Tortue géographique

Autres noms communs : Nom scientifique : Nom commun anglais :
Graptémyde géographique Graptemys geographica Northern Map Turtle, Common Map Turtle

* Elle est désignée «vulnérable» selon la Loi sur les espèces menacées et vulnérables du gouvernement du Québec et «préoccupante» selon la Loi sur les espèces en péril du gouvernement du Canada.

Identification

Taille moyenne : mâle 12 à 15 cm ; femelle 20 à 25 cm .

Coloration : tête, cou, pattes et queue olivâtre et striés de minces lignes jaunes; dossière verdâtre ou grisâtre avec motifs concentriques jaunâtres rappelant les courbes de niveau sur une carte topographique; tache jaune pâle unique derrière l’œil; plastron jaune; lèvre supérieure blanchâtre.

Traits externes caractéristiques : dossière plate et basse avec une légère carène dorsale, dentelée chez le nouveau-né et le mâle, mais réduite chez la femelle; écailles marginales arrières de la dossière avec extrémités pointues; pattes postérieures plus grosses, palmées (bonne nageuse); lèvre supérieure proéminente.
Mâle : beaucoup plus petit, queue large.
Femelle : beaucoup plus grosse, dossière moins carénée, queue plus petite, tête très large.

Habitat

Principalement aquatique, elle habite les grandes étendues d’eau, rivières et lacs, avec de nombreux sites d’exposition au soleil (rochers ou tronc d’arbres émergeants), beaucoup de végétation aquatique et un fond mou.

Elle hiberne au fond des lacs et rivières où l’eau a au moins 5 m de profondeur et est riche en oxygène.

Domaine vital : les femelles ont un plus grand domaine vital que les mâles (67,83 ha vs. 32,33 ha). Les mâles, plus sédentaires, ne quittent à peu près pas les plans d’eau et restent dans les anses à proximité des quartiers d’hiver. Les femelles se dispersent dans des baies plus éloignées et peuvent parcourir plusieurs kilomètres pour la ponte.

Diurnes et grégaires, jusqu’à 20 individus peuvent s’entasser au soleil au printemps sur les rochers ou les troncs émergeants ou parmi les plantes aquatiques en été. Parfois plus de 100 individus se regroupent dans les quartiers d’hiver.

Alimentation

À l’aide de son bec fort, la tortue géographique se nourrit principalement de mollusques aquatiques, en particulier d’escargots, mais également d’écrevisses, insectes et parfois de vers, poissons et plantes.

Reproduction

Saison : accouplement à l’automne ou au printemps; ponte fin mai à juillet, surtout juin.

Site de ponte : sol mou, sableux ou graveleux, près de l’eau et à moins d’un mètre au-dessus du niveau de l’eau.

Mode : la maturité sexuelle est atteinte vers 7 ans. Au printemps, mâles et femelles se retrouvent dans lesbaies peu profondes. Pendant la cour, le mâle caresse les côtés de la tête de la femelle avec l’envers des longues griffes de ses pieds antérieurs. Habituellement à l’aube, la femelle pond en moyenne de 10 à 16 œufs blancs elliptiques de 3,2 à 3,5 cm de long et 2,1 à 2,2 cm de large dans un nid d’environ 12 cm de profondeur. La femelle couvre ses œufs avec du sable et le nid devient à peu près invisible. L’éclosion survient à la fin de l’été, d’août à octobre, mais les petits peuvent parfois rester au nid jusqu’au printemps suivant. Les nouveau-nés mesurent 3 cm de long et ont une carapace presque ronde, une dossière avec carène centrale et motifs bien définis, des lignes noires entre les écailles du plastron. Leur sexe est déterminé selon la température d’incubation des œufs (principalement des mâles à 25 °C ; principalement des femelles à 30 °C ).