Lièvre arctique

Autres noms communs : Nom scientifique : Nom en inuktitut : Nom commun anglais :
  Lepus arcticus Ugalik Arctic Hare

Identification

Taille moyenne : 48 à 66 cm (2,7 à 6,8 kg). Les femelles sont légèrement plus grosses que les mâles.

Coloration : En hiver: pelage blanc; bout des oreilles noir. En été: pelage brun grisâtre; abdomen blanc; bout des oreilles noir; queue blanche.

Traits externes caractéristiques : Oreilles (70 à 84 mm); griffes incurvées particulièrement longues, surtout sur les pieds antérieurs; pieds (105 à 174 mm).

Comment différencier le lapin à queue blanche, le lièvre d'Amérique et le lièvre arctique :

Le lapin à queue blanche a :

  • taille plus petite que les lièvres;
  • oreilles plus courtes que les lièvres;
  • pieds postérieurs plus courts que les lièvres;
  • pelage d'hiver brun grisâtre toute l'année;
  • bout des oreilles non noir;
  • queue brune sur le dessus et blanche dessous toute l'année.

Le lièvre d'Amérique a :

  • taille légèrement plus grosse que le lapin à queue blanche, mais plus petite que le lièvre arctique;
  • oreilles plus longues que le lapin à queue blanche, mais courtes pour un lièvre;
  • pieds postérieurs particulièrement longs pour sa taille;
  • pelage d'hiver blanc avec base des poils foncée;
  • bout des oreilles noir;
  • queue brune sur le dessus et blanche dessous en été; queue blanche en hiver.

Le lièvre arctique a :

  • taille plus grosse que le lièvre d'Amérique;
  • oreilles plus longues;
  • pieds longs caractéristiques des lièvres;
  • pelage d'hiver blanc jusqu'à la base des poils;
  • bout des oreilles noir;
  • queue blanche toute l'année.

Habitat

Aire de répartition du lièvre arctique (Format PDF, 508 Ko)

Il habite la toundra, au-delà de la limite des arbres. Il fréquente les pentes rocailleuses, les plaines basses en été et parfois les zones boisées en hiver.

Il est actif toute l'année, principalement au crépuscule ou durant la nuit.

Domaine vital : Restreint, semblables aux autres espèces de lapins et de lièvres (entre 0,6 à 16 hectares).

Grégaire, il forme des groupes de 10 à 60 individus ou plus, parfois d'énormes colonies de centaines d'individus. Il utilise des réseaux de sentiers battus et bien définis et peut creuser des terriers (chambre assez grande au bout d'un tunnel d'environ 10 cm de diamètre par 30 cm de long) dans la neige en hiver.

Alimentation

En été, il se nourrit d'herbes, carex, saxifrages, potentilles, bouleau, saule arctique, camarine et algues.

En hiver, il broute brindilles et racines de saule et de bouleau.

Ses incisives longues et obliques et ses pattes antérieures robustes et armées de longues griffes recourbées lui permettent d'utiliser la nourriture cachée entre les rochers ou sous la glace.

Reproduction

Saison : Printemps, avril et mai.

Mode : La maturité sexuelle est atteinte vers 1 an. Aucun terrier n'est utilisé, la femelle met bas dans une légère dépression creusée dans la mousse ou dans l'herbe, généralement sur une pente rocailleuse près d'une grosse pierre ou un arbuste. Elle a une seule portée par an, de 2 à 8 petits (en moyenne 5 à 6). La gestation dure 53 ou 54 jours et les petits naissent entre la fin juin et juillet. La mère élève seule ses petits à l'écart du groupe. Elle laisse sa progéniture seule au nid et ne l'allaite qu'environ 5 minutes à toutes les 18 ou 19 heures pendant 8 ou 9 semaines. Par la suite, les jeunes se dispersent.