Production de semences forestières

Centre de semences forestières de Berthier

Production de plants forestiers au Québec

Les pépinières forestières au Québec






Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 




Sources de semences forestières


Les sources de semences se divisent en deux grandes catégories :

  • Les sources non améliorées sont constituées de beaux peuplements naturels ou de belles plantations dont la qualité génétique n'est pas vérifiée. Les peuplements naturels aménagés expressément pour la production de semences (peuplement semencier) font aussi partie de cette catégorie.
  • Les sources de semences améliorées sont des plantations d'arbres semenciers issus d'arbres sélectionnés. Ces plantations sont aménagées pour produire des semences génétiquement améliorées. Les vergers à graines, tests de descendances, tests de provenance, parcs à greffes, parcs d'hybridation, parcs de croisements et quartiers de pieds-mères font partie de cette catégorie. Des informations détaillées sur l’amélioration génétique sont présentées dans le document « L'amélioration génétique des arbres au Québec » (Format PDF, 2,9 Mo)

La proportion des récoltes de cônes dans les sources améliorées représente un peu plus de 80 % annuellement. Au cours de la prochaine décennie, le défi sera de hausser le niveau général d’amélioration des plants avec une augmentation de la production de plants produits à partir de semences récoltées principalement dans les vergers de 2e génération, et aussi à partir de semences produites par la technique de pollinisation contrôlée ou par la technique d’embryogenèse somatique.

Le réseau provincial de sources de semences améliorées

À la suite de l'expansion rapide des programmes de reboisement, vers la fin des années 1970, un important réseau de vergers à graines a été mis en place pour les espèces résineuses commerciales les plus utilisées pour le reboisement. Les objectifs visés par la mise en place de ce réseau étaient d'améliorer la qualité des arbres et le rendement des plantations et, aussi, de s’assurer un approvisionnement continu en semences.

À ce jour, 155  sources améliorées sont réparties dans l'ensemble du Québec, occupant une superficie de 1 381 hectares au total. Ce réseau est principalement constitué de vergers à graines et de différents dispositifs de recherche. Le tableau ci-dessous présente la répartition par essence et par type :

Répartition des sources améliorées par essence et par type

Essence 

Verger à graines

Autres
sources

Total

1re génération

2génération

Épinette blanche

21

3

1

25

Épinette de Norvège

4

1

30

35

Épinette noire

22

6

3

31

Épinette rouge

2

-

-

2

Frêne d'Amérique

1

-

-

1

Mélèze d'Europe

-

-

4

4

Mélèze du Japon

2

-

2

4

Mélèze laricin

2

-

11

13

Noyer noir

1

-

-

1

Pin blanc

6

1

1

8

Pin gris

12

5

5

22

Pin rouge

1

-

-

1

Pin sylvestre

1

-

6

7

Thuya occidental

-

-

1

1

Total

75

16

64

155

Vergers à graines de première génération

Un verger à graines de première génération est une plantation de greffes ou de semis descendant d'arbres plus, qui ont fait l'objet d'une sélection dans des peuplements naturels. Ces vergers sont aménagés et isolés de façon à éviter ou à réduire la pollinisation par des arbres situés à l'extérieur du verger. Les arbres semenciers fournissent des semences en quantité abondante et facilement récoltables. De plus, la qualité génétique des semences est améliorée. Il existe deux types de vergers à graines :

  • le verger de semis, formé d'individus issus de semences, pour les essences qui fleurissent rapidement (5-15 ans), telles que l'épinette noire, le pin gris et le mélèze laricin. Après l'éclaircie génétique, les gains obtenus jusqu'à présent sont de l'ordre de 3 % à 8 % en hauteur.
  • le verger de greffes, formé d'individus obtenus par multiplication végétative, pour les essences qui atteignent moins rapidement la maturité sexuelle (15 à 25 ans) telles que l'épinette blanche, l'épinette de Norvège et le pin blanc. Les arbres semenciers qui constituent le verger sont généralement obtenus par greffage, ce qui permet de ramener le délai de floraison à 5 ou 10 ans. Le gain génétique anticipé est de l'ordre de 5 % à 10 % en hauteur.

Des vergers à graines ont aussi été aménagés pour les espèces feuillues nobles telles que le frêne d'Amérique, ainsi que pour celles qui possèdent un bois de très grande valeur comme le noyer noir. De plus, en raison des impacts économiques importants liés à la production de ces espèces, l'objectif prioritaire est d'obtenir des variétés améliorées en ce qui a trait à la forme du fût et, à moyen terme, à la croissance en volume.

Vergers à graines de seconde génération

Lors de l’implantation des vergers de première génération, des séries de tests de descendances ont été effectuées. Ces tests ont permis aux chercheurs d’évaluer l’aptitude des arbres à transmettre leur supériorité génétique à leurs descendants. En sélectionnant les arbres d’élite ayant les meilleures caractéristiques et la plus grande aptitude, il a été possible de rassembler le matériel nécessaire pour établir des vergers à graines de deuxième génération vers la fin des années 1990. Il s'agit d'une suite logique à la première génération et le début d’un nouveau cycle d’amélioration.

Pour l'épinette noire, la population de deuxième génération est formée des meilleurs individus sélectionnés dans les tests de descendances de la première génération. Les arbres d'élite sont reproduits habituellement par bouturage. Les gains génétiques en hauteur espérés se chiffrent à environ 18 %. Jusqu'à maintenant, six vergers d’épinette noire sont dans cette catégorie.

En ce qui concerne l'épinette blanche, les essais de provenance établis au cours des années 1970 et 1980 par le Service canadien des forêts ont permis de constituer le matériel de base pour les vergers de deuxième génération. Une sélection de cinq génotypes de chacune des 25 meilleures familles a été réalisée dans ces essais en vue de constituer le matériel nécessaire pour fournir les domaines de l'érablière et de la sapinière. Cette sélection représente un total de 250 arbres d'élite de qualité génétique supérieure qui ont été greffés et qui constituent le matériel des trois vergers à graines actuellement en production. Les gains génétiques en hauteur espérés sont d’environ 15 %.

Pour le pin gris, la population de deuxième génération est formée des meilleurs arbres sélectionnés dans les tests de descendances de la première génération. Ces arbres d’élite ont été reproduits par greffage pour constituer cinq vergers à graines dont les gains génétiques en hauteur espérés sont d’environ 10 %.

Voir également