Espèces exotiques envahissantes animales

Une espèce exotique envahissante est un végétal, un animal ou un microorganisme (p. ex. un virus, une bactérie ou un champignon) introduit hors de son aire de répartition naturelle, et dont l’établissement ou la propagation constitue une menace pour l’environnement, l’économie ou la société.

Au Québec, on dénombre plus de 70 espèces animales et végétales envahissantes, et plus d’une trentaine d’autres espèces sont considérées comme étant « aux portes » de la province.

Dans cette page :

Impact de la moule zébrée sur certaines structures ©NOAA

La tortue à oreilles rouges, une espèce importée pour l’aquariophilie souvent relâchée en nature ©Alan et Elaine Wilson www.naturespicsonline.com

Facteurs d’introduction et impacts des espèces exotiques envahissantes

Facteurs d’introduction

L’introduction d’espèces exotiques envahissantes a été favorisée surtout par l’augmentation des échanges commerciaux avec l’étranger. Bien que les phénomènes naturels, comme les inondations, peuvent aussi entraîner des introductions, la plupart d’entre elles sont liées aux activités humaines, qu’elles soient volontaires ou accidentelles. L’introduction peut donc provenir :

  • de l’utilisation d’une espèce pour contrôler la population d’une autre espèce;
  • des animaux de compagnie, ou des espèces chassées ou pêchées qui sont relâchées dans la nature avec ou sans autorisation;
  • d’espèces échappées de lieux de garde en captivité;
  • d’espèces transportées sur des marchandises (p. ex. le bois de chauffage);
  • d’espèces transportées par les embarcations ou les équipements nautiques n’ayant pas été nettoyés.

La hausse des températures due aux changements climatiques pourrait faciliter la survie et la reproduction de certaines de ces espèces sous nos latitudes. Les espèces exotiques envahissantes « aux portes » du Québec pourraient être favorisées, alors que d’autres, déjà présentes, mais peu abondantes pourraient voir leur nombre augmenter.

Impacts

L’environnement, l’économie et la société peuvent être touchés par l’introduction des espèces exotiques envahissantes. Par exemple, celles-ci peuvent dégrader des habitats, nuire aux espèces du Québec et détruire des milieux naturels bénéfiques aux humains. Leur présence a également des conséquences économiques importantes sur la production agricole et sylvicole, l’industrie de la pêche, la navigation de plaisance et le tourisme. Certaines espèces peuvent transmettre des maladies et des parasites à la faune et à la flore, ou être une menace pour la santé humaine. Afin de limiter leurs impacts, chacun doit alors adopter des moyens de prévention.

Lutte contre les espèces exotiques envahissantes

Dès qu’une espèce est établie dans le milieu naturel, c’est-à-dire qu’elle survit et se reproduit efficacement, il devient pratiquement impossible de la déloger et il est très coûteux de la contrôler. C’est pourquoi la prévention, la surveillance et les interventions de contrôle rapides sont des éléments clés pour lutter contre les espèces exotiques envahissantes. Les mesures de prévention sont les plus efficaces, les moins coûteuses et celles qui permettent le plus de réduire les risques.

De nombreux efforts sont déjà déployés par le gouvernement, mais plusieurs initiatives sont encore à entreprendre pour faire face aux menaces grandissantes. Le plan de lutte contre les espèces exotiques envahissantes animales  présente les axes d’intervention et les objectifs prioritaires en matière de prévention, de surveillance et de contrôle.

Vous pouvez participer à la lutte contre les espèces exotiques envahissantes en posant des gestes simples comme :

  • Inspecter et nettoyer votre embarcation et vos équipements selon les bonnes pratiques à adopter en milieu aquatique lors des activités de pêche et de loisir.
  • Ne jamais relâcher des animaux de compagnie dans la nature, que ce soit une tortue, un poisson, un oiseau, un lapin, un chat ou un chien, car ils sont des compétiteurs ou des prédateurs de la faune d’ici.
  • Ne pas transporter du bois de chauffage sur de longues distances ni d’un endroit à un autre lors de vos activités de plein air. Acheter et utiliser du bois local et laisser le bois non utilisé sur les lieux afin d’éviter de transporter des insectes ou des champignons exotiques envahissants.
  • Respecter la réglementation sur la garde d’animaux sauvages en captivité qui limite la garde de certaines espèces et interdit de relâcher des animaux exotiques dans le milieu naturel.
  • Respecter la réglementation concernant l’utilisation et le transport des poissons appâtsLes vers de terre doivent être jetés dans le jardin ou à la poubelle plutôt qu’en forêt, car ils nuisent aux sols forestiers qui ne sont pas adaptés à eux.
  • Signaler toute observation d’animaux exotiques envahissants lors de vos activités en plein air (p. ex. pêche, chasse, randonnée, etc.).

Signaler une espèce exotique envahissante

Vous pouvez nous faire part de toute observation d’animaux exotiques envahissants.

Liste des espèces exotiques envahissantes animales

La liste suivante n’est pas exhaustive, mais présente les principales espèces exotiques envahissantes animales ainsi que les insectes et champignons exotiques envahissants qui s’attaquent aux arbres.

La présence de l’espèce est décrite selon les catégories suivantes : absente du Québec, observations ponctuelles, observations récurrentes ou captures, sans preuve de reproduction locale, et établie, c’est-à-dire qu’en plus de captures et observations récurrentes, il y a preuve de reproduction locale.

Certaines espèces exotiques envahissantes sont établies depuis si longtemps qu’elles font maintenant partie du paysage québécois. C’est le cas de certains poissons, comme la carpe commune et la truite arc-en-ciel, de nombreux oiseaux (p.ex., le moineau domestique, l’étourneau sansonnet, la perdrix grise et le pigeon biset), de certains mammifères (p. ex., le rat noir, le rat surmulot, et la souris commune) et même des vers de terre. Bien que ces espèces puissent être encore néfastes localement, elles ne sont pas surveillées ni contrôlées et sont parfois même recherchées par les chasseurs et les pêcheurs.

Crustacés

Nom commun
Nom latin
Présence au Québec
Cladocère épineux
Bythotrephes longimanus
Établie
Crabe chinois à mitaine
Eriocheir sinensis
Observation ponctuelle
Crabe vert, crabe européen
Carcinus maenas
Établie
Crevette rouge sang
Hemimysis anomala
Observation récurrente
Écrevisse à taches rouges
Faxonius rusticus
Établie
Écrevisse de Louisiane
Procambarus clarkii
Absente
Écrevisse marbré
Procambarus virginalis
Absente
Petite crevette d’eau douce
Echinogammarus ischnus
Observation récurrente
Puce d’eau en hameçon
Cercopagis pengoi
Observation ponctuelle

Hydrozoaires

Nom commun
Nom latin
Présence au Québec
Méduse d’eau douce
Craspedacusta sowerbyi
Établie

Mollusques

Nom commun
Nom latin
Présence au Québec
Moule quagga
Dreissena bugensis
Établie
Moule zébrée
Dreissena polymorpha
Établie
Nasse de Nouvelle-Zélande
Potamopyrgus antipodarum
Absente
Petite corbeille d’Asie
Corbicula fluminae
Absente
Vivipare chinoise
Cipangopaludina chinensis
Établie
Vivipare géorgienne
Viviparius georgianus
Établie

Poissons

Nom commun
Nom latin
Présence au Québec
Carpes asiatiques : Carpe à grosse tête
Hypophtalmichthys nobilis
Absente
Carpes asiatiques : Carpe argentée
Hypophtalmichthys molitrix
Absente
Carpes asiatiques : Carpe de roseau
Ctenopharyngodon idella
Observation ponctuelle
Carpes asiatiques : Carpe noire
Mylopharyngodon piceus
Absente
Carpe commune
Cyprinus carpio
Établie
Crapet vert
Lepomis cyanellus
Établie
Gardon rotengle / Gardon rouge
Scardinius erythrophtalmus
Établie
Gobie à nez tubulaire
Proterorhinus semilunaris
Absente
Gobie à taches noires
Neogobius melanostomus
Établie
Grémille
Gymnocephalus cemua
Absente
Poisson à tête de serpent
Channa argus
Absente
Poisson rouge
Carassius auratus
Établie
Saumon rose
Oncorhynchus gorbuscha
Observation ponctuelle
Tanche
Tinca tinca
Établie
Truite arc-en-ciel
Oncorhynchus mykiss
Établie

Reptiles

Nom commun
Nom latin
Présence au Québec
Tortue à oreilles rouges
Trachemys scripta elegans
Observation ponctuelle

Mammifères

Nom commun
Nom latin
Présence au Québec
Cervidés exotiques :
Cerf rouge ou wapiti
Cervus elaphus
Cerf sika
Cervus nippon
Daim européen
Dama dama
Observation ponctuelle
Chat domestique
Felis silvestris catus
Observation récurrente
Lapin domestique
Oryctolagus cuniculus
Observation ponctuelle
Rat noir
Rattus rattus
Établie
Rat surmulot
Rattus norvegicus
Établie
Sanglier
Sus scrofa
Porc domestique (races rustiques)
Sus scrofa domesticus
Observation ponctuelle
Souris commune
Mus musculus
Établie

Oiseaux

Nom commun
Nom latin
Présence au Québec
Conure veuve
Myopsitta monachus
Absente
Cygne tuberculé
Cygnus olor
Observation ponctuelle
Étourneau sansonnet
Sturnus vulgaris
Établie
Faisan de Colchide
Phasianus colchicus
Observation ponctuelle
Moineau domestique
Passer domesticus
Établie
Perdrix grise
Perdix perdix
Établie
Pigeon biset
Columba livia
Établie

Insectes et vers

Nom commun
Nom latin
Présence au Québec
Agrile du frêne
Agrilus planipennis
Établie
Fulgore tacheté
Lycorma delicatula
Absente
Longicorne asiatique
Anoplophora glabripennis
Absente
Longicorne brun des épinettes
Tetropium fuscum
Absente
Longicorne des agrumes
Anoplophora chinensis
Absente
Puceron lanigère de la pruche
Adelges tsugae
Absente
Spongieuse asiatique
Lymantria dispar asiatica
L. dispar japonica
Absente
Vers de terre
Regroupe plusieurs espèces
Établie

Champignons

Nom commun
Nom latin
Présence au Québec
Chancre du noyer cendré
Ophiognomonia clavigignenti-juglandacearum
Établie
Chancre scléroderrien, race européenne
Gremmeniella abietina
Établie
Flétrissure du chêne
Bretziella fagacearum
Absente
Maladie corticale du hêtre
Neonectria faginata
Établie
Maladie du rond
Heterobasidion irregulare
Établie
Maladie hollandaise de l’orme
Ophiostoma novo-ulmi
Établie
Rouille vésiculeuse du pin blanc
Cronartium ribicola
Établie

 

Autres fiches descriptives des espèces exotiques envahissantes

À consulter aussi