Stratégie de protection des forêts

Gestion du feu, des insectes et des maladies des arbres










Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 

 






La brûlure en bandes brunes

La brûlure en bandes brunes est une maladie des aiguilles causée par un champignon pathogène particulièrement virulent qui tue le feuillage et retarde la croissance du pin. Au Québec, cette maladie cause beaucoup de dégâts chez les pins blancs depuis une dizaine d'années. Elle est également connue en France sous le nom de maladie des taches brunes des aiguilles de pin. Son nom anglais est Brown spot needle blight of pine ou Lecanosticta needle blight.

Agent pathogène et distribution

L'ascomycète responsable de la maladie est le Mycosphaerella dearnessii M. E. Barr (synonyme : Scirrhia acicola [Dearn.] Siggers). Au Québec, le champignon, qui n'existe que sous sa forme asexuée, s'appelle le Lecanosticta acicola (Thüm.) Syd. La brûlure en bandes brunes est présente en Amérique du Nord ainsi que dans plusieurs provinces du Canada où elle a été signalée dans les années 60. Le champignon proviendrait d'Amérique centrale. On trouve également la maladie en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud, en Océanie et en Europe.

Espèces sensibles

L'agent pathogène s'attaque à de nombreuses espèces de pins, dont le pin blanc (Pinus strobus), le pin rouge (P. resinosa), le pin noir d'Autriche (P. nigra), le pin tordu (P. contorta), le pin mugo (P. mugo), le pin sylvestre (P. sylvestris) et le pin gris (P. banksiana). L'épinette blanche (Picea glauca) peut également servir d'hôte au champignon s'il y a beaucoup d'inoculum dans l'environnement.

Signes

Les fructifications du champignon, les acervules, sont de petits points noirs qui émergent au centre des taches brunes sur l'épiderme des aiguilles (photo 1). Ces acervules libèrent une grande quantité de conidies de couleur olive (photo 2). Il est possible d'observer ces structures, de la fin de l'été à l'automne, sur les aiguilles infectées au cours de l'année, puis sur les aiguilles de deux ans au printemps suivant. Un autre type de fructifications, les spermogonies produisant les spermaties, apparaît à l'automne.


Photo 1. Fructifications du champignon sur des aiguilles de pin rouge
(Photo : Solange Simard)


Photo 2. Conidies du champignon
(Photo : Lina Breton)

Évolution de la maladie

Le champignon reste sur les aiguilles infectées ou mortes pendant l'hiver. La dissémination des spores a lieu à l'automne et au printemps. La pluie et le vent dispersent les conidies à proximité tandis que les insectes et les activités humaines transportent le champignon sur de plus longues distances. L'infection commence généralement au début de l'été lorsque les températures varient de 21 à 30 °C. Les conidies pénètrent par les stomates des jeunes aiguilles, lesquelles sont particulièrement sensibles à la maladie. Les symptômes et les signes de la maladie se développent peu de temps après. Les conidies issues de ces nouvelles infections sont produites et libérées lors de périodes humides, de la fin de l'été à l'automne, puis au printemps.

Symptômes

Les premiers symptômes observés sont des taches jaunes de 1 à 2 mm sur les aiguilles de l'année, apparentes à partir du mois d'août. Avec le temps, elles deviennent brunes et sont entourées d'un halo jaune, la base de l'aiguille demeure verte tandis que l'apex meurt (photo 3). Par la suite, les aiguilles infectées jaunissent, deviennent brunes, meurent et tombent. La chute prématurée des aiguilles atteintes survient à l'automne, puis une seconde chute se produit au printemps. Les symptômes les plus importants se situent sur les branches du bas des arbres matures ou sur les petits arbres. On reconnaît les arbres malades à leur allure : la presque totalité de leurs branches est dépourvue de feuillage et il ne reste que des touffes d'aiguilles au bout des branches.

Après plusieurs années d'infection, on note une réduction de la croissance. La mort des branches survient après une infection grave et celle de l'arbre, après plusieurs années d'infections graves.


Photo 3. Symptômes de la brûlure en bandes brunes sur le pin blanc (Photo : Lina Breton)

Méthodes de lutte

  • Couper et détruire les branches infectées et abattre les arbres très atteints.
  • Ne pas émonder les arbres par temps humide.
  • Éviter les plantations de pins sensibles à la maladie dans des sites où l'humidité tend à être élevée.
  • Espacer les arbres de façon à augmenter la circulation de l'air.




Retour à la page précédente