Aménagement écosystémique : au coeur de la gestion des forêts

Certification forestière

Critères et indicateurs de l'ADF

Droits consentis

Règlement sur l'aménagement durable des forêts

Gestion environnementale

Gestion intégrée des ressources et du territoire

Main-d'œuvre en aménagement forestier

Objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier

Planification forestière

Règlement sur les normes d'intervention dans les forêts du domaine de l'État

Stratégie d'aménagement durable des forêts












Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 




Projet d'aménagement écosystémique dans la réserve faunique des Laurentides

En 2006, dans la foulée des actions visant à implanter l'aménagement écosystémique en forêt publique, un projet pilote a été mis en œuvre dans la réserve faunique des Laurentides. Ce projet, qui était mené par le Ministère, a pris fin en décembre 2010.

Objectifs

Le projet d'aménagement écosystémique dans la réserve faunique des Laurentides visait les objectifs suivants :

  • tester la faisabilité de l'aménagement écosystémique en vue d'une application sur tout le territoire québécois :
    • dresser une liste des enjeux du territoire,
    • réaliser des portraits de la situation relativement aux enjeux identifiés,
    • forger des consensus autour des enjeux,
    • développer des solutions aux problématiques liées aux enjeux,
    • mesurer les impacts écologiques, économiques et sociaux;
  • développer et tester des outils de mise en œuvre de l'aménagement écosystémique;
  • développer une approche en matière d'acceptabilité sociale.

Structure

La Table des partenaires, pilotée par le Secteur des forêts du Ministère, était l'entité décisionnelle du projet. Elle était composée d'environ 25 groupes ou organismes ayant des intérêts dans la réserve faunique des Laurentides. Participaient aussi aux travaux de la Table des partenaires, des représentants des domaines de la faune et des forêts du Secteur des opérations régionales du Ministère, du Bureau du forestier en chef et du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Plusieurs comités ont été formés dans le cadre de ce projet. Un comité de coordination régissait l'organisation du projet, tandis qu'un comité scientifique sur les enjeux de la biodiversité et un comité d'experts sur les solutions assistaient la Table des partenaires dans son travail.

Territoire

La réserve faunique des Laurentides se trouve à environ 80 km au nord de la ville de Québec entre les régions de la Capitale-Nationale et du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Elle est bordée à son extrémité sud par le parc national de la Jacques-Cartier et, à l'est, par le parc national des Grands-Jardins. Son territoire montagneux couvre près de 7 860 km2. En plus des activités de récolte forestière, on y pratique la chasse, la pêche et plusieurs activités de plein air, notamment la randonnée pédestre, le ski de fond, le séjour en chalet et la motoneige.

Réalisations

Le projet pilote de la réserve faunique des Laurentides a permis de vérifier la faisabilité et la pertinence d'appliquer l'aménagement écosystémique dans l'ensemble du Québec. Le rapport de la Table des partenaires, publié en 2009, fait état des travaux accomplis et des recommandations émises. Deux comités d'experts ont collaboré au projet et ont déposé divers documents.

Rapport de la Table des partenaires

En septembre 2009, les membres de la Table des partenaires ont présenté aux autorités du Ministère le Rapport du projet de développement d'une approche d'aménagement écosystémique dans la réserve faunique des Laurentides (Format PDF, 8,91 Mo). Dans ce rapport, les 22 partenaires, provenant de l'industrie forestière, du milieu régional et de groupes environnementaux ou d'utilisateurs du territoire, ont uni leurs voix pour recommander aux autorités du Ministère que l'aménagement écosystémique des forêts soit déployé à l'échelle du Québec. L'expérience menée sur le territoire de la réserve faunique des Laurentides a été concluante quant à la pertinence et à la faisabilité de l'aménagement écosystémique.

Conformément au mandat initialement confié en 2006, le rapport présente un ensemble de recommandations pour étoffer la mise en œuvre de l'aménagement écosystémique. Il décrit également plus en détail le projet comme tel, ses objectifs, sa structure de fonctionnement et l'approche par enjeux et solutions mise de l'avant. Plusieurs outils ont été développés dans le cadre de ce projet, ils sont aussi détaillés dans les annexes du rapport.

Ce document est accompagné de 11 annexes :

La Table des partenaires a poursuivi ses travaux jusqu'en décembre 2010. Les membres ont alors pu soumettre à la ministre des Ressources naturelles et de la Faune une dernière recommandation concernant l'intégration de l'intensification de la sylviculture à l'aménagement écosystémique (Format PDF, 12 Ko).

Rapport du Comité scientifique

En 2010, le Comité scientifique sur les enjeux de la biodiversité a publié le rapport Enjeux de biodiversité de l'aménagement écosystémique dans la réserve faunique des Laurentides - Rapport final du comité scientifique (Format PDF, 5,72 Mo) et des annexes (Format PDF, 14,4 Mo) qui présentent les principes généraux de l'aménagement écosystémique, les enjeux déterminés par le comité, quelques pistes de solution et des recommandations. Il s'agit d'une version revue et améliorée du rapport préliminaire publié en 2007. Dans son rapport, le comité identifie et analyse près de soixante enjeux liés à la biodiversité et il signale une vingtaine d'enjeux prioritaires. Les enjeux s'expriment à différentes échelles; certains ont une portée très limitée, d'autres sont englobants, ce qui permettra de traiter plusieurs enjeux simultanément. Les enjeux touchent différents thèmes, notamment :

  • la modification des stades de développement;
  • la modification de la composition végétale;
  • la simplification des peuplements;
  • la perte d'intégrité des milieux humides et riverains;
  • le milieu aquatique.

Documents du Comité d'experts sur les solutions

En novembre 2009, le Comité d'experts sur les solutions a publié une série de fiches techniques (Format PDF, 1,83 Mo) qui présentent des solutions permettant de répondre aux enjeux associés à l'aménagement écosystémique dans la réserve faunique des Laurentides. Puisque ce territoire se trouve en majeure partie dans le domaine de la sapinière à bouleau blanc de l'Est, les solutions proposées doivent donc être considérées dans cette perspective.

Les fiches techniques produites dans le cadre du projet de la réserve faunique des Laurentides sont un bon exemple de renseignements utiles à la mise en œuvre de l'aménagement écosystémique. Les aménagistes pourront s'inspirer de ces fiches lors de l'analyse des enjeux locaux. Ils pourront ensuite intégrer les résultats de leur analyse dans les démarches proposées par les différents guides, dont le Guide sylvicole du Québec. Ils pourront ainsi adapter les solutions pour qu'elles répondent aux enjeux écologiques de leurs régions respectives.

Les travaux du Comité d'experts sur les solutions ont mené à la publication d'un rapport (Format PDF, 1,57 Mo) qui explique la démarche suivie lors de l'élaboration de la stratégie d'aménagement écosystémique pour l'unité d'aménagement (UA) 031-53. Le Comité a alors expérimenté une méthode d'analyse des impacts de différents scénarios d'aménagement écosystémique. Par la suite, le Comité a réalisé l'analyse des impacts pour l'UA 023-51, en intégrant cette fois l'intensification de la sylviculture aux scénarios d'aménagement écosystémique (Format PDF, 3,05 Mo). Cette étape a notamment permis de tester l'utilisation conjointe d'indicateurs écosystémiques et économiques dans l'élaboration de divers scénarios. Les travaux du Comité ont grandement contribué à la mise au point d'un processus d'aide à la décision pour l'élaboration de stratégies d'aménagement dans un contexte de gestion participative.

Essais sylvicoles

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Des essais sylvicoles ont eu lieu sur le territoire de la réserve faunique des Laurentides. Parmi ceux-ci, des traitements de la famille des coupes progressives ont été réalisés dans le secteur du lac des Neiges. Ce lac est très fréquenté par les pêcheurs et on y trouve des infrastructures d'hébergement. De plus, le caribou forestier du parc national des Grands-Jardins parcourt régulièrement ce secteur. La qualité visuelle du paysage et le maintien d'un habitat propice constituent des enjeux majeurs. Ce type de coupe permet de répondre, pour une période donnée, à ces préoccupations. La récolte touche environ 50 % du peuplement. Elle laisse donc en place un couvert partiel, un atout appréciable lorsqu'il est question de la qualité du paysage ou de la biodiversité.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Dans la partie est du territoire, d'autres types de coupes partielles ont aussi été expérimentés dans des peuplements denses de seconde venue. Ces peuplements renferment des arbres de faibles dimensions. Les usines font alors face à un enjeu important sur le plan de la rentabilité; en effet, une diminution de la qualité de leur approvisionnement en bois affecte la variété et la qualité des produits qu'elles peuvent offrir. Par conséquent, les coupes partielles (comme les éclaircies) aideront les tiges laissées sur place à croître en hauteur et en diamètre.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Dans la partie nord de la réserve, on a effectué des coupes partielles avec la préoccupation de maintenir, de façon permanente ou temporaire, une structure irrégulière et un couvert forestier. Ce type d'intervention permet à la fois de répondre à certains enjeux écologiques et d'offrir un milieu où les utilisateurs pourront vivre une expérience agréable en forêt.




Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

On a également procédé à des essais de coupes à rétention variable. Certains peuplements ont fait l'objet d'une coupe avec protection de la régénération et des sols avec rétention de bouquets. Ce traitement conserve des bouquets d'arbres de manière à favoriser une irrégularité dans le peuplement et le recrutement de bois mort au fil du temps.




Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

D'autres ont été traités au moyen d'une coupe avec protection des petites tiges marchandes qui préserve non seulement la régénération en place, mais aussi les petites tiges de valeur marchande dont le diamètre à hauteur de poitrine est de 10 à 14 cm.