Accueil aux investisseurs

Charte du bois

Permis d'exploitation d'usines de transformation primaire du bois

Produits issus des industries de première, deuxième et troisième transformation

Programme incitatif à la transformation des bois de qualité inférieure

Programme Innovation Bois

Programme de Vitrine Technologique pour les bâtiments et les Solutions Innovantes en Bois

Publications liées à la transformation du bois

Résistance au feu d'une structure massive en bois

Soutien à l'industrie des produits forestiers

Stratégie 2012-2017








Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 



Charte du bois - Foire aux questions

 


  1. Pourquoi l'utilisation du bois dans la construction est-elle considérée comme écologique?

    Le bois est le seul matériau de construction issu d'une ressource renouvelable.

    Sa transformation requiert beaucoup moins d'énergie que les autres matériaux utilisés en construction, ce qui lui confère une empreinte environnementale plus faible et en fait le choix le plus écologique.

    L'utilisation accrue du bois en construction permet, d'une part, de garder captif et hors de l'atmosphère le carbone que les arbres ont capté lors de leur croissance et, d'autre part, d'éviter les émissions de gaz à effet de serre découlant du recours à des matériaux plus énergivores.

  1. Est-ce dangereux de construire en bois?

    À poids égal, le bois est le matériau de structure le plus résistant.

    Dans la construction en ossature légère (en ossature légère, les fonctions porteuses sont assurées par des éléments en bois de faible section, 2x4, 2x3, etc.), l'ajout d'éléments de protection comme les panneaux de gypse sur l'ossature permet une résistance au feu de 90 minutes pour les murs porteurs et de 120 minutes pour les murs non porteurs.

    La très faible conductivité thermique du bois lui permet de maintenir sa capacité portante beaucoup plus longtemps que l'acier. L'intégrité structurale de l'acier est très vite menacée puisque sa température augmente beaucoup plus rapidement que celle du bois dans un incendie.

    Tableau 1 – Résistance thermique de différents matériaux

    Matériaux Conductivité thermique Résistance thermique (pour 100 mm ou 4 po)
    (W / m °C) RSI (m2 °C / W) R (pi2 h °F / btu)
    Acier 46 0,002 0,01
    Béton 1,0 0,10 0,57
    Bois de résineux 0,09 1,1 6,0

    Source : ASHRAE 2009

    De plus, quel que soit le matériau utilisé, toutes les structures doivent être conçues de façon à respecter les mêmes exigences du Code de construction et être dimensionnées par des professionnels de façon à supporter les charges (poids, vent, séismes) auxquelles elles seront soumises.

  1. Est-ce que la Charte du bois va augmenter les coûts de la construction au Québec?

    Il n'est pas vrai que construire en bois coûte nécessairement plus cher.

    La construction à ossature légère en bois est l'une des plus économiques qui soit. Ce système constructif utilise en effet du bois de sciage (2 x 4 ou 2 x 6) et du bois d'ingénierie, des matériaux de construction abondants et très économiques. Préusinés ou préassemblés en usine, l'utilisation de ces composants structuraux permet de réduire considérablement le temps d'installation au chantier.

    Le recours à une structure en gros bois d'œuvre (panneaux lamellé-croisés et bois lamellé-collé par exemple) peut aussi permettre de réduire le temps de chantier et l'utilisation de matériaux de finition lorsqu'on laisse la structure apparente.

    Enfin, l'utilisation plus fréquente du bois dans la construction permettra d'améliorer les procédés de production et d'installation et, éventuellement, d'abaisser les coûts.

  1. Pourquoi la Charte n'oblige-t-elle pas à recourir exclusivement au bois du Québec?

    L'exigence d'un contenu en bois exclusivement québécois constitue une infraction aux accords commerciaux, tant avec les États-Unis qu'avec les autres provinces. Rappelons que le Québec exporte la plus grande part de sa production de produits du bois et qu'il doit protéger l'accès à ces marchés pour l'industrie québécoise.

    Ceci est aussi contraire aux dispositions de la Loi sur les forêts et de la Loi sur l'aménagement durable du territoire forestier qui identifient les bois d'importation parmi les sources d'approvisionnement des usines de transformation au Québec.

    De plus, toutes les entreprises de 2e et 3e transformation qui utilisent du bois importé des États-Unis ou de provinces canadiennes seraient pénalisées par cette exigence. Rappelons que c'est ce secteur qui revêt la plus grande valeur ajoutée tirée de la transformation du bois.

  1. Dans la mesure où les coûts sont comparables, un constructeur se verra-t-il incité à construire en bois?

    Dans la mesure où les coûts de construction sont du même ordre, le bois devrait être utilisé en raison de ses qualités environnementales par rapport aux matériaux concurrents. Les constructeurs ne seront pas tenus d'utiliser la solution bois si elle a pour effet d'augmenter sensiblement les coûts du projet.

    Il appartiendra à l'industrie forestière de faire les efforts requis pour s'assurer que les coûts de construction avec le bois soient comparables à ceux des autres matériaux.

  1. La Charte a-t-elle des équivalents dans d'autres provinces ou pays?

    Il y a des initiatives de ce genre ailleurs dans le monde, notamment en Colombie-Britannique, en France et au Japon. Ces lois ou règles partagent certains objectifs avec la Charte du bois du Québec, mais aucune n'est équivalente en tous points.

    Par exemple, le « Wood First Act » de la Colombie-Britannique a comme objectif de faire du bois le matériau principal dans la construction de bâtiments.

    De plus, la Charte du bois du Québec mise davantage sur les propriétés écologiques du matériau bois. Celles-ci aideront le Québec à atteindre ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

  1. La Charte du bois ne défavorise-t-elle pas les industries de l'acier et du béton qui sont également de forts créateurs d'emplois au Québec?

    Il ne s'agit pas de favoriser le bois, mais bien de s'assurer qu'il est considéré au même titre que les autres matériaux par les gestionnaires de projets.

    Le bois peut être utilisé de façon complémentaire aux autres matériaux dans le même projet et ainsi profiter des avantages spécifiques de chacun des matériaux.

    L'expertise ainsi acquise par tous les intervenants pour réaliser de tels projets d'utilisation mixte des matériaux pourra servir à développer de nouveaux marchés, même pour l'industrie de l'acier et du béton.

  1. Quelle est l'incidence budgétaire pour le gouvernement de mettre en œuvre la Charte du bois?

    La mise en œuvre de la Charte du bois n'impliquera pas de coûts supplémentaires pour les contribuables.

    Les budgets dédiés à la mise en œuvre des recommandations du Rapport Beaulieu sur l'utilisation du bois dans la construction ont déjà été octroyés.

    Il existe également l'enveloppe déjà allouée au Plan d'action contre les changements climatiques. La vocation de ce plan est de réduire sensiblement les émissions des gaz à effet de serre (GES) découlant de tous les secteurs de l'activité humaine. Par sa contribution à la réduction des GES, l'utilisation du bois dans la construction est directement liée aux objectifs de ce plan et devrait normalement avoir une part de l'enveloppe prévue.

  1. Qui est responsable du suivi de la mise en œuvre de la Charte?

    Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs est responsable de la mise en œuvre de la Charte du bois.

    Le Comité interministériel de haut niveau sur l'exemplarité gouvernementale en construction bois formé en vertu de la Charte est chargé de s'assurer que tous les projets de construction faisant l'objet d'un financement de la part du gouvernement du Québec ou de ses entités affiliées seront soumis aux exigences de la Charte relativement à l'obligation de procéder à l'examen d'une solution bois à l'étape d'avant-projet.

  1. Est-ce que la construction en bois à plus grande échelle entraînera la surexploitation de nos forêts?

    Non. Le Québec a un des taux les plus élevés de certification d'aménagement forestier durable au monde, ce qui assure une exploitation responsable de la ressource sur une grande partie du territoire, qu'il y ait une charte du bois ou non.

    De plus, une demande plus élevée pour la fibre de bois augmentera sa valeur économique, ce qui envoie un signal fort en faveur du maintien d'une ressource forestière productive.

  1. Est-ce que des emplois seront créés ou consolidés?

    La Charte du bois favorisera certainement la création et la consolidation d'emplois régionaux un peu partout au Québec puisqu'elle entraînera une demande accrue de plusieurs produits du bois, notamment pour les producteurs de bois d'œuvre, de bois d'ingénierie, les entreprises de préfabrication d'éléments structuraux, etc.

  1. Quelle est la contribution de la Charte du bois dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre?

    Pour chaque mètre cube de bois qui est utilisé dans la construction en substitution à d'autres matériaux, une tonne de gaz à effet de serre est évitée en moyenne et il s'agit d'une moyenne très conservatrice.

    Un outil de quantification des émissions de gaz à effet de serres (GES) est aussi en préparation. Il permettra de mesurer efficacement le la quantité de GES associée à l'utilisation des différents matériaux de construction.

  1. Quels sont les travaux de construction assujettis à la Charte du bois?

    Toutes les constructions neuves profitant de subventions publiques. Tous les travaux de rénovation consistant en une augmentation de superficie du bâtiment existant et bénéficiant de subventions publiques.

  1. Les municipalités sont-elles soumises à la Charte du bois?

    Les projets de construction soumis à la Charte sont ceux qui font l'objet d'un financement total ou partiel à partir de fonds provenant du gouvernement du Québec. Les projets émanant des municipalités ou autres instances régionales qui répondent à ce critère sont donc soumis à la Charte, mais pas les autres.