Pie-grièche migratrice

Autres noms communs : Nom scientifique : Nom commun anglais :
  Lanius ludovicianus Loggerhead Shrike, Migrant Shrike

* Elle est désignée « menacée » selon la Loi sur les espèces menacées et vulnérables du gouvernement du Québec. et « en voie de disparition » selon la Loi sur les espèces en péril du gouvernement du Canada.


Identification

Taille moyenne : 22 à 25 cm (poids moyen: 47 g).

Coloration : plumage adulte : Tête, nuque, dos et croupion gris foncé; large masque facial noir débordant en une mince ligne au dessus de l’œil et du bec; bec entièrement noir; poitrine blanchâtre; ailes principalement noires; taches blanches sur les ailes et aux coins de la queue visibles en vol. Plumage juvénile (jusqu’au premier automne) : Gris brunâtre, plus pâle et légèrement barré sur la tête, le dos, les flancs et la poitrine.

Traits externes caractéristiques : tête grosse et front aplati; bec relativement court et légèrement crochu; envergure des ailes 32 à 33 cm ; queue longue ( 95 mm ).

Habitat

La pie-grièche migratrice utilise les milieux ouverts tels que les habitats formés d’une mosaïque de petits pâturages, prés, champs abandonnés, champs en jachère, champs cultivés, milieux en régénération et milieux forestiers. Elle ne fréquente toutefois pas les très grands espaces cultivés. La présence de haies ou de buissons d’arbustes épineux (en particulier l’aubépine) ou de conifères, ainsi que de perchoirs, tels arbres morts, clôtures, poteaux, fils électriques, est essentielle.

Domaine vital : le territoire de nidification utilisé de la migration printanière (fin mars à fin avril) jusqu’à la migration automnale (fin août et septembre) a une superficie très variable selon, entre autres, la disponibilité de la nourriture et la composition de l’habitat. En général, un couple occupe un territoire de moins de 10 ha .

Alimentation

La pie-grièche est un oiseau principalement carnivore. Elle est opportuniste et se nourrit surtout d’insectes (en particulier criquets), de petits mammifères et aussi de petits oiseaux, selon l’abondance de ces proies dans l’habitat. Elle chasse à l’affût, perchée sur un arbre, un arbuste, un poteau ou un fil. Étant donné qu’elle n’a pas de serres comme les rapaces et que ses pattes sont trop faibles pour manipuler longtemps de grosses proies, elle adopte un comportement particulier en empalant ses proies sur les épines d’arbustes et les fils barbelés ou en les coinçant à la fourche d’une branche afin de les manger ou pour les entreposer.

Reproduction

Saison : printemps, dès mi-avril.

Mode : la première reproduction survient à l’âge d’un an. Le mâle et la femelle forment un couple au site de nidification, parfois pour plus d’une saison. Certains mâles peuvent toutefois s’accoupler avec deux femelles. Un oiseau occupe rarement le même territoire de nidification d’année en année, cependant les mêmes territoires sont souvent réutilisés, mais par des oiseaux différents. Le nid est construit par la femelle, mais le mâle participe au transport des matériaux. Parfois, un vieux nid de pie-grièche ou d’une autre espèce est utilisé. Souvent situé près du tronc, dans une aubépine ou un conifère isolés ou dans une haie, à une hauteur de 1 à 6 m du sol, le nid volumineux est constitué de brindilles et tapissé de radicelles, fibres végétales, poils, plumes et débris divers. La femelle a une couvée par an comprenant 3 à 8 œufs blanc grisâtre marqués d’éclaboussures et de points gris et bruns et mesurant environ 24 mm de longueur. L’incubation est assurée par la femelle seule et dure de 16 à 18 jours. Pendant cette période, le mâle lui fournit la nourriture . Les deux parents nourrissent et apportent des soins aux jeunes qui naissent peu développés et restent au nid jusqu'à l’âge de 16 à 21 jours. Les jeunes dépendent des parents encore pendant 16 à 25 jours après l’envol.