Tétras à queue fine

Autres noms communs : Nom scientifique : Nom commun anglais :
Gélinotte à queue fine Tympanuchus phasianellus Sharp-tailed Grouse

Identification

Taille moyenne : 38 à 50 cm (poids moyen: mâle 953 g; femelle 817 g).

Coloration : Sexes semblables. Plumage crypique brun pâle moucheté de blanc, chamois et noir; poitrine et ventre blancs avec taches brunes en V; ailes tachetées de blanc; queue principalement blanche avec plumes centrales tachetées de brun et de noir. Le mâle a une petite caroncule jaune au-dessus de l'œil (plus évidente en parade) et il expose des sacs violacés de chaque côté du cou lors de la parade nuptiale.

Traits externes caractéristiques : Bec court et fort; très petite huppe; narines emplumées; ailes courtes et arrondies; pattes partiellement emplumées; queue pointue (queue courte avec plumes centrales longues).

Habitat

Aire de répartition du tétras à queue fine (Format PDF, 507 Ko)

Elle habite les tourbières dégagées, les brûlés, les coupes forestières en régénération, parfois les champs abandonnés du nord et de l'ouest du Québec méridional.
Elle est principalement terrestre et fuit les dangers en marchant ou en s'envolant. Elle dort au sol à découvert ou à l'abri de fourrés denses ou sous la neige.

Domaine vital : Non défini. Parfois migrations automnales. Arène de reproduction 450 m2.

Grégaire en automne et en hiver, elle forme des groupes de 10 à 30 individus ou plus.

Alimentation

L'adulte s'alimente surtout de végétaux (bleuets et fruits du sorbier, bourgeons et feuilles de saule et de bouleau, graines, etc.) et également d'une petite quantité d'insectes (sauterelles, criquets, araignées). Au contraire, la diète des jeunes est principalement composée d'insectes (criquets, sauterelles, araignées, fourmis et charançons). Ils se nourrissent aussi de jeunes pousses végétales et de bleuets.

Reproduction

Saison : Printemps.

Mode : Elle peut se reproduire dès l'âge de 1 an. Plusieurs mâles territoriaux (10 en moyenne) se regroupent sur un même terrain (en moyenne 450 m2) surélevé et dénudé de végétation appelé « arène ». Les mêmes arènes peuvent être utilisées pendant plusieurs années. Chaque mâle a un site individuel de quelques mètres de diamètre à l'intérieur de cette arène (les dominants étant situés plus près du centre) pour exécuter sa danse nuptiale (piétinement rapide et circulaire tête baissée, plumes du corps hérissées et sacs violacés du cou gonflés). Cette danse est accompagnée de forts gloussements et caquètements, bruissements de plumes et de graves ronflements produits par l'air qui s'échappe des sacs du cou afin d'impressionner les femelles. Les mâles dominants se reproduisent avec plusieurs femelles à l'aube. La femelle construit un nid dans la végétation basse (légère dépression du sol placée dans une touffe d'herbe ou sous un buisson ou une souche et tapissée de brindilles, de feuilles et de quelques plumes), relativement près de l'arène (0,5 à 1,5 km). La femelle a généralement une couvée par année, mais peut en avoir une seconde si la première est détruite en début d'incubation. Elle pond entre 5 et 17 (généralement 12 à 13) œufs de 43 mm de longueur et de couleur brune ou chamois, parfois parsemés de petits points brun foncé. L'éclosion survient après 23 à 24 jours. Les jeunes et la femelle quittent le nid après moins de 24 heures, mais restent ensemble pendant 6 à 8 semaines. À l'âge de 10 jours, les jeunes peuvent faire de courts vols pour fuir les dangers. Le mâle ne procure aucun soin parental.