Prolongation de 5 ans du moratoire sur la pêche à la perchaude au lac Saint-Pierre

Le 4 mai 2012, le Gouvernement du Québec avait décrété, pour une période de cinq ans, un arrêt complet de la pêche commerciale et sportive à la perchaude au lac Saint-Pierre. Cette mesure était nécessaire pour assurer la protection des reproducteurs et tenter de renverser la chute préoccupante du nombre de perchaudes amorcée au milieu des années 1990.

La protection des perchaudes adultes pendant cinq ans a porté fruit en améliorant l’abondance des reproducteurs. Malgré ces résultats positifs, la population de perchaudes demeure fragile et dans une situation précaire. Les études réalisées au cours des cinq dernières années démontrent que la perchaude ne s’est pas suffisamment rétablie pour permettre la reprise de la pêche de manière durable sur le lac Saint-Pierre. Conséquemment, le 2 mai 2017, le moratoire décrété en 2012 a été reconduit pour une période de cinq ans, soit jusqu’en 2022.

Territoire où s’applique l’interdiction de pêcher la perchaude

Pourquoi interdire la pêche à la perchaude?

La population de perchaudes du lac Saint-Pierre est actuellement dans un processus de lente reconstruction et demeure dans un état préoccupant. Elle est vieillissante et son taux de mortalité est élevé, même en l’absence de pêche. La capacité du lac à produire de nouvelles perchaudes a diminué considérablement en raison de la détérioration des habitats, ce qui ralentit leur rétablissement. La faible croissance des perchaudes durant leur première année de vie les rend plus vulnérables à la prédation et à la mortalité hivernale, ce qui compromet le renouvellement de la population.

Quels sont les facteurs qui ralentissent le rétablissement de la perchaude dans le lac Saint-Pierre?

Le rétablissement est ralenti par une combinaison de facteurs :

  • Perte d’habitats de reproduction dans la plaine d’inondation;
  • Piètre qualité de l’eau des cours d’eau qui se déversent dans le lac;
  • Détérioration des herbiers aquatiques;
  • Arrivée d’espèces compétitrices;
  • Prédation de jeunes perchaudes par le cormoran à aigrettes.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) entend donc, en collaboration avec les autres ministères concernés et les intervenants du milieu, intensifier les mesures liées à ces facteurs, et ce, en complément de l’interdiction de pêcher. Parmi ces mesures, notons la restauration de milieux humides en plaine inondable et le contrôle du cormoran à aigrettes.

La Stratégie d’intervention pour l’avenir du lac Saint-Pierre

Le déclin de la perchaude est un symptôme d’un milieu détérioré. Le gouvernement convient que la santé de l’écosystème du lac Saint-Pierre est préoccupante et que sa restauration constitue une priorité gouvernementale. À cette fin,  la somme de 14 M$, pour la période de 2017 à 2022, a été attribuée par le gouvernement afin de poursuivre les efforts de la Stratégie d’intervention pour l’avenir du lac Saint-Pierre. Cette stratégie vise à restaurer la qualité de l’écosystème du lac Saint-Pierre et à y assurer une pêche durable.

Pour en savoir plus sur la Stratégie d’intervention pour l’avenir du lac Saint-Pierre, consulter le site Web du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques  à l’adresse suivante :  http://www.environnement.gouv.qc.ca/eau/lac-st-pierre/ .

À consulter :