MFFP - Pêche sportive au Québec 2016-2018 - Pêcher au Québec
Lien vers page d'accueil, Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
Pêche sportive au Québec (incluant la pêche au saumon)
Saison 2016-2018

 

 

 

 

 

 

Pêcher au Québec

La pêche est une activité agréable, excitante et accessible à tous. On peut pêcher seul, en groupe ou en famille, dans les lacs ou les rivières, et tenter de capturer différentes espèces de poisson. Ces dernières constituent une ressource naturelle renouvelable, mais fragile. Il y a donc quelques règles de base à connaître avant de pêcher.

Ai-je besoin d'un permis pour pêcher?

Mis à part quelques exceptions, un permis est requis pour pêcher, et il faut l'avoir en sa possession durant la pratique de l'activité. On peut se le procurer chez les agents de vente autorisés, qui sont généralement aussi des détaillants d'articles de chasse et de pêche ou des dépanneurs. Plusieurs types de permis sont offerts, à différents prix, selon l'espèce que l'on veut pêcher ou selon la durée de l'excursion projetée.

Il est possible de pêcher sans avoir à acheter un permis.

En effet, un enfant mineur peut toujours pêcher en vertu du permis de son parent. Par ailleurs, sauf pour le permis de pêche sportive du saumon atlantique, une personne peut pêcher en vertu du permis de son conjoint à la condition d'être en sa compagnie ou d’avoir ce permis en sa possession. De plus, un mineur ou un étudiant adulte peut pêcher en compagnie d'un adulte qui est titulaire d'un permis. Enfin, dans certaines circonstances, un résident peut pêcher sans permis. Pour en savoir davantage sur la pêche sans permis, veuillez consulter la section « Permis de pêche »

Où puis-je pêcher?

La pêche est généralement permise partout au Québec.

Bien que la plupart des plans d'eau du Québec soient publics, les terrains qui les bordent peuvent ne pas l'être, particulièrement dans le sud du Québec. Avant d'accéder à une propriété privée, ou de passer sur un terrain privé pour accéder à l'endroit où on veut pêcher, il faut obtenir la permission du propriétaire et se considérer comme son invité.

Les terres qui ne sont pas privées appartiennent au domaine de l'État et on peut y accéder librement. Cependant, une partie des terres du domaine de l'État est organisée en territoires structurés. Les zecs, les pourvoiries, les parcs, les réserves et les aires fauniques communautaires présentent des modalités particulières d'accès, et il faut généralement payer certains droits pour y pêcher et pour y séjourner. En contrepartie, on y trouve des infrastructures plus élaborées selon les endroits, comme des chalets pour l'hébergement et des embarcations.

Combien de poissons ai-je le droit de pêcher?

Il existe quatre sortes de limite à la pêche.

La limite de prise quotidienne correspond au nombre maximal de poissons d'une espèce que l'on peut prendre et garder en une journée, dans une des 29 zones de pêche de la province. Les poissons consommés la journée même sont considérés dans cette limite quotidienne. Par exemple, si la limite de prise est de 15 poissons et que, après les avoir capturés, on décide d'en manger cinq, on ne pourra pas retourner pêcher cinq autres poissons de cette espèce cette journée-là. On peut cependant continuer de pêcher une autre espèce pour laquelle la limite permise n'est pas encore atteinte. Les limites de prise quotidiennes ne sont pas cumulatives.

Réservée au saumon atlantique, lorsqu’elle s’applique, la limite de remise à l’eau quotidienne correspond au nombre maximal de saumons que l'on peut prendre et remettre à l’eau en une journée dans le plan d’eau concerné. Par exemple, si la limite de remise à l’eau pour un plan d’eau est de trois saumons, un pêcheur ne pourra pas continuer de pêcher dans ce plan d’eau après avoir remis à l’eau trois saumons.

De plus, lorsqu'une personne pêche en vertu du permis d'une autre personne, elle n'a pas droit à sa propre limite de prise. Les poissons qu'elle capture doivent être considérés dans la limite du titulaire du permis.

-
Page 1
Publication Pêche sportive au Québec 2016-2018 (incluant la pêche au saumon)
La limite de possession correspond au nombre de poissons d'une espèce que l'on peut avoir en sa possession en tout temps et en tout lieu, que ce soit sur le lieu de pêche, sur la route ou à la maison. Cette limite de possession correspond généralement à la limite de prise quotidienne. Si, par exemple, la limite de prise d'une espèce dans une zone est de 15 poissons, la limite de possession de cette espèce, à cet endroit, sera également de 15 poissons. Lorsqu'on va à la pêche dans plus d'une zone, la limite de possession autorisée de l'espèce concernée correspond à la plus élevée des limites permises.

Aucun permis n'est requis pour posséder du poisson. On peut donc partager ses poissons avec une personne qui n'a pas de permis de pêche. Il faut cependant respecter la limite quotidienne de prise, et la personne à qui on donne ce poisson doit respecter la limite de possession autorisée.

Outre les limites de prise et de possession, des limites de longueur peuvent s'appliquer à certaines espèces et à certains endroits.

Ce qu'il faut également savoir!

Où puis-je me renseigner?

Ce qui précède constitue la réglementation de base pour la pêche sportive au Québec. Lorsqu'on a choisi l'endroit où on souhaite pêcher, il faut déterminer la zone de pêche concernée et bien connaître les saisons et les limites qui s'y appliquent, ainsi que les modalités particulières d'accès, s'il s'agit d'une réserve faunique, d'une zec ou d'une pourvoirie, par exemple. Cette publication contient l'ensemble de la réglementation applicable à la pêche. Pour connaître les périodes de pêche et consulter les cartes des zones, il faut se rendre sur le site Web du Ministère. Pour toute autre information, on peut également se renseigner par téléphone au 1 877 346-6763 ou consulter un agent de protection de la faune.