Morse

Autres noms communs : Nom scientifique : Nom en Inuktitut : Nom commun anglais :
Cheval de mer Odobenus rosmarus Aiivik Atlantic Walrus
Dessin d'un morse

En avril 2006, le COSEPAC a inclus les deux populations (Est de l'Arctique (non en péril) et Atlantique Nord-Ouest (disparue du pays)) dans une seule unité désignable pour le morse de l’Atlantique au Canada, laquelle a été désignée préoccupante.


Identification

Longueur totale : mâle 3,1 m (max. 3,6 m); femelle 2,6 m (max. 3,1 m).

Poids : mâle 900 kg (max. 1400 kg); femelle 560 kg (max. 800 kg).

Coloration : Peau épaisse et ridée, brun noirâtre ou beige rosé avec très peu de poils qui sont courts (environ 1 cm), rudes et de plus en plus clairsemés avec l’âge. Les jeunes sont plus foncés et pâlissent avec l’âge. La coloration de la peau varie également selon la température ambiante. Elle est plus pâle lorsque l’animal est dans l’eau froide à cause d’une diminution de l’irrigation sanguine afin de conserver la chaleur du corps et plus rosée lorsqu’il se repose au soleil.

Traits externes caractéristiques : Corps trapu et lourd; énorme cou plissé et très musclé; tête courte et large; petits yeux très espacés; replis cutanés recouvrant l’orifice de l’oreille; museau très large avec épaisses moustaches formées d’environ 400 vibrisses mesurant jusqu’à 30 cm; deux grosses canines ou défenses blanches; membres courts et robustes - les membres postérieurs peuvent s’orienter vers l’avant; queue rudimentaire dissimulée par un repli cutané. Les défenses sont apparentes à partir d’environ un an et croissent sans interruption jusqu’à 40 cm chez les femelles et 45 cm chez les mâles (plus courtes chez les très vieux individus à cause de l’usure plus rapide que la croissance). Elles servent principalement dans les relations sociales entre morses, mais également à se défendre, casser la glace, s’accrocher à la glace lorsqu’au repos dans l’eau ou aider à tirer le corps hors de l’eau, mais ne semblent pas servir à l’alimentation.

Habitat

Eaux froides et peu profondes de l’Arctique. Plonge généralement à des profondeurs de 10 à 50 m (jusqu’à 100 m) pour 5 à 10 minutes (jusqu’à 40 min.). En bordure de la banquise côtière en hiver et sur la banquise ferme le reste de l’année, il utilise la glace comme plate-forme de repos entre les plongées. Il entretient parfois un trou de respiration dans la glace de la banquise, en utilisant sa tête pour casser jusqu’à 20 cm de glace. En été, en absence de glace, il se repose sur des îles, îlots rocheux ou plages de sable et de gravier. Actif le jour ou la nuit, il passe cependant le plus de temps au repos. Il se déplace lentement et lourdement sur le sol, mais nage en moyenne à 7 km/h (max. 35 km/h). Grégaires, en hiver, ils s’entassent sur les glaces flottantes. Importante ségrégation selon l’âge et le sexe : groupes de mâles adultes et groupes de femelles avec jeunes. En été, ils forment des troupeaux de plusieurs centaines à quelques milliers d’individus pour la mue annuelle à des sites nommés uglit en inuktitut. Le statut hiérarchique est fonction de la taille et de la longueur des défenses, les plus gros animaux au centre, entourés des plus jeunes, les nouveau-nés accompagnant leur mère.

Alimentation

Le régime alimentaire est principalement constitué de mollusques bivalves (coques, myes, moules), également buccins, concombres de mer, vers marins, saïdas francs, crevettes, crabes, occasionnellement poissons et chair et gras de phoque annelé, phoque barbu, narval ou béluga. Il fouille la vase des fonds marins avec son museau, détecte sa nourriture avec ses vibrisses, capture les mollusques avec ses lèvres et en aspire probablement la chair par succion.

Reproduction

Saison : Printemps, avril à mai.

Mode : La maturité sexuelle est atteinte pour la femelle entre 5 et 12 ans et à 6 ans pour le mâle, mais il ne commence à s’accoupler que vers 15 ans. Au printemps, les femelles en chaleur forment des troupeaux (20 à 50 individus) suivis à une dizaine de mètres, par quelques gros mâles qui initient fréquemment, entre eux, poursuites et combats. En surface, les mâles produisent des claquements et sifflements et sous l’eau des sons de cloche en gonflant d’air une paire de poches situées dans leur cou pour attirer les femelles. Un mâle dominant forme un grand harem de femelles qu’il défend férocement et se reproduit avec plusieurs dans l’eau. La gestation dure environ 12 ½ mois, mais comprend une implantation retardée de 3 à 4 mois. La femelle met bas sur la glace, à un petit tous les 3 ans vers la mi-mai. Le nouveau-né de 1,2 m et de 54 kg environ est couvert d’une mince fourrure gris argenté jusqu’à 2 mois. Il peut nager très tôt. Il est allaité pendant 1½ an et défendu farouchement par sa mère. Le jeune sevré mesure 2 m et pèse 340 kg environ. Les liens entre le jeune et la mère peuvent durer jusqu’à l’arrivée du prochain nouveau-né.