La stratégie pour les caribous forestiers et montagnards

Le gouvernement du Québec élabore présentement la stratégie pour les caribous forestiers  et montagnards . L’objectif est de répondre adéquatement à leurs besoins de manière à assurer à la fois leur pérennité ainsi que la vitalité du Québec et de ses régions.

Commission indépendante sur les caribous forestiers et montagnards

Soucieux d’assurer la pérennité du caribou sur son territoire, le gouvernement du Québec a annoncé, le 5 novembre 2021 , la mise sur pied de la Commission indépendante sur les caribous forestiers et les caribous montagnards . Dès l’hiver 2022, une série d’audiences publiques régionales se tiendront afin de connaître l’opinion des participants et participantes sur deux scénarios de gestion adaptée de l’habitat des caribous.

La stratégie prévoit établir des territoires où les habitats seront préservés ou restaurés et où les activités forestières, notamment, seront encadrées. L’approche du Québec se fonde sur de vastes territoires de l’ordre de 5 000 km2 et plus et sur le maintien à l’intérieur de ceux-ci de grands massifs forestiers faiblement perturbés.

Des discussions sont en cours avec les ministères concernés pour les autres secteurs d’activité. La stratégie sera adaptable et pourra évoluer en temps et lieu.

Dans cette page :

Besoins particuliers

La disponibilité de grands massifs de résineux matures est une composante essentielle de l’habitat du caribou forestier. Celui-ci y trouve à la fois un refuge contre les prédateurs et le dérangement, les ressources nécessaires à son alimentation, comme le lichen, et un faible couvert de neige en hiver, ce qui facilite ses déplacements.

Le caribou montagnard de la Gaspésie fréquente les hauts sommets des massifs des Chic-Chocs et des monts McGerrigle. En plus des sommets dénudés, la forêt de résineux matures environnante constitue une composante importante de son habitat. La superficie des territoires fréquentés par les populations de caribous doit être prise en compte.

Territoires envisagés pour la stratégie

Le 5 novembre 2021, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Pierre Dufour, a annoncé la création d’une commission indépendante sur les caribous forestiers et montagnards et la tenue d’une série d’audiences publiques régionales visant à connaître l’opinion des citoyens et citoyennes, des communautés autochtones ainsi que des parties prenantes à l’égard de deux scénarios de gestion adaptée de l’habitat des caribous. Les scénarios proposés sont issus de l’analyse du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Le premier porte sur des pistes de solutions proposées par les groupes opérationnels régionaux (qualifié de scénario amélioré) et le deuxième scénario est sans impact additionnel sur les approvisionnements en bois. Le scénario amélioré inclut les mêmes territoires que le scénario sans impact additionnel sur les approvisionnements en bois, mais il comprend des territoires supplémentaires que le scénario sans impact additionnel sur les approvisionnements en bois n’a pas.

Consultez la carte des territoires envisagés pour le caribou forestier et le caribou montagnard de la Gaspésie.

À l’intérieur de l’aire de répartition du caribou forestier et du caribou montagnard de la Gaspésie, il y a des secteurs où il n’y a pas d’aménagement forestier, comme les aires protégées ou une partie du territoire au nord de la limite territoriale des forêts attribuables.

Le fichier de formes est disponible pour les gens intéressés.

Note importante : Les données contenues dans ce fichier de formes (format de fichier pour les systèmes d’informations géographiques) constituent une base de travail pour la stratégie. Son contenu pourrait être mis à jour en tout temps, sans préavis. Vous êtes invité à vérifier si votre version est à jour.

Trois territoires complémentaires

En plus de ces territoires, le gouvernement prévoit mettre en place trois types de territoires pour maintenir un habitat propice aux populations de caribous. Situés au sud de la limite territoriale des forêts attribuables, les territoires envisagés, qui sont complémentaires, sont :

Les vastes espaces propices

Les vastes espaces propices (VEP) sont des territoires peu perturbés par des causes humaines ou naturelles. Ayant une superficie d’au moins 5 000 km2, ils permettent de maintenir des habitats favorables au caribou forestier. Des critères particuliers d’aménagement du territoire et des ressources y sont appliqués afin de favoriser l’autosuffisance des populations. L’objectif est aussi de favoriser la connectivité entre les populations adjacentes.

Les vastes espaces propices et les zones d’habitats en restauration peuvent être de plus petites superficies s’ils sont juxtaposés à la limite territoriale des forêts attribuables dans un territoire fréquenté par une même population de caribous par exemple.

Les zones d’habitats en restauration

Les zones d’habitats en restauration (ZHR) sont des territoires perturbés d’au moins 5 000 km2, qui sont fréquentés par le caribou, mais dont les conditions actuelles de l’habitat sont jugées insuffisantes pour assurer le maintien ou la croissance des populations. Des efforts de restauration active seront déployés et des modalités particulières d’aménagement du territoire et des ressources naturelles y sont prévues. Ces zones sont adjacentes à une aire protégée, à un VEP ou à une zone de connectivité, afin de maximiser la superficie d’habitats favorables disponibles pour le caribou et de favoriser les échanges génétiques entre des populations.

Les zones de connectivité

Les zones de connectivité serviront à maintenir des conditions favorables aux échanges entre les populations fréquentant les aires protégées, les VEP et les ZHR. Ces territoires sont généralement perturbés et des mesures de protection ou de restauration des habitats y sont prévues. Des études sont en cours pour acquérir des connaissances plus approfondies sur la connectivité.

Élaboration d’un aménagement forestier adapté

Une nouvelle approche de récolte forestière est en cours d’élaboration. Depuis 2018, elle fait l’objet d’expérimentations sur la Côte-Nord et au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Elle prévoit notamment le déploiement d’un réseau de chemins temporaires, qui seront démantelés à la suite de la récolte forestière. Cette approche optimisera les opérations forestières, atténuera le coût du démantèlement des chemins et limitera l’empreinte à long terme des perturbations associées à l’aménagement forestier.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs teste depuis 2017 différentes techniques de démantèlement de chemins dans la région de la Côte-Nord. Un suivi de ces travaux a été complété. D’autres initiatives similaires sont en cours dans quatre autres régions du Québec, soit le Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’Abitibi-Témiscamingue, la Capitale-Nationale et la Gaspésie.

Conséquence économique

Toute diminution de la récolte forestière entraîne nécessairement un effet sur l’activité économique. Cet effet varie selon la capacité à mettre en place des mesures d’atténuation comme une redistribution de volumes de bois disponibles ou la mise en place de stratégies d’aménagement forestier apportant un volume de bois supplémentaire.

Chaque mesure de protection de l’habitat du caribou mise en place est examinée afin d’en atténuer les conséquences pour l’industrie forestière. Selon le type de protection, la disponibilité des volumes de bois, en tenant compte des autres sources d’approvisionnement, est vérifiée. Les coûts d’approvisionnement et le déploiement de modalités de restauration sont également évalués. Des données économiques régionales sont aussi prises en compte.

Depuis quelques années, le Ministère peut recevoir des demandes d’indemnisation pour les investissements passés dont les infrastructures ne peuvent être pleinement mises en valeur en raison des mesures intérimaires pour les caribous forestiers et montagnards de la Gaspésie. De plus, le volet 2 du Programme d’investissement pour l’aménagement des forêts (PIAF) vise la mise en place d’une aide financière permettant d’assurer le maintien des activités forestières de récolte de volumes de bois issus de contraintes sur les territoires touchés par la stratégie caribou en lien avec la mise en place des mesures intérimaires.

Mesures intérimaires pour les caribous forestiers et montagnards de la Gaspésie

D’ici à ce que la stratégie soit adoptée, des mesures intérimaires d’aménagement de l’habitat du caribou forestier ont été mises en place.

Les personnes intéressées peuvent accéder aux fichiers de formes des mesures intérimaires pour l’aménagement de l’habitat du caribou forestier (version du 6 novembre 2020) et de l’habitat du caribou montagnard de la Gaspésie (version du 21 janvier 2020).

Note importante : Le contenu de ces fichiers pourrait être mis à jour en tout temps, sans préavis. Vous êtes invité à vérifier si votre version est à jour.

Acquisition de connaissances en continu

Le gouvernement poursuit l’acquisition de connaissances sur les populations de caribous. Les données sur l’état de ces populations (p. ex. l’abondance et les taux de survie des caribous au sein des populations) sont mises à jour régulièrement.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs mène de nombreux projets de recherche avec des experts à l’interne ou dans le milieu universitaire, ou collabore à ceux-ci. Les connaissances acquises permettront de faire le suivi à long terme de l’efficacité des mesures d’aménagement de l’habitat ou de gestion des populations qui sont mises en œuvre. Ainsi, certains éléments pourraient être raffinés ou ajustés au fil du temps selon l’évolution des connaissances.

Projets en cours

Suivi de l’état des populations de caribous forestiers au Québec et de caribous montagnards de la Gaspésie

Depuis 2017, le Ministère a mis en place un système de suivi des populations de caribous forestiers et de caribous montagnards de la Gaspésie. Plusieurs indicateurs de l’état des populations sont suivis afin de répertorier (OU d’analyser OU autre verbe) l’abondance et la structure des populations, les taux de survie et de reproduction, l’état de santé des caribous, les patrons d’utilisation de l’habitat par les caribous et la tendance démographique des populations.

Effet de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sur le caribou, son habitat et ses prédateurs

Le MFFP et ses partenaires (Université du Québec à Rimouski, Université Laval, Premières Nations, etc.) suivent l’évolution de caractéristiques essentielles de l’habitat du caribou forestier et du caribou montagnard de la Gaspésie dans le contexte d’une épidémie de tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE).

Quatre projets sont en cours ou en démarrage et ont pour but de mieux connaître les effets de la TBE sur le caribou et son habitat, ses prédateurs et leurs proies alternatives et comment différents programmes d’arrosage de l’insecticide Btk pourraient réduire les effets de la TBE sur l’habitat du caribou.

Approfondissement de la relation « productivité des forêts – niveaux de perturbation de l’habitat essentiel du caribou des bois » sur l’autosuffisance de ses populations locales

Le Centre d’étude de la forêt (CEF) est mandaté pour préciser la relation entre les perturbations de l’habitat et l’autosuffisance des populations de caribous du Québec. Ce projet prévoit également de mesurer la productivité forestière et de valider son effet sur cette relation. Ces résultats seront mis en relation avec une analyse de la dynamique des superficies forestières en régénération dans l’habitat des différentes populations. Les résultats sont attendus en 2021.

Détermination des variables clés pour maintenir ou restaurer la connectivité de l’habitat

L’Université du Québec à Rimouski a actuellement le mandat de déterminer les principales variables de l’habitat à considérer pour le maintien de la connectivité entre les habitats de qualité pour le caribou. Les résultats de cette étude permettront au Ministère d’ajuster les modalités d’aménagement dans les secteurs de connectivité. La fin de ce projet est prévue en 2022.

Résilience et résistance des environnements forestiers aux changements globaux

Le Ministère collabore avec plusieurs chercheurs de l’Université du Québec à Rimouski pour étudier (OU autre verbe – voir fiche ci-contre) la résilience et la résistance des environnements forestiers et de la faune aux changements globaux, y compris les perturbations naturelles, celles d’origine humaine et les changements climatiques. Cette étude permettra de mieux adapter les pratiques d’aménagement de l’habitat et de gestion des populations aux conditions futures des écosystèmes forestiers. Les résultats sont attendus en 2025.

Description des relations entre le caribou forestier, les prédateurs et les proies alternatives dans un contexte de changements globaux

L’Université Laval travaille sur un projet ayant pour but de mieux comprendre comment les relations entre le caribou forestier, les prédateurs et leurs proies alternatives, ainsi que leur distribution, sont et seront influencées par les changements globaux, tels que les perturbations de l’habitat d’origine humaine et les changements climatiques. Ce programme permettra de mieux comprendre comment les changements dans la productivité des forêts influeront sur les interactions entre le caribou et d’autres espèces, et comment la répartition du caribou pourrait en être touchée. Les résultats de ce projet permettront de mieux adapter les pratiques d’aménagement de l’habitat et de gestion des populations aux conditions futures des écosystèmes forestiers. Les résultats sont attendus en 2024.

Dynamique des populations de coyotes en Gaspésie

Depuis 2020, le Ministère étudie divers aspects de l’écologie des coyotes en Gaspésie, un prédateur des faons de la population de caribous montagnards de la Gaspésie. Des efforts sont déployés afin de préciser les patrons d’utilisation de l’habitat et d’estimer la densité de coyotes dans certains secteurs. Il est prévu d’étudier également la reproduction de cette espèce. Ce projet permettra de mieux cibler les mesures de contrôle du coyote en Gaspésie afin de favoriser la survie des faons.

Cartographie du lichen

Le Ministère effectue actuellement un projet de cartographie du recouvrement et de la biomasse des lichens dans l’aire de répartition du caribou forestier au sud de la limite nordique des forêts attribuables. Ce projet permettra d’améliorer grandement la connaissance sur la qualité des habitats.

Analyse du besoin en lichens dans le paysage

L’Université du Québec à Rimouski a actuellement le mandat de préciser le besoin en lichens terricoles (quantité, recouvrement) dans l’habitat du caribou forestier. Le projet analysera également la présence des lichens dans les habitats fréquentés par le caribou. Les résultats sont attendus en 2021.

Suivi des essais de démantèlement des chemins multiusages sur la Côte-Nord en 2017

En 2017, le Ministère a effectué des essais de démantèlement de chemins multiusages sur la Côte-Nord où différentes techniques ont été testées. Deux ans après ces travaux, le MFFP a confié à l’Université Laval et au Centre d’expérimentation et de développement de la forêt boréale (CEDFOB) le mandat de réaliser le suivi de ces travaux afin de valider l’efficacité des techniques utilisées. Les résultats de ce suivi permettront d’apporter rapidement les ajustements nécessaires pour les prochains travaux de démantèlement de chemins. Des relevés terrains additionnels ont été pris trois ans après les travaux et de nouveaux résultats seront disponibles en 2022.

Projets terminés

Caractérisation de l’utilisation des vieux chemins forestiers par le caribou et les autres espèces

Le Ministère et l’Université du Québec à Rimouski mènent une étude afin d’évaluer comment la restauration naturelle des vieux chemins influe sur leur fréquentation par le caribou et les autres espèces. L’objectif est de valider la durée de l’effet négatif des chemins sur le caribou. La fin du projet est prévue pour 2021.

Caractérisation des chemins en fonction des contraintes liées au démantèlement

Le Ministère et Rexforêt travaillent sur un projet de caractérisation des contraintes potentielles pour le démantèlement des chemins. Jusqu’à présent, les efforts ont surtout été concentrés dans les zones d’habitats en restauration et les zones de connectivité. À partir de toutes les informations disponibles, chaque tronçon de chemin est caractérisé selon différents critères (p. ex. accessibilité, présence de végétation, réseau routier stratégique, réseau routier menant à un droit permanent, réseau routier nécessaire aux futurs travaux d’aménagement forestier, etc.). Ce projet permet au Ministère d’avoir un portrait stratégique du potentiel de démantèlement et facilite la planification des projets locaux de démantèlement de chemins. Cette caractérisation est technique. Par la suite, des consultations avec les usagers concernés du territoire auront lieu, avant toute fermeture de chemin. Les chemins menant à un droit ne seront pas fermés.

Analyse de la connectivité dans l’habitat du caribou forestier

L’Équipe de rétablissement du caribou forestier a mandaté un consultant pour analyser le portrait de la connectivité fonctionnelle au Québec (Rudolph, 2019). Ce travail a permis de mettre en lumière l’importance de chacun des types d’habitats dans la connectivité globale de l’habitat pour le caribou.

Consultation des partenaires et de la population

Dans une optique de transparence, différents types de consultations ont eu lieu afin d’assurer le dialogue et l’échange d’informations en vue d’élaborer la stratégie.

Certaines structures ont été utilisées alors que d’autres ont été mises sur pied. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a également effectué une tournée des régions touchées au printemps 2019. Les enjeux soulignés ont été pris en compte pour la suite de ces travaux.

À la suite de cette tournée, sept groupes opérationnels régionaux (GOR) ont été créés. Le but est de réunir les intervenants pouvant collaborer avec le Ministère sur les aspects opérationnels forestiers de la stratégie. Ces derniers viennent de Charlevoix, de Val-d’Or et de Détour (caribou forestier), de la Gaspésie (caribou montagnard), du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord ainsi que du GOR pour le territoire d’application du chapitre 3 de La paix des braves. Leurs travaux se sont échelonnés sur une période d’un an, soit jusqu’au printemps 2020. Le MFFP a tenu une rencontre de suivi à l’automne 2021 auprès de chacun des GOR.

Tournée du ministre (mai et juin 2019)

Présentations et synthèses des commentaires

Table des partenaires

Créée en janvier 2017, la Table des partenaires réunit des représentants de l’industrie forestière, du milieu municipal, des groupes environnementaux, des syndicats du milieu forestier et des Premières Nations concernées. Elle permet d’échanger sur les préoccupations et les enjeux de tous ces acteurs et de favoriser la prise de décisions sur la stratégie.

Groupes membres de la Table des partenaires

L’équipe de rétablissement du caribou forestier

Industrie forestière :

  • Conseil de l’industrie forestière du Québec
  • Produits forestiers Résolu
  • Eacom Timber
  • Chantier Chibougamau
  • Arbec

Milieu municipal :

  • Fédération québécoise des municipalités
  • Union des municipalités du Québec

Syndicats :

  • Confédération des syndicats nationaux
  • Unifor

Autochtones :

  • Conseil de la nation Anishnabe de Lac-Simon
  • Conseil de la Nation huronne-wendat
  • Conseil de la Première Nation Abitibiwinni (Pikogan)
  • Conseil de la Première Nation des Innus d’Essipit
  • Conseil des Innus de Pessamit
  • Première Nation des Pekuakamiulnuatsh Takuhikan (Mashteuiatsh)
  • Conseil Innu Takuaikan Uashat Mak Mani-Utenam
  • Conseil des Innus de Pakua Shipu
  • Gouvernement de la Nation Crie

Groupes environnementaux :

  • Nature Québec
  • Société pour la nature et les parcs du Canada

Table Québec—Premières Nations

Puisque le caribou forestier revêt une grande importance pour les communautés autochtones, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a créé la Table Québec–Premières Nations en décembre 2017. Les Premières Nations concernées collaborent et contribuent à l’élaboration de la stratégie.

Membres de la Table Québec–Premières Nations

Algonquins :

  • Conseil de la nation Anishnabe de Lac-Simon
  • Conseil de la Première Nation Abitibiwinni (Pikogan)

Hurons-Wendats :

  • Conseil de la Nation huronne-wendat

Cris :

  • Gouvernement de la Nation Crie
  • Nation crie de Waswanipi

Innus :

  • Conseil de la Première Nation des Innus d’Essipit
  • Conseil des Innus de Pessamit
  • Conseil des Innus de NutashkuanConseil Innu Takuaikan Uashat Mak Mani-Utenam
  • Conseil des Innus de Pakua Shipu
  • Première Nation des Pekuakamiulnuatsh Takuhikan (Mashteuiatsh)

Naskapis :

  • Nation naskapie de Kawawachikamach

Gouvernement du Canada :

  • Environnement et Changement climatique Canada (observateur)

Consultation publique et consultation des communautés autochtones

Le projet de stratégie sera présenté en consultation publique et dans les communautés autochtones. Les résultats de ces consultations permettront de finaliser la stratégie.

Informations complémentaires sur les caribous forestiers et montagnards

Documentation relative à l’annonce du ministre lors du Carrefour Forêts 2019

Documentation relative au plan d’action gouvernemental 2016

À consulter aussi