Lagopède des saules

Autres noms communs : Nom scientifique : Nom commun anglais :
Perdrix blanche Lagopus lagopus Willow Ptarmigan

Identification

Taille moyenne : 36 à 43 cm (poids moyen: mâle 601 g; femelle 516 g).

Coloratio/zn : Plumage crypique selon la saison.

En été: plumage tacheté de noir, brun foncé, gris brun et chamois; ailes et pattes blanches; queue noire. Le mâle a la tête, le cou et la poitrine teintés de roux; ventre plus blanc et caroncules des yeux plus rouges que la femelle.

En hiver: plumage blanc; queue noire. Plumage en mue rapiécé de blanc.

Traits externes caractéristiques : Bec court et fort; narines emplumées; ailes courtes et arrondies; pattes entièrement emplumées.

Comment différencier le lagopède des saules et le lagopède des rochers :
* Les femelles sont difficiles à distinguer.

Le lagopède des saules a:

  • plumage d'été du mâle plus roux;
  • absence de bandeau noir de part et d'autre de l'œil chez le mâle en hiver;
  • taille et poids plus forts;
  • bec plus large et plus robuste (principal critère pour les femelles);
  • plumage nuptial plus précoce (plumage rouille sur la tête, le cou et la poitrine du mâle pendant la pariade et la ponte);
  • préférence pour un habitat plus humide et plus broussailleux à la pariade.

Le lagopède alpin a :

  • plumage d'été du mâle sans teinte rousse;
  • mince bandeau noir de part et d'autre de l'œil chez le mâle en hiver;
  • taille et poids plus petits;
  • bec moins large et moins robuste (principal critère pour les femelles);
  • plumage nuptial plus tardif (plumage du mâle blanc pendant la pariade et la ponte et plumage d'été à partir de l'incubation);
  • préférence pour un habitat plus sec, rocailleux et plus dénudé à la pariade

 

Habitat

Aire de répartition du lagopède des saules (Format PDF, 509 Ko)

Il habite la toundra arctique à végétation broussailleuse, basse et dégagée sur sol humide: fourrés d'aulnes, de saules, de bouleaux. En hiver, il peut également utiliser les basses-terres des vallées abritées au sud de la limite des arbres, dans les arbustaies près des lacs et rivières et dans les clairières des forêts. Parfois aussi, il migre sur de grandes distances jusqu'en Abitibi, dans le nord des Laurentides, au nord du Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord.

Domaine vital : Non défini. Importantes migrations hivernales. Territoire d'accouplement du mâle 2,8 à 8,1 ha.

Grégaire en hiver, il devient territorial et forme des couples lors de la reproduction.

Alimentation

Son régime alimentaire est varié, mais se compose surtout de bourgeons et feuilles de saules et bouleaux glanduleux. En été, il se nourrit aussi de feuilles et fleurs de plantes herbacées (dryades, prêles, saxifrages, bleuets), fruits (bleuets et camarine) et graines.

Reproduction

Saison : Printemps.

Mode : La première reproduction survient dès l'âge de 1 an. Le mâle devient plus agressif, effectue des vols rituels, des vocalises rauques et établit son territoire dans la végétation broussailleuse plus basse que le niveau de ses yeux et sur un sol humide. Généralement monogames, le mâle et la femelle forment un couple qui parfois peut durer plus d'une saison. Une danse nuptiale précède la copulation. La femelle construit un nid (dépression sur le sol tapissée d'herbes, de feuilles et de plumes) au centre du territoire du mâle, à l'abri d'arbustes. Elle pond entre 5 à 14 (généralement 7 à 10) œufs de 43 mm de longueur et de couleur jaunâtre avec plusieurs points et taches brun foncé. L'éclosion survient après 19 à 26 jours d'incubation par la mère. Les jeunes, très développés, quittent le nid après moins de 24 heures et peuvent faire de courts vols pour fuir les dangers à l'âge de 12 à 13 jours. La femelle et le mâle procurent ensemble les soins parentaux pendant 6 à 10 semaines.