Aménagement écosystémique : au coeur de la gestion des forêts

Certification forestière

Critères et indicateurs de l'ADF

Droits consentis

Règlement sur l'aménagement durable des forêts

Gestion environnementale

Gestion intégrée des ressources et du territoire

Main-d'œuvre en aménagement forestier

Objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier

Planification forestière

Règlement sur les normes d'intervention dans les forêts du domaine de l'État

Stratégie d'aménagement durable des forêts












Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 




L'aménagement écosystémique : au cœur de la gestion des forêts



 

L'aménagement écosystémique des forêts permet d'assurer le maintien de la biodiversité et la viabilité des écosystèmes en diminuant les écarts entre la forêt aménagée et la forêt naturelle. Ce concept est au cœur de la Loi sur l'aménagement durable du territoire forestier. Le Québec privilégie désormais ce moyen pour assurer l‘aménagement durable de ses forêts.


Qu'est-ce que l'aménagement écosystémique?

L'aménagement écosystémique consiste à pratiquer un aménagement forestier apte à maintenir la diversité biologique et la viabilité des écosystèmes. Pour y parvenir, l'aménagement écosystémique cherche à réduire les écarts entre la forêt aménagée et la forêt naturelle. Le concept est le suivant : en maintenant les forêts aménagées dans un état proche de celui des forêts naturelles, on peut assurer la survie de la plupart des espèces, car ces dernières y trouveront des conditions auxquelles elles sont adaptées. Cette approche offre actuellement la meilleure option pour éviter les pertes de biodiversité. De plus, conserver le caractère naturel des forêts correspond à une valeur maintes fois exprimée par la population québécoise.

La forêt naturelle a évolué au fil d'une dynamique générée par les perturbations naturelles, le climat et le milieu physique; elle n'a subi que peu d'altérations causées par des activités de récolte industrielle. Tracer le portrait de la forêt naturelle, puis la comparer avec la forêt aménagée, met en évidence les écarts produits par l'aménagement forestier. Les écarts significatifs deviennent alors des enjeux écologiques dont l'aménagement écosystémique doit nécessairement tenir compte.

L'aménagement écosystémique comporte des activités de récolte et de production de bois. Il ne vise donc pas à reproduire intégralement la forêt naturelle, mais plutôt à s'en rapprocher. Par conséquent, les stratégies d'aménagement et les traitements sylvicoles doivent créer des paysages forestiers qui renferment la diversité et l'irrégularité des forêts naturelles. L'aménagement écosystémique veut ainsi maintenir les écosystèmes forestiers et leurs principaux attributs écologiques (composition, structure et répartition dans l'espace) afin que tous bénéficient, de façon durable, des avantages sociaux et économiques que procurent les forêts.


Le contexte des changements climatiques

Le Ministère a entrepris une réflexion concernant les effets des changements climatiques sur l’aménagement forestier. Pour alimenter cette réflexion, il a demandé à un comité d’experts d’examiner la pertinence des orientations qui découlent de l’aménagement écosystémique des forêts dans le contexte des changements climatiques. Le comité d’experts a produit un rapport dans lequel il donne son avis et formule des recommandations.

Le comité d’experts est d’avis que l’approche d’aménagement écosystémique demeure pertinente, mais qu’elle devrait être adaptée et bonifiée progressivement afin de renforcer la résilience des forêts et de gérer les transitions écologiques qui pourraient se produire dans l’avenir. Le comité d’experts se prononce sur la pertinence de quatre orientations d’aménagement, soit celles sur la structure d’âge des forêts, la composition végétale, la régénération et l’occurrence d’accidents de régénération en forêt boréale. Il formule également deux recommandations d’ordre général qui concernent les analyses de vulnérabilité et les systèmes de surveillance et de suivi.

  • L’aménagement écosystémique des forêts dans le contexte des changements climatiques – Rapport du comité d’experts (2017) (Format PDF 676 Ko)

La mise en œuvre

L'aménagement écosystémique se met en place dans des territoires où agissent une multitude d'acteurs, aux valeurs et aux besoins variés. Il s'inscrit dans une démarche de gestion intégrée des ressources et du territoire qui facilite la participation de ces acteurs et qui aborde simultanément les enjeux écologiques, sociaux et économiques. L'aménagement écosystémique devient alors un outil efficace pour concilier la vaste gamme des valeurs associées aux forêts. Le Ministère préconise une approche par enjeux et solutions qui permet aux divers acteurs de contribuer à la détermination des enjeux et à l'élaboration de solutions appropriées et acceptables par tous.

La mise en œuvre de l'aménagement écosystémique comporte essentiellement les étapes suivantes :

  • la description des enjeux écologiques à l'échelle nationale, régionale et locale : cette étape fondamentale consiste à décrire et à documenter les principaux enjeux écologiques qui peuvent menacer la viabilité des écosystèmes et ainsi entraîner la perte de biodiversité;
  • la mise au point de solutions d'aménagement en réponse à ces enjeux : les spécialistes peuvent concevoir des pratiques forestières et élaborer des solutions originales, mieux adaptées aux réalités locales et régionales;
  • la détermination d'objectifs d'aménagement et de cibles qui mènent à l'élaboration des stratégies d'aménagement : les enjeux écologiques doivent être traduits en objectifs d'aménagement en vue de réduire les écarts entre la forêt aménagée et la forêt naturelle. On détermine également des cibles afin de préciser les résultats attendus;
  • l'élaboration d'une stratégie d'aménagement qui traite les enjeux écologiques en même temps que les autres enjeux (sociaux et économiques) : on profite des similarités entre les différents enjeux pour définir les solutions les plus englobantes possible et on optimise, par le fait même, les coûts et les bénéfices de la stratégie.

L'intégration des enjeux écologiques dans les plans d'aménagement forestier intégré

Pour encadrer la mise en œuvre de l'aménagement écosystémique dans les plans d'aménagement forestier intégré (PAFI), le Ministère a produit une série de documents qui présentent les orientations ministérielles pour les PAFI de 2013-2018. Ceux-ci renferment toute l’information nécessaire à l’analyse des enjeux écologiques et à l’élaboration de solutions pour y répondre. Pour consolider la mise en œuvre de ces orientations dans les PAFI de 2018-2023, le Ministère a mis à jour ces documents. En attendant leur disponibilité, les orientations ministérielles de 2013-2018 demeurent une référence pertinente.

  • Intégration des enjeux écologiques dans les plans d'aménagement forestier intégré, Partie I – Analyse des enjeux (Format PDF 6,1 Mo)
  • Intégration des enjeux écologiques dans les plans d'aménagement forestier intégré, Partie II – Élaboration de solutions aux enjeux (Format PDF 4,4 Mo)

L'épidémie de la tordeuse des bourgeons de l'épinette : une situation particulière


L'épidémie de la tordeuse des bourgeons de l'épinette qui sévit actuellement sur le territoire québécois pose de grands défis sur le plan de l'aménagement forestier. Bien que la tordeuse contribue à façonner la forêt depuis des siècles et que sa dynamique soit relativement bien documentée, il est difficile de prévoir l'évolution de l'épidémie en cours. Quelle sera sa gravité? Quels sont les impacts probables sur les approvisionnements en bois et sur les enjeux écologiques tels que la raréfaction des vieilles forêts? Bien sûr, l'épidémie comporte des risques, mais elle offre par ailleurs des occasions à saisir. Afin de bien évaluer la situation et d'en limiter les conséquences économiques tout en respectant les principes de l'aménagement écosystémique, le Ministère a produit un guide de référence sur la modulation des activités d'aménagement dans la forêt publique en période d'épidémie. Il traite des notions essentielles pour comprendre la dynamique des épidémies de la tordeuse des bourgeons de l'épinette et des méthodes d'analyse pour évaluer l'effet probable de l'épidémie en cours. On y trouve des outils qui permettent de suivre le développement de l'épidémie et d'en préciser les effets. Le guide présente également les moyens dont nous disposons pour faire face à l'épidémie et inclut des recommandations pour favoriser l'atteinte des objectifs économiques et écologiques qui ont été définis.

  • L'aménagement écosystémique dans un contexte d'épidémie de la tordeuse des bourgeons de l'épinette – Guide de référence pour moduler les activités d'aménagement dans les forêts publiques (2014) (Format PDF 10,5 Mo)

Les actions

Le Ministère a entrepris une série d'actions pour assurer l'implantation graduelle de l'aménagement écosystémique dans les forêts du Québec. Un premier pas a été franchi avec la mise en place de certains objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier (OPMV) dans les plans généraux de 2008-2013. Le Ministère a participé également à la réalisation de projets pilotes. De plus, il produit divers guides et outils pour aider les aménagistes à consolider la mise en œuvre l'aménagement écosystémique.


Le Manuel de référence pour l'aménagement écosystémique des forêts au Québec

Le Ministère a produit un manuel de référence qui fait état des connaissances actuelles sur l'aménagement écosystémique des forêts et qui présente une démarche concrète d'application. Ce document s'inspire notamment des expériences menées dans le cadre des projets pilotes. Le module 1 du manuel de référence peut être consulté (Format PDF,15 Mo).



Les projets pilotes

Trois projets pilotes, réalisés en forêt publique, ont permis de mettre au point et d'expérimenter des méthodes et des outils d'aménagement écosystémique.

  • Le projet d'aménagement écosystémique dans la réserve faunique des Laurentides a été mis en place en 2006 sous la responsabilité du Ministère. Le projet, complété en décembre 2010, a permis de confirmer la faisabilité et la pertinence de l'aménagement écosystémique en vue de l'appliquer dans l'ensemble du Québec. Il a également contribué à la mise au point d'une approche de participation et à la création d'outils pour la mise en œuvre de l'aménagement écosystémique.

  • Le projet d'aménagement écosystémique dans l'unité d'aménagement forestier 085-51a été entrepris en 2002 par la compagnie Tembec inc. et s’est terminé en 2012. Ce projet a été réalisé en collaboration avec le Ministère, la Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable et les Industries Norbord inc. Il s'est déroulé sur un territoire situé à la limite de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec. Il a permis de démontrer qu’il est possible de réaliser des aménagements forestiers qui sont proches des limites de la variabilité naturelle des écosystèmes forestiers.

  • L'initiative Triade, amorcée en 2003 en Haute-Mauricie par la table sectorielle de l'industrie forestière de la Mauricie et coordonnée par la Ville de La Tuque depuis 2008, a pour but de mettre en pratique le concept de la triade. Les activités en forêt sont organisées en fonction de trois grandes zones destinées à la production forestière, à l'aménagement écosystémique et à la conservation.

Une sylviculture plus diversifiée

Traditionnellement, la sylviculture se préoccupait de la récolte de bois, de la régénération des forêts et de l'éducation des peuplements. La sylviculture actuelle vise, en plus, à façonner les peuplements forestiers pour remplir des fonctions écologiques et sociales.

Aménager de manière à répondre à tous ces enjeux semble relever du défi. Plusieurs moyens s'offrent à l'aménagiste forestier qui doit y faire face, notamment les actions sylvicoles. Ainsi, la mise en œuvre de pratiques sylvicoles diversifiées est essentielle pour mieux prendre en considération l'ensemble des enjeux. Parmi ces pratiques, on compte les coupes à rétention variable et les coupes partielles (avec maintien de couvert).

Par ailleurs, le Ministère a publié les tomes 1 et 2 du Guide sylvicole du Québec dans lesquels on trouve une synthèse des connaissances utiles en matière de sylviculture. La réalisation de ces documents traduit la volonté du Ministère de favoriser une plus grande souplesse et une plus grande rigueur dans le processus de planification forestière et de prescription sylvicole ainsi que dans la réalisation des traitements sylvicoles.

La sylviculture intensive de plantations

Un groupe d'experts, composé de chercheurs gouvernementaux, de chercheurs universitaires et de praticiens, a été formé en 2012 pour réfléchir sur les façons de pratiquer une sylviculture intensive de plantations dans un contexte d'aménagement écosystémique. Utilisant une approche par enjeux et solutions, le groupe a documenté les principaux enjeux liés aux plantations à l'aide de la littérature scientifique. Dans son rapport, le groupe d'experts propose plusieurs solutions pour répondre à ces enjeux, tant à l'échelle du peuplement qu'à l'échelle du paysage. Le rapport du groupe d'experts renferme également des recommandations pour faciliter l'instauration d'une sylviculture intensive de plantations qui s'articulerait autour des valeurs écologiques, économiques et sociales des Québécois en matière d'aménagement forestier. La diffusion du rapport n'engage pas le Ministère à mettre en œuvre ces recommandations.

  • La sylviculture intensive de plantations dans un contexte d'aménagement écosystémique (Format PDF, 9,4 Mo)

La récolte dans les forêts brûlées

Les plans spéciaux d'aménagement mis au point à la suite d'un feu visent à récolter rapidement les arbres brûlés avant qu'ils ne perdent leur valeur marchande. Or, cette récolte (ou « coupe de récupération ») soulève des considérations et des enjeux à caractère environnemental, économique et social. Le Ministère a donc produit un document portant sur les enjeux et les orientations en rapport avec la récolte dans les forêts brûlées. Ce document renferme une description des principaux enjeux environnementaux et des orientations d'aménagement pour une approche écosystémique lors des interventions. Il s'inscrit dans une réflexion plus globale au sujet de la conservation du bois mort dans les forêts aménagées; il constitue un outil et un guide pour les aménagistes qui préparent des plans spéciaux d'aménagement après un feu.

  • La récolte dans les forêts brûlées - Enjeux et orientations pour un aménagement écosystémique (Format PDF, 2,59 Mo)

Les états de référence et les unités homogènes de végétation

Dans le cadre de sa stratégie d'aménagement durable des forêts, le Ministère a conçu un registre des états de référence où sont consignés les attributs clés des forêts naturelles. La structure d'âges (c'est-à-dire l'abondance relative de différentes classes d'âges) de même que la composition des couverts forestiers sont les principaux éléments du registre actuel.

Ces états de références sont disponibles pour 17 unités homogènes de végétation couvrant l'ensemble du territoire méridional. Les unités homogènes constituent un système de classification de la végétation mis au point par le Ministère et bien adapté à la mise en œuvre de l'aménagement écosystémique. Ces unités regroupent des portions de territoires aux caractéristiques semblables du point de vue de la végétation, actuelle et potentielle, et des régimes de perturbations naturelles.

Autres documents d’intérêt

Autres sites d'intérêt