Renard arctique

Autres noms communs : Nom scientifique : Nom en Inuktitut : Nom commun anglais :
Renard blanc Vulpes lagopus Tiriganniaq Arctic Fox
Dessin d'un renard arctique

Identification

Longueur totale : 80 à 110 cm.

Hauteur à l’épaule : 25 à 30 cm.

Poids : 2,5 à 4,0 kg (mâle légèrement plus gros que la femelle). Poids variable durant l’année et maximum à la fin de l’été.

Coloration : Pelage d’hiver long et épais blanc ou bleu (bleu noir à gris perle). Pelage d’été plus court brun ardoisé ou jaunâtre; ventre et flancs chamois. Queue de couleur uniforme.

Traits externes caractéristiques : Corps trapu et arrondi; tête ronde; museau court; oreilles courtes et rondes (6 à 7 cm); pattes courtes; pied (13 à 16 cm) avec coussinets plantaires très velus; queue longue et touffue (28 à 43 cm).

Habitat

Il habite principalement la toundra arctique, de la limite des arbres à la banquise, surtout le long des côtes. En hiver, lorsque la nourriture est plus rare, il peut se déplacer très loin sur les glaces ou descendre au sud de la limite des arbres. Actif toute l’année, principalement au crépuscule et la nuit, mais également le jour. Il court la queue redressée et nage habilement. En hiver, il se couche dans la neige en couvrant son museau et ses pattes avec sa queue et n’utilise un abri (trou dans la neige ou tanière) que lors de grosses tempêtes. Solitaire, sauf pendant le rut et l’élevage des jeunes. À cette période, un couple est plus sédentaire et occupe un territoire de 2 à 30 km2 . Parfois en hiver, ils se regroupent autour d’une carcasse.

Alimentation

Son régime alimentaire est principalement composé de lemmings et campagnols, mais aussi d’œufs, oiseaux, poissons, invertébrés marins, insectes, algues, baies, herbages, charogne, jeunes lièvres et parfois jeunes phoques. Il peut cacher des réserves de nourriture dans la neige et le pergélisol lorsque la nourriture est abondante. En hiver, il peut suivre les ours blancs et les loups afin de se nourrir des carcasses de leurs proies.

Reproduction

Saison : Hiver et printemps, février à avril.

Mode : La maturité sexuelle est atteinte à 9 ou 10 mois. Monogame, le couple cherche et nettoie une tanière creusée dans un sol sablonneux dans la berge d’un cours d’eau, au sommet ou sur le flanc d’un esker ou sur une petite butte, parfois aussi dans les talus rocheux ou les champs de pierres. La tanière, utilisée année après année par plusieurs générations, comprend de nombreuses entrées de 20 à 30 cm de diamètre souvent parsemées de carcasses d’oiseaux et de lemmings. La femelle a une portée par année de 3 à 9 jeunes selon l’abondance de la nourriture. La gestation dure de 51 à 54 jours et les petits naissent en mai et juin aveugles, sourds, sans dents, couverts d’un court et épais pelage brun foncé et pèsent environ 57 g. Ils ouvrent les yeux vers 14 à 16 jours, sortent du terrier vers 3 à 4 semaines et sont sevrés à 6 ou 7 semaines. Le mâle participe activement à l’élevage des petits, défend la tanière et y apporte la nourriture.