La situation du caribou au Québec

Caribous migrateurs. Crédit photo : Mario Gagnon, Direction du Nord-du-Québec.

Caribous migrateurs.
Crédit photo : Mario Gagnon,
Direction du Nord-du-Québec.

Il n’existe qu’une seule espèce de caribou dans le monde. Au Canada, on compte actuellement quatre sous-espèces de caribou, dont une seule est au Québec : le caribou des bois.

Au sein de cette sous-espèce, les biologistes classent les caribous selon trois écotypes, principalement en fonction de leurs particularités comportementales (p. ex. le type d’habitat qu’ils utilisent et leur alimentation) : le caribou migrateur, le caribou forestier et le caribou montagnard , dont la population de caribous de la Gaspésie fait partie.

Dans cette page :

Déclin des populations

Le nombre de caribous a considérablement chuté au cours des dernières années. La majorité des populations est en déclin ou dans un état précaire. Plusieurs facteurs ont été reconnus pour expliquer cette situation :

  • Les pertes ou la modification de l’habitat du caribou. Celles-ci peuvent avoir été causées par des perturbations d’origine humaine, comme les coupes forestières, et par des perturbations naturelles, comme les feux et les épidémies de tordeuse des bourgeons de l’épinette;
  • L’augmentation du nombre de prédateurs du caribou. La présence de loups, d’ours noirs ou de coyotes découle principalement des perturbations dans l’habitat;
  • La construction de routes et de chemins multiusages qui facilitent à ces prédateurs l’accès au caribou;
  • Les activités récréatives et industrielles, qui peuvent stresser les caribous ou les amener à abandonner leur habitat;
  • La chasse sportive, le braconnage et, dans certains secteurs, la récolte à des fins alimentaires, rituelles ou sociales par des membres de certaines communautés autochtones.

Une espèce protégée

Afin de protéger les populations, le caribou forestier est désigné comme espèce « vulnérable » depuis 2005 en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du Québec et comme espèce « menacée » depuis 2003 en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada.

Le caribou montagnard de la Gaspésie est, quant à lui, désigné comme espèce « menacée » depuis 2009 au Québec et « en voie de disparition » depuis 2003 au Canada.

Chasse interdite

La chasse au caribou forestier est interdite depuis 2001. Abattre un caribou forestier expose tout chasseur à une amende allant jusqu’à 20 000 $, pour une première infraction, et jusqu’à 40 000 $ en cas de récidive.

Si vous trouvez un caribou des bois blessé, mort, ou encore tué accidentellement, vous devez le déclarer sans délai à un agent de protection de la faune et, s’il l’exige, lui remettre pour confiscation. Il vous suffit de joindre le bureau de la protection de la faune le plus près ou d’appeler SOS Braconnage au 1 800 463-2191.

Des mesures pour la protection du caribou

Plusieurs mesures ont été entreprises pour protéger les caribous forestiers et montagnards. Le suivi des populations de même que la collecte de données sur leur habitat permettent d’évaluer l’état des populations et de prendre des décisions éclairées quant aux mesures à mettre en place pour leur protection et leur conservation. Des équipes de rétablissement ont été créées pour cibler des mesures de protection pour le caribou forestier et le caribou montagnard de la Gaspésie.

D’ici à ce que la stratégie soit adoptée, des mesures ont été mises en place.

Mesures de gestion

La protection de grands massifs d’habitat intact et la restauration des habitats perturbés (p. ex. la fermeture et le reboisement de chemins forestiers) sont des mesures essentielles au maintien des populations de caribous.

Des mesures de gestion temporaires peuvent être mises en place en complémentarité afin d’éviter la disparition d’une population ou de contribuer à son maintien à court terme, en attendant le retour de conditions d’habitat favorables au caribou. Ces mesures ont pour but d’atténuer les facteurs ayant le plus d’effets sur le déclin des populations. Parmi les mesures disponibles, on trouve :

  • le recours aux enclos de maternité pour protéger temporairement des prédateurs les femelles caribous en gestation et leur progéniture;
  • la mise en enclos de l’ensemble ou d’une grande proportion d’une population de caribous pour la mettre à l’abri des prédateurs;
  • le contrôle des prédateurs du caribou;
  • la gestion adaptée des espèces de proies alternatives qui peuvent attirer les prédateurs dans les habitats fréquentés par le caribou (p. ex. l’orignal);
  • la réduction du dérangement lié au développement industriel et aux activités récréotouristiques;
  • la surveillance des activités de récolte.

Mesures intérimaires de gestion pour les populations isolées

Des mesures intérimaires de gestion visant spécifiquement les populations isolées de caribous ont été mises en place par le gouvernement, en collaboration avec ses partenaires. Ces mesures incluent notamment :

  • La mise en enclos des caribous forestiers de la population de Val-d’Or et son agrandissement prévu en 2021;
  • La construction d’enclos en 2021 pour les populations de Charlevoix et de la Gaspésie. En Gaspésie, seules des femelles en gestation seront mises dans un enclos de maternité annuellement pendant quelques mois afin de protéger leur progéniture des prédateurs.
  • Le contrôle des prédateurs (loups, ours noirs ou coyotes) dans les habitats fréquentés par la population de caribous forestiers de Charlevoix et de Val-d’Or et la population de caribous montagnards de la Gaspésie;
  • La surveillance des activités récréatives dans l’habitat du caribou.

À consulter aussi