Stratégie de protection des forêts

Gestion du feu, des insectes et des maladies des arbres










Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 

 






Détection


Le relevé des insectes et des maladies des arbres du Québec est effectué depuis 1938. Jusqu'en 1984, le Ministère ne faisait que des échantillonnages qualitatifs. Depuis, le relevé annuel est également quantitatif. Le Ministère accorde la priorité aux zones forestières suivantes : les forêts publiques et privées, les aires reboisées, les aires aménagées intensivement et les zones de récréation et de protection accrue.

La détection et le suivi des insectes et des maladies exigent de nombreux travaux d'échantillonnage. Le Québec a établi un vaste réseau de plus de 1  000 stations permanentes d'observation réparties sur l'ensemble du territoire. Ce réseau permet de surveiller en priorité les peuplements les plus vulnérables dans les endroits où les épidémies sont les plus récurrentes. Une équipe de techniciens du Ministère y recueille des données qui servent à mesurer les populations d'insectes, leurs fluctuations, ainsi que les dégâts qu'ils causent. Si les techniciens observent une prolifération d'insectes ou des signes de maladie, ils effectuent un relevé intensif dans les secteurs en cause, afin de cerner l'ampleur du problème.

Sans avoir à ratisser systématiquement tout le territoire québécois, on est ainsi en mesure de détecter les problèmes suffisamment tôt pour mettre sur pied les plans d'intervention appropriés.

Programme de surveillance dans les plantations et les sources de semences améliorées

La détection rapide des ravageurs forestiers qui menacent les plantations implique un inventaire annuel extensif dans l'ensemble des aires reboisées du Québec. Cet inventaire est effectué dans un réseau d'échantillonnage qui comporte plus de 275 plantations. Le nombre de plantations retenues dans une région administrative donnée est proportionnel aux travaux de reboisement effectués dans cette région. Chaque année, on remplace environ 10 % des plantations afin de maintenir intacte la structure d'âge du réseau de surveillance. Les méthodes d'échantillonnage retenues pour détecter les ravageurs permettent d'en estimer l'abondance, de localiser l'épidémie ainsi que d'évaluer ou de prédire les dégâts. Soulignons qu'il est parfois nécessaire de regrouper les informations provenant de certaines régions administratives afin d'établir des statistiques.

Voir également




Retour à la page précédente