Étude sur la tique d’hiver en cours – chasseurs d’orignal, soyez vigilants

À l’hiver 2020, 97 orignaux ont été munis d’un collier émetteur pour une vaste étude sur la tique d’hiver dans les régions suivantes :

  • Bas-Saint-Laurent : 25 jeunes adultes (mâles et femelles de 1 an et demi) à proximité de la réserve faunique de Rimouski, de la zec Bas St-Laurent et de la Pourvoirie Le Chasseur;
  • Gaspésie : 14 jeunes adultes (mâles et femelles de 1 an et demi) et 15 femelles matures au parc national Forillon;
  • Capitale-Nationale : 24 jeunes adultes (mâles et femelles de 1 an et demi) sur la propriété du Séminaire de Québec;
  • Outaouais et Laurentides : 19 jeunes adultes (mâles et femelles de 1 an et demi) dans l’est de réserve faunique de La Vérendrye et dans la zec Petawaga.

Message important pour les chasseurs en Gaspésie

Nous vous demandons de ne pas abattre un orignal avec un collier blanc Il s’agit d’une femelle mature ayant été immobilisée avec un produit chimique. Selon Santé Canada, les animaux immobilisés avec ce produit ne doivent pas être consommés s’ils ont été abattus moins d’un an suivant l’injection du produit.

Par contre, tous les jeunes adultes (1 an et demi) munis d’un collier noir peuvent être récoltés sans problème et sont propres à la consommation. De plus, tous les orignaux porteurs d’un collier (blanc ou noir) des autres régions peuvent être récoltés.

Si vous abattez un orignal portant un collier

  • Évitez de couper la courroie du collier.
  • Retirez-le plutôt en dévissant les 2 boulons situés au bas du collier, du côté où la courroie est ajustable et contient plusieurs paires de trous, à l’aide d’une clé 8 mm ou d’une paire de pince.
  • Appelez au numéro indiqué sur le collier pour que nous puissions le récupérer.
  • Les colliers tomberont automatiquement au sol à la fin d’octobre 2020.

Pour en savoir plus sur le projet de recherche, visitez : www.albipictus.com