Escouade canine

Les agents de protection de la faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs comptent sur la précieuse collaboration d’une escouade canine depuis 1995. À cette époque, un seul agent de protection de la faune et son chien couvrait tout le Québec. En 2001, de nouvelles recrues se sont ajoutées progressivement pour mieux servir l’ensemble des régions.

Devenir maître-chien

À la suite d’une sélection, les agents de protection de la faune et les chiens qui leur sont désignés suivent une formation intensive de plus de 10 semaines. Chaque année, ils font l’objet d’une nouvelle certification afin d’assurer le maintien de leurs compétences.

Les races de chien actuellement retenues sont :

  • le labrador;
  • le Chesapeake Bay retriever et;
  • le berger allemand.

Depuis 2012, tous les chiens de l’escouade canine du Service de la protection de la faune sont des bergers allemands. 

L’escouade canine de la Protection de la faune participe à :

  • des démantèlements de réseaux de braconnage;
  • des recherches en forêt ou sur des lieux suspects;
  • des perquisitions tant dans la nature qu’à l’intérieur de bâtiments, de véhicules ou d’embarcations.

Le travail du maître-chien

Les interventions du maître-chien permettent non seulement de gagner un temps considérable dans les opérations de recherche, mais aussi de déceler des indices supplémentaires et d’accumuler davantage d’éléments de preuve lors d’une enquête.

Le travail du maître-chien consiste, entre autres, à débusquer des suspects cachés ou en fuite, à retracer des animaux, des carcasses ou du poisson et même à trouver des articles ayant été utilisés pour commettre des actes de braconnage.

Un maître-chien affecté à la protection de la faune effectue en moyenne plus d’une quarantaine d’interventions par année.  Pour améliorer son efficacité, il est toujours préférable de le faire intervenir aussi rapidement que possible.

Ils font un travail remarquablement minutieux. Avec leur précieux compagnon à quatre pattes, ils forment un duo essentiel dans la lutte contre le braconnage. La chaîne NousTV à Rimouski  a rencontré le maître-chien Hubert Chabot qui nous parle de son métier et des particularités du travail avec un collègue bien spécial.

À quoi ressemble le métier d’agent de protection de la faune quand on est une femme? La Protection de la faune est heureuse d’avoir participé au projet « Objectif #100limites, au-delà des frontières professionnelles » qui cible les élèves de 3e secondaire. L’objectif? Valoriser la diversification professionnelle, celle qui évite de stigmatiser et de catégoriser les compétences selon le sexe d’une personne. Ce projet est une initiative de la Table de concertation du mouvement des femmes Centre-du-Québec .

L’éducation du chien

La base de l’éducation du chien consiste à associer la détection d’odeurs à une récompense, afin que l’opération devienne pour lui un jeu. Lorsque le chien repère un indice, le maître le récompense en lui lançant une précieuse balle de caoutchouc, appelée « KONG ». Ces chiens n’ont qu’un seul maître. Les contacts avec d’autres humains doivent donc être réduits au minimum. Ce ne sont pas des animaux de compagnie tels que nous sommes habitués d’en voir puisqu’ils sont dressés pour un travail précis.

Les équipes de l’escouade canine apportent un soutien précieux au travail des autres agents de protection de la faune. Elles sont dorénavant indispensables à la réalisation de nombreuses enquêtes conduisant à des perquisitions, à des saisies et à des condamnations.