Production et ensemencement

Dans cette page :

La production de poissons au Québec

Les poissons utilisés pour l’ensemencement dans les plans d’eau du Québec proviennent soit d’une station piscicole gouvernementale, soit d’une pisciculture privée.

Les piscicultures privées

Plusieurs dizaines de piscicultures privées sont en activité au Québec. Leurs activités sont encadrées et soutenues par le MAPAQ, à l’intérieur des normes établies par le Règlement sur l’aquaculture et la vente des poissons  (RAVP). Le MAPAQ estime que de 2007 à 2011 l’ensemble des pisciculteurs privés du Québec ont produit en moyenne 1 300 tonnes de poissons annuellement, dont la majorité était destinée à des ensemencements de mise en valeur, le reste étant destiné au marché de la consommation. C’est l’omble de fontaine suivi de la truite arc-en-ciel qui constituent la plus grande part de cette production.

Les stations piscicoles gouvernementales

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) est responsable de la gestion et de l’opération d’un réseau de trois stations piscicoles gouvernementales. Leur mandat est de veiller à la conservation et à la mise en valeur de la faune aquatique par le biais d’ensemencements de poissons. Le Ministère vise à maintenir et à acquérir une expertise de haut niveau, essentielle à l’efficacité de ses opérations d’ensemencement, pour soutenir le rétablissement et la saine exploitation des ressources aquatiques du Québec.

Station piscicole gouvernementale de Baldwin-Coaticook (Estrie)

Station piscicole gouvernementale de Baldwin-Coaticook (Estrie)

Station piscicole gouvernementale de Tadoussac (Haute-Côte-Nord)

Station piscicole gouvernementale de Tadoussac (Haute-Côte-Nord)

Station piscicole gouvernementale de Lac-des-Écorces (Hautes-Laurentides)

Station piscicole gouvernementale de Lac-des-Écorces (Hautes-Laurentides)

Les stations piscicoles gouvernementales occupent un créneau très spécialisé en matière de production piscicole au Québec, complémentaire à la production piscicole du secteur privé. La production de poissons dans les stations piscicoles gouvernementales vise principalement à répondre aux besoins régionaux et nationaux en matière de conservation de la ressource.

Les ensemencements de conservation ont pour objectif de repeupler un milieu aquatique dans lequel une population de poisson a été gravement perturbée. Il est également dans le mandat du gouvernement d’acquérir, au besoin, une expertise pour l’élevage d’espèces ou de lignées qui présentent des exigences particulières en matière de production piscicole.

Dans une moindre mesure, le gouvernement assure également la production d’espèces et de lignées destinées à des ensemencements de mise en valeur répondant à sa mission de promouvoir la pêche, notamment auprès de la relève. Les ensemencements de mise en valeur sont principalement effectués pour suppléer à une demande de pêche trop grande pour la productivité des plans d’eau.

Huit espèces de poissons sont actuellement produites par le réseau des stations piscicoles gouvernementales. Le Ministère privilégie l’utilisation d’espèces indigènes.

Espèces produites actuellement par le réseau des stations piscicoles gouvernementales

Doré jaune

Doré jaune

Chevalier cuivré

Chevalier cuivré

Chevalier de rivière

Chevalier de rivière

Chevalier blanc

Chevalier blanc

Saumon atlantique

Saumon atlantique

Ouananiche

Ouananiche

Omble de fontaine

Omble de fontaine

Touladi

Touladi

Les ensemencements de poissons au Québec

Bilan annuel des ensemencements

Le Ministère procède chaque année à l’ensemencement de nombreux plans d’eau publics du Québec. Les poissons proviennent habituellement du réseau des stations piscicoles gouvernementales réparties dans diverses régions de la province, de certains producteurs privés, ou encore d’organismes sans but lucratif. Nous vous invitons à consulter les bilans des ensemencements effectués au cours des dernières années par le Ministère :

Vous pouvez également consulter les listes des ensemencements effectués entre 1999 et 2017, dans chacune des régions du Québec. Pour connaître les ensemencements effectués durant l’année en cours, communiquez avec nos bureaux régionaux .

Sélectionnez la région et l’année pour connaître les ensemencements effectués par le Ministère au Québec de 1999 à 2017 .

Où aller pêcher? Plans d’eau mis en valeur par le Ministère

Même si la mission première du gouvernement en matière d’ensemencement est la conservation des populations de poissons, certains ensemencements de mise en valeur sont tout de même réalisés par le Ministère. Pour plus d’information, consultez le Programme de soutien pour l’ensemencement des lacs et des cours d’eau.

Programme de soutien pour l’ensemencement des lacs et des cours d’eau

Chaque année, le Ministère soutient les associations et les organismes locaux désireux de mettre en valeur, par des ensemencements, les plans d’eau en milieu urbain et périurbain faisant l’objet d’une trop forte exploitation. Le Programme de soutien pour l’ensemencement des lacs et des cours d’eau accorde ainsi annuellement des subventions sous forme d’argent ou de poissons, aux organismes qui en font la demande. Pour profiter de ce soutien, les organismes doivent s’inscrire à l’un des trois volets du programme :

  1. Ensemencement estival (entre autres des activités se tenant la fin de semaine de la Fête de la Pêche entrent dans ce volet)
  2. Ensemencement hivernal
  3. Camp de vacances

Pour connaître les critères d’admissibilité, de même que les formulaires à remplir pour chacun des volets, consultez le document d’information  publié chaque automne par le Ministère.

Ensemencer un plan d’eau en poissons issus d’une pisciculture privée

Plusieurs associations, organismes et territoires fauniques structurés ont recours aux piscicultures privées pour l’achat de poissons et l’ensemencement des plans d’eau. Ce type d’activité doit avoir reçu au préalable l’autorisation du Ministère, sous la forme d’un permis de transport et d’ensemencement qui est accordé au pisciculteur qui en fait la demande, sauf lorsqu’il s’agit de l’omble de fontaine. Ce permis est délivré par la Direction régionale où se trouve le plan d’eau visé par l’ensemencement.

Cependant, lorsque l’ensemencement est fait avec de l’omble de fontaine, c’est le pisciculteur lui-même qui délivre le permis, sauf dans les réserves de biodiversité.

Pour être autorisée, la demande doit respecter le zonage aquacole et les orientations ministérielles en matière d’ensemencement.