Pluvier siffleur

Autres noms communs : Nom scientifique : Nom commun anglais :
  Charadrius melodus Piping plover

* Il est désigné « menacé » selon la Loi sur les espèces menacées et vulnérables du gouvernement du Québec. et « en voie de disparition » selon la Loi sur les espèces en péril du gouvernement du Canada.


Identification

Taille moyenne : 15 à 20 cm (poids moyen: 55 g ).

Coloration : plumage nuptial : dessus de la tête et dos sable pâle; gorge et ventre blancs; collier noir souvent incomplet; bande noire sur le front presque d’un œil à l’autre; bec orangé avec extrémité noire; pattes orange vif; base de la queue (croupion) blanche visible en vol. Plumage hivernal : dessus de la tête et dos sable pâle; gorge et ventre blancs; collier sable pâle souvent incomplet; front sable pâle; bec noir; pattes orange pâle (plus sombres); base de la queue (croupion) blanche visible en vol. Plumage juvénile : semblable au plumage hivernal de l’adulte.

Traits externes caractéristiques : corps trapu; cou large; yeux grands; bec court et épais; envergure des ailes 36 à 39 cm ; queue 53 mm .

Habitat

Le pluvier siffleur est un petit oiseau de rivage qui niche sur les grandes et larges plages de sable à pente faible, au-dessus de la limite des hautes eaux, particulièrement celles recouvertes en partie de galets et coquillages et bordées de dunes sablonneuses. Il niche également sur les rives de lacs ou dans la végétation des dunes. Au Québec, le pluvier siffleur niche uniquement aux Îles-de-la-Madeleine.

Il migre et hiverne dans le sud, sur les plages océaniques, baies, vasières de la côte Atlantique.

Domaine vital : Très territorial, le couple défend un territoire de nidification de 0,05 à 0,8 ha. La femelle et principalement le mâle pourchassent les intrus en volant ou en courant, le cou tendu vers l’avant et les plumes du cou et du dos hérissées. Sans être strictement coloniaux, plusieurs couples peuvent avoir des territoires voisins, mais au moins 60 m séparent les nids. À la limite de leurs territoires respectifs, les couples s’affrontent le corps dressé, le cou étiré et le collier bien visible en émettant des cris spécifiques. Un territoire d’alimentation, différent du territoire de nidification, semble également défendu en été et en hiver.

Contrairement à la plupart des oiseaux de rivage observés au Québec, le pluvier vit seul ou en petits groupes de 3 à 6 individus pendant les migrations et en hiver.

Alimentation

Le pluvier siffleur se nourrit de vers marins, crustacés, mollusques, insectes et œufs de petits invertébrés marins qu’il capture à la surface du sable sur les grèves en effectuant de nombreuses petites courses rapides et des arrêts brusques. Il s’alimente de jour comme de nuit.

Reproduction

Saison : printemps.

Mode : la première reproduction survient vers l’âge de 1 an. Le mâle et la femelle forment un couple sur les sites de nidification. La durée du couple est généralement d’une seule saison, mais les individus reviennent à peu près aux mêmes sites d’année en année. Le nid est une simple dépression dans le sable parmi les galets, garni de fragments de coquillages blanchis, parfois dans la végétation des dunes. La femelle a une couvée par an comprenant habituellement 4 oeufs chamois ou blanchâtre avec de légères mouchetures brun noirâtre et mesurant 31 mm de longueur. Si le nid est détruit, la femelle peut le recommencer plusieurs fois. L’incubation dure 28 jours et elle est assurée conjointement par la femelle et le mâle. Aucun dérangement n’est toléré pendant l’incubation et les premiers jours après l’éclosion. Les parents défendent le nid et les jeunes en criant et en simulant une blessure. À l’éclosion, les jeunes sont très développés, ne restent que quelques heures au nid et s’alimentent seuls de vers marins, crustacés, mollusques, insectes. Les deux parents procurent des soins aux jeunes pendant 21 à 25 jours après l’éclosion et parfois jusqu’à l’automne. Cependant, la femelle quitte souvent avant l’envol qui survient environ vers 25 jours (21 à 35 jours).