte fait la démonstration que les mesures de surveillance en place sont efficaces et appropriées.

La surveillance de l’influenza aviaire au sein des populations sauvages se poursuit d’ailleurs encore en 2006 avec le programme de Surveillance intégrée de l’influenza aviaire au Québec, et les résultats de cette surveillance sont disponibles en ligne sur le site du MAPAQ.

Cette information interpelle le MFFP parce qu'elle touche directement certaines de ses clientèles, à savoir les chasseurs et les adeptes d'activités de plein air.

Recommandations aux chasseurs

Rappelons qu'aucun cas de transmission de l'influenza aviaire entre des oiseaux sauvages infectés et des humains n'a été signalé.

Le MFFP rappelle, aux adeptes des activités de chasse et de plein air, les mesures habituelles de précaution relatives à la manipulation, la préparation et la conservation de la viande de gibier. D'une part, il faut porter des gants lors de la manipulation, de l'éviscération et de l'écorchage du gibier, se laver les mains et nettoyer les surfaces et les instruments qui ont été en contact avec les oiseaux sauvages, pour éviter de contaminer d'autres produits de consommation.

Il est également recommandé de conserver la viande de gibier à des températures sécuritaires qui empêchent la croissance des bactéries, soit inférieures à 4°C, et de faire cuire la viande jusqu'à ce que la température de cuisson atteigne 77°C. En effet, faire cuire la viande adéquatement est un moyen efficace d'éliminer tout virus qui pourrait être présent.

Voir également