Rôles et responsabilités

Le Ministère a le mandat de planifier et de développer le réseau des parcs nationaux québécois, ainsi que d’encadrer leur gestion.

Ainsi, dans le respect de la Loi sur les parcs et du Règlement sur les parcs , les principales responsabilités découlant de ce mandat sont la création de nouveaux parcs nationaux et la modification des limites de parcs existants, l’élaboration et la révision de la Politique sur les parcs et des plans directeurs ainsi que le suivi de leur mise en œuvre.

En plus de préserver ces territoires, le gouvernement a l’obligation de les rendre accessibles au public à des fins d’éducation et pour la pratique d’activités de découverte et de plein air compatibles avec leur mission de protection.

Le Ministère se consacre également au suivi de l’exploitation des territoires faisant l’objet d’un bail superficiaire dans certains parcs nationaux.

Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq)

Depuis 1999, l’exploitation des parcs nationaux du Québec situés au sud du 50e parallèle est sous la responsabilité de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) . Ainsi, la Sépaq a le mandat d’assurer la protection de ces territoires ainsi que leur mise en valeur durable, par l’offre d’activités et de services respectueux de leur patrimoine naturel et culturel. La Sépaq est également responsable de la promotion des activités et des services offerts dans les parcs du Québec méridional.

Administration régionale Kativik (ARK)

En ce qui concerne les parcs créés au Nunavik (nord du 55e parallèle), leur exploitation a été confiée à l’Administration régionale Kativik (ARK). De plus, l’ARK s’est vue confier la responsabilité des études devant mener à la création de parcs nationaux sur ce territoire.

Ces responsabilités ont été données à l’ARK en 2002 dans le cadre d’une entente sur le développement des parcs nationaux du Québec au Nunavik, convenue entre le gouvernement du Québec, la Société Makivik et l’ARK. Cette entente découlait d’un engagement prévu dans l’Entente Sanarrutik, signée elle aussi en 2002 et portant sur le développement économique et communautaire du Nunavik.