Production de semences forestières

Centre de semences forestières de Berthier

Production de plants forestiers au Québec

Les pépinières forestières au Québec






Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 




Techniques de production de semences par pollinisation contrôlée


Ces techniques permettent d'obtenir des semences génétiquement améliorées en croisant entre eux, par pollinisation contrôlée, des arbres qui ont prouvé leur supériorité. Les semences obtenues possèdent une qualité génétique supérieure à celle des vergers à graines. Comme toutes les espèces végétales, les résineux fleurissent au printemps. Ils produisent des fleurs femelles, les futurs cônes, et des fleurs mâles, les cônes de pollen. Chaque espèce fleurit à une période spécifique. Ainsi, les activités de récolte de pollen, de pollinisation de masse et de croisements dirigés débutent au mois d’avril avec les mélèzes exotiques, se poursuivent avec l'épinette blanche et l'épinette de Norvège à la mi-mai, pour se terminer avec l'épinette noire vers le début de juin.

La récolte de pollen

Afin de mener à bien les opérations de pollinisation contrôlée, le pollen doit être récolté en quantité suffisante. La récolte peut s'effectuer de deux façons : la méthode manuelle et la méthode mécanisée. Ces méthodes s'appliquent à l'ensemble des essences résineuses.

La méthode manuelle, qui est la plus courante, consiste à récolter les cônes à pollen un à un ou par grappe, juste avant la libération naturelle du pollen et à les faire sécher artificiellement. Par exemple, environ 17 cônes d'épinette blanche doivent être cueillis pour produire 1 ml de pollen sec. Pour traiter de grandes quantités de cônes de façon artisanale, le Ministère a mis au point un séchoir à pollen qui peut produire un litre de pollen. Pour ce faire, de petites quantités de cônes sont placées dans des sacs de papier (ou dans des contenants spéciaux) et sont séchées pendant environ 16 heures à 30 °C. Après le séchage, tout est tamisé pour obtenir la poudre de pollen. Le pollen est alors prêt à être utilisé ou entreposé.

La méthode mécanisée consiste à recueillir le pollen sur l'arbre au moment de sa dissémination à l'aide d'un aspirateur adapté. Après avoir été tamisé, le pollen ainsi recueilli sera prêt à être utilisé. Une autre méthode en développement, celle par forçage des cônes de pollen, consiste à ensacher des branches où sont présents des cônes de pollen immatures. La chaleur emmagasinée dans les sacs de plastique accélère la maturation du pollen et, après que celui-ci soit disséminé, il ne reste qu'à récolter la poudre qui s'est déposée au fond du sac.

La pollinisation de masse

La pollinisation de masse consiste à polliniser massivement des inflorescences femelles à l'aide d'un pulvérisateur à pollen. Cette technique est principalement utilisée pour la production de semences de mélèze hybride en verger sous-abri.

L'objectif visé est de maximiser la production de semences par cône et de produire des semences de qualité supérieure. Le pollen des meilleurs arbres est utilisé pour polliniser des arbres sélectionnés pour leur supériorité. Quoique cette technique ne permette pas d’atteindre la même qualité génétique des semences que celles issues de croisements dirigés, elle constitue néanmoins une solution moins coûteuse pour produire plus de semences de meilleure qualité, notamment dans le cas de vergers où l’augmentation de la productivité est souhaitée.

Le pistolet électrostatique, développé au Ministère, est l’outil utilisé à cet effet. Il est monté sur une remorque de véhicule tout-terrain et peut ainsi être utilisé dans un verger à graines traditionnel. La technique de pollinisation de masse nécessite une réserve de pollen suffisante et une floraison abondante des arbres à polliniser.

 

Les croisements dirigés

Cette technique, qui permet de produire des semences de qualité génétique très supérieure, consiste à appliquer du pollen de source connue à un parent femelle dans des conditions qui excluent tout pollen étranger. Pour ce faire, les cônes femelles sont isolés à l'aide de sacs de pollinisation (sacs en fibre synthétique qui ne permettent pas le passage de pollen étranger) avant la période de dissémination du pollen. Au moment où les fleurs femelles deviennent réceptives (quelques jours seulement), il s'agit d'injecter le pollen à l'aide de poires de pollinisation spécialement conçues à cette fin.

Les semences supérieures ainsi produites sont disponibles en quantités relativement limitées. Pour augmenter le nombre de plants issus de croisements dirigés, la multiplication végétative pratiquée par bouturage est utilisée dans les pépinières publiques. (pour plus d’information concernant le bouturage, voir la Production de résineux issus de boutures).

La supériorité éprouvée des croisements permet de produire des semences qui fourniront aux plants un potentiel de croissance supérieur à ceux qui proviennent de semences issues de pollinisation libre des vergers à graines. Le gain en hauteur attendu des plants issus des croisements spécifiques se situe entre 20% et 30% par rapport à des plants issus de sources de provenance locale.