Restrictions réglementaires relatives à la maladie débilitante chronique des cervidés

Le gouvernement a mis en place des mesures afin de protéger le cheptel de cervidés sauvages et poursuit ses interventions  afin de réduire le risque d’établissement de la maladie débilitante chronique des cervidés  (MDC) dans la faune sauvage.

Voici les restrictions réglementaires qui s’appliquent au transport de pièces anatomiques de cervidés abattus à la chasse.

Restrictions réglementaires sur les déplacements de certaines pièces anatomiques dans un rayon de 45 km

La réglementation prévoit des restrictions quant au déplacement de certaines pièces anatomiques de cervidés (cerf de Virginie, orignal ou cervidé d’élevage) abattus dans un rayon de 45 km autour d’un site où la MDC a été confirmée (voir carte ). Ainsi, il est toujours interdit de sortir les pièces anatomiques dans lesquelles se concentre la MDC du rayon de 45 km ET de la zone de chasse où l’animal a été abattu.

Réglementation sur l’importation de carcasses de cervidés

Il est interdit d’importer ou de posséder des carcasses entières et certaines pièces anatomiques de cervidés (sauf de caribou) abattus à l’extérieur du Québec. Chez les cervidés atteints de la MDC, les prions pathogènes se concentrent dans ces organes.

Si vous chassez à l’extérieur du Québec :

  • évitez de chasser dans les secteurs où la MDC a été détectée ou à proximité de ceux-ci;
  • si les autorités de la province ou de l’État où vous avez abattu un cervidé vous informent que ce dernier est atteint de la MDC, veuillez en aviser SOS Braconnage au 1 800 463-2191.

Les pièces anatomiques visées

Parties avec restrictions de déplacements :

  • la tête, plus précisément toute partie du cerveau, les yeux, les ganglions lymphatiques rétropharyngiens et les amygdales;
  • toute partie de la colonne vertébrale;
  • les testicules;
  • les organes internes (rate, foie, cœur, rognons, glandes mammaires, vessie, etc.).

Parties qui peuvent être déplacées sans restriction :

  • la viande, pourvu qu’elle ne contienne aucune pièce anatomique visée par les restrictions de déplacements;
  • la peau et le cuir dégraissés ou tannés;
  • les bois sans velours;
  • la calotte crânienne désinfectée1, sans peau, viande ou tissu attaché;
  • les dents sans viande ou tissu attaché;
  • toute pièce montée par un taxidermiste.

1Pour désinfecter la calotte crânienne, faire tremper cette dernière dans une solution composée d’au moins 2 % d’hypochlorite de sodium (de façon générale, cette solution correspond à un mélange de 50 % d’eau de javel et 50 % d’eau), pendant 15 à 20 minutes.