Actualités



 

En 1989, le gouvernement du Québec adoptait la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables (LEMV). Rappelons que cette loi a pour objectif :

  • d’empêcher la disparition des espèces vivant au Québec,
  • d’éviter une diminution de l’effectif des espèces désignées menacées ou vulnérables,
  • d’assurer la conservation des habitats de ces espèces,
  • de rétablir les populations et les habitats désignés,
  • et, finalement, d’éviter que toute espèce ne devienne menacée ou vulnérable.

Cette loi permet d’établir une liste d’espèces fauniques susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables et, en ce sens, elle a un rôle préventif. Lorsqu’une espèce est désignée menacée ou vulnérable en vertu de cette loi, sa gestion et la protection de ses habitats tombent sous l’égide de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.

En vertu de l’article 10 de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables, 18 espèces fauniques avaient, jusqu'à septembre 2009, été désignées menacées ou vulnérables. Les caractéristiques servant à identifier l’habitat de deux espèces désignées vulnérables avaient également été déterminées.

À la suite du dépôt du projet de règlement sur les espèces menacées ou vulnérables et leurs habitats paru dans la Gazette officielle du Québec le 11 mars 2009, le Conseil des ministres a approuvé, le 30 septembre 2009, le règlement tel qui avait été présenté. Grâce à cette modification, 20 espèces fauniques ont été désignées, soit 12 menacées et 8 vulnérables. Par ailleurs, une espèce (le caribou des bois, écotype montagnard, population de la Gaspésie) passera du statut d’espèce vulnérable au statut d’espèce menacée. Ainsi, le nombre actuel d’espèces menacées passera de 7 à 20, alors que le nombre d'espèces vulnérables passera, quant à lui, de 11 à 18. Au total, 38 espèces sont désignées. Cette modification a également permis de déterminer les caractéristiques de l’habitat de 6 espèces, permettant éventuellement leur protection en vertu du Règlement sur les habitats fauniques découlant de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.

Par ces désignations, le Ministère, en tant que gestionnaire du patrimoine faunique naturel du Québec, lance un message important aux citoyens du Québec : plusieurs espèces fauniques indigènes sont en situation précaire et les impacts engendrés par les activités humaines sont identifiés comme étant la principale cause de cette situation. Il importe donc d’agir pour protéger ces espèces.