Stratégie de protection des forêts

Gestion du feu, des insectes et des maladies des arbres










Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 

 






Les squeletteuses

Biologie et comportement

Certains insectes défoliateurs ont une façon particulière de se nourrir : ils ne consomment que le parenchyme des feuilles (tissu cellulaire spongieux et mou des feuilles) et laissent toutes leurs nervures intactes. La plupart d'entre eux s'attaquent d'abord à l'épiderme inférieur des feuilles.

     
Quand l'insecte a terminé, la feuille n'est plus qu'une fine dentelle réticulée : elle est squelettisée (photo 1). On observe ce type de comportement chez trois ordres d'insectes :
1) les lépidoptères avec la squeletteuse du bouleau, Bucculatrix canadensisella Cham. (photos 2 à 6) et, dans une moindre mesure, la squeletteuse-trompette de l'érable, Catastega aceriella Clem. (photos 7 à 9);
2) les coléoptères, avec plusieurs espèces de chrysomèles (photos 10 à 17);
3) les hyménoptères, avec quelques espèces de tenthrèdes (photos 18 et 19).
 

Photo 1 - Feuille de saule squelettisées par
des chrysomèles versicolores du saule.
     

Photo 2 - Feuille de bouleau attaquée
par des squeletteuses du bouleau
(les cocons sont nettement visibles).
 

Photo 3 - Premiers signes de la présence de squeletteuses du bouleau (les jeunes larves
creusent des galeries entre
les deux épidermes de la feuille).
     

Photo 4 - Une fois parvenues à maturité,
les larves de squeletteuse du bouleau se nourrissent du parenchyme de la feuille.
 

Photo 5 - Les larves de la squeletteuse du
bouleau subissent leurs deux
dernières mues à l'intérieur
d'un « coussinet de mue ».
     

Photo 6 - Papillon de la squeletteuse
du bouleau.
 

Photo 7 - Dégât caractéristique de la squeletteuse-trompette de l'érable, sur la face supérieure
d'une feuille d'érable à sucre.
     

Photo 8 - La face inférieure de la même feuille
nous permet de voir le tube (trompette) formé
par la chenille lors de son développement.
 

Photo 9 - Larve de la squeletteuse-trompette
de l'érable parvenue à maturité.
     

Photo 10 - Colonie de larves de chrysomèles versicolores du saule, Plagiodera versicolora (Laich.) et dégâts caractéristiques
de l'espèce.
 

Photo 11 - Vue agrandie des larves de
la chrysomèle versicolore du saule.
     

Photo 12 - Œufs de la chrysomèle
versicolore du saule et dégâts causés
par l'insecte adulte.
 

Photo 13 - Larve de l'altise du peuplier,
Altica populi Brown.
     

Chez les lépidoptères et les hyménoptères, seule la larve provoque la défoliation alors que chez les coléoptères, l'adulte peut aussi causer des dégâts importants (photo 12). Ces insectes minuscules, qui ne mesurent guère plus de 6 mm à 7 mm de longueur, vivent librement sur le feuillage. On les reconnaît facilement aux dommages qu'ils causent (photos 10, 13 et 16). Ils n'ont tous qu'une génération par année, à l'exception de la chrysomèle versicolore du saule qui peut en avoir deux ou trois par saison.

Hôtes

Les bouleaux, les peupliers et les saules sont les essences les plus affectées par les squeletteuses. Toutefois, certaines espèces s'attaquent également aux chênes, aux pommiers et aux aulnes.

     
Détection    
     

Les dommages causés par ces défoliateurs sont souvent visibles bien avant qu'on ne détecte les coupables! La défoliation commence généralement sous la feuille, dont la face supérieure semble intacte pendant un certain temps. Comme les larves n'arborent pas de couleurs très vives, leur présence échappe facilement aux observateurs non avertis. Néanmoins, le rougissement ou le brunissement des feuilles attaquées devrait attirer leur attention (photos 15 et 21). Dans le cas des chrysomèles, la détection est plus simple, car les adultes circulent sur le feuillage (photos 12, 14 et 17).

 

Photo 14 - Altise du peuplier adulte.
     

Photo 15 - Feuilles partiellement défoliées
par des altises du peuplier.
 

Photo 16 - Larves de la chrysomèle
du peuplier baumier, Chrysomela
walshi
Brown et leurs dégâts.
     

Photo 17 - Chrysomèle du peuplier
baumier adulte.
 

Photo 18 - Larve de la
tenthrède-squeletteuse du chêne.
     
Dégâts    
     

Dans les forêts naturelles, les dégâts causés par ces défoliateurs sont rarement importants, sauf si c'est la squeletteuse du bouleau qui est en cause (photos 20 et 21). Cette squeletteuse, qui prolifère périodiquement, surtout dans les parties septentrionales du Québec, n'entre toutefois en action qu'à la fin de l'été, quand les arbres ont terminé leur croissance annuelle et constitué leurs réserves nutritives.

 

Photo 19 - Larves de la
tenthrède-squeletteuse du chêne et
dégâts qu'elles provoquent.
     

Photo 20 - Dégâts importants de
squeletteuses du bouleau sur
un bouleau gris isolé
dans un champ.
 

Photo 21 - Gros plan des dégâts
de squeletteuses du bouleau.
     

Par contre, les haies d'ornementation sont plus vulnérables et, en cas d'épidémie, elles peuvent être complètement défoliées. C'est aussi le cas des haies de saules, qui sont souvent infestées par la chrysomèle versicolore du saule. Ces dégâts inquiètent les propriétaires, car cette squeletteuse peut se reproduire au rythme de trois générations par année et demeurer au même endroit pendant trois ou quatre saisons consécutives.

Lutte

Les squeletteuses peuvent être facilement éliminées grâce à un arrosage copieux avec de l'eau additionnée d'une faible quantité de savon à vaisselle (1 c. à thé par litre d'eau).




Retour à la page précédente