UNE INDUSTRIE QUI FAIT VIVRE LES RÉGIONS

  • Au Québec, l'industrie forestière est un levier économique puissant. Elle a ceci d'unique : elle est implantée dans la presque totalité des régions du Québec et se trouve au cœur de l'économie de plus de 140 municipalités, tant forestières qu'urbaines.
  • Plus de 3 000 établissements sont à l'œuvre pour fabriquer une diversité de produits. Parmi eux, on compte notamment :

    • près de 40 usines de pâtes, papiers et cartons dont les livraisons sont majoritairement destinées aux marchés extérieurs;
    • un peu plus de 250 usines de sciage spécialisées dans la fabrication de produits de première transformation;
    • une dizaine d'usines spécialisées dans la fabrication de panneaux dérivés du bois comme des panneaux à lamelles orientées, de particules, de contreplaqués et bois de placage lamellé, de moyenne et haute densité, etc.;
    • plus de 1 500 usines de deuxième et troisième transformation qui manufacturent des produits structuraux en bois (solives, fermes de toit, poutres, murs et bâtiments préfabriqués, etc.) ou encore des produits d'apparence (planchers, revêtements, portes, moulures, meubles, armoires, etc.). Le Québec est le chef de file au Canada de cette production.
  • C'est aussi un savoir-faire inégalé en matière de transformation des bois de faibles diamètres, à partir desquels on fabrique des produits d'ingénierie remarquables qui servent à construire des ponts, des centres sportifs, des arénas et des édifices en hauteur.
  • Le Québec a toujours été un exportateur net des produits forestiers. Il occupe une part prédominante dans les produits à forte valeur ajoutée (deuxième et troisième transformation) et se situe au premier rang au Canada pour les emplois générés dans ce secteur. Ce secteur d'activité en est un qui est novateur puisqu'il crée des produits inédits pour répondre à de nouveaux besoins.
  • Les forêts procurent de nombreux emplois liés à la récolte des bois, à l'exécution des travaux sylvicoles et à la transformation de la matière ligneuse. Ces emplois cimentent le tissu régional et vitalisent les communautés.
  • Le secteur forestier procure environ 60 000 emplois directs aux Québécois. Ce nombre peut être doublé si l'on prend en compte les emplois indirects et induits.