Faune > Santé de la faune > Opérations de détection et de contrôle de la maladie débilitante chronique des cervidés > Programme de surveillance et résultats d’analyse de la maladie débilitante chronique des cervidés

Programme de surveillance et résultats d’analyse de la maladie débilitante chronique des cervidés

Les cerfs sauvages du Québec en observation

La maladie débilitante chronique des cervidés (MDC) doit être détectée rapidement pour optimiser les chances d’éradiquer la maladie ou d’en limiter la propagation. C’est pourquoi le ministère des Forêts, de la Faune est des Parcs (MFFP) a mis en place un programme de surveillance depuis 2007. Ce programme a été rehaussé en 2018 à la suite de la découverte de cas de MDC dans un élevage.

Depuis 2007, le MFFP mène, avec la collaboration du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), un programme de surveillance des cerfs sauvages.

Ce programme était au début essentiellement axé sur les régions de l’Estrie et de la Montérégie et basé sur un réseau de boucheries fournissant des échantillons de cerfs abattus à la chasse.

De 2007 à 2017 inclusivement, plus de 9 300 cerfs de Virginie sauvages ont été analysés, et aucun cas de MDC n’a été détecté.

Bilan et faits saillants de la surveillance en 2018

Dans le contexte de la détection de la MDC dans un élevage de la région des Laurentides, le Ministère a rehaussé la surveillance de cette maladie dans la faune sauvage en étendant, à l’automne 2018, son programme habituel de surveillance à d’autres régions administratives où les fortes densités de cerfs de Virginie et la présence d’élevages de cervidés contribuent à augmenter le risque d’introduction et de propagation de la MDC.

Le réseau de surveillance a ainsi été élargi notamment aux régions de la Capitale-Nationale, de la Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec. Grâce à la participation de plusieurs boucheries, en 2018, 1 978 échantillons prélevés sur des cerfs de Virginie récoltés à la chasse à travers la province ont pu être analysés.

Dans les secteurs plus près de l’élevage où ont été détectés les cas de MDC, une surveillance plus intensive a été mise sur pied. Durant toute la saison de chasse 2018, des employés du MFFP ont prélevé des échantillons sur des cervidés (cerfs de Virginie et orignaux) dans les cinq stations d’enregistrement se trouvant dans un rayon de 45 km de l’élevage touché. Ainsi, 1 053 cerfs de Virginie ont été échantillonnés dans les stations d’enregistrement, dont la presque totalité (98 %) provenait des régions des Laurentides et de l’Outaouais. De ce nombre, 447 cerfs ont été abattus dans la zone de surveillance rehaussée (ZSR). Dans cette zone, les chasseurs avaient l’obligation de faire analyser leur gibier. De plus, 32 orignaux abattus à la chasse dans les Laurentides et l’Outaouais ont également été échantillonnés dans ces stations d’enregistrement.

Cerfs de Virginie abattus à la chasse en 2018 qui ont été analysés pour la MDC dans les stations d’enregistrement ou les boucheries

Région administrative Nombre de cerfs de Virginie analysés
Montérégie 814
Laurentides 681
Estrie 518
Outaouais 381
Chaudière-Appalaches 264
Centre-du-Québec 186
Capitale-Nationale 107
Autres régions 80
Total 3 031

Tous les cerfs débités dans les boucheries participantes n’ont pas été systématiquement analysés. Les échantillons sont collectés sur les cerfs âgés de plus de 12 mois et pour lesquels le coupon de transport est toujours attaché à la tête de l’animal.

Dans la ZSR, 24 cerfs de Virginie et 1 orignal qui semblaient malades ou qui ont été trouvés morts ont également été analysés.

Lors des opérations d’abattage menées à l’automne 2018 par le MFFP, 750 cerfs ont été abattus. Tous les adultes (534) ont été analysés. Les faons n’ont pas été analysés, car les tests ne parviennent généralement pas à détecter la maladie chez les individus infectés depuis moins de 12 mois. Par mesure préventive, ces animaux devaient être retirés du milieu, car ils pouvaient être infectés et propager la MDC.

Conclusion

À ce jour, aucun échantillon provenant d’un cervidé en milieu naturel n’a été déclaré positif. L’échantillonnage réalisé indique que la maladie ne se trouve pas dans les populations sauvages ou qu’elle est à un stade d’établissement précoce. Cet état de situation nous permet de croire qu’il est toujours possible d’éviter la propagation ou l’établissement de la maladie au Québec. La poursuite des activités de surveillance intensives est nécessaire dans les secteurs à proximité de l’élevage touché afin de détecter rapidement un animal qui aurait pu être contaminé. Le maintien de faibles densités de cerfs dans ces mêmes secteurs est également important afin de réduire les contacts entre les animaux et ainsi diminuer les risques de propagation de la maladie si des animaux sont atteints.

Pour plus de détails, consultez le Bilan des opérations de détection et de contrôle de la maladie débilitante chronique des cervidés 2018 .

Surveillance en 2019

Résultat d’analyse de tous les échantillons

Les échantillons provenant des cerfs de Virginie abattus dans la ZSR sont analysés en priorité. Le traitement peut prendre jusqu’à quatre semaines maximum. Les autres échantillons sont analysés dans les meilleurs délais.

Nombre d’échantillons analysés dans la ZSR (7 novembre 2019) : 693

Résultats d’analyse de tous les échantillons des animaux abattus par les chasseurs

Afin de confirmer que la MDC est bien absente de la faune sauvage ou d’intervenir rapidement si un animal infecté est trouvé, un nombre important de cerfs de Virginie doivent être analysés dans la ZSR. Pour ce faire, le MFFP analysera les cerfs de Virginie victimes d’un accident de la route sur le territoire de la ZSR.

De plus, tout au long de la saison de chasse 2019, le Ministère assurera une présence dans chacune des stations d’enregistrement situées dans le rayon de 45 km afin d’effectuer les prélèvements requis sur les cerfs de Virginie âgé de plus de 12 mois qui seront abattus dans la ZSR.

IMPORTANT : Conservez votre numéro de permis de chasse : il pourrait être nécessaire pour consulter les résultats de l’analyse. Si un test détecte la maladie, le MFFP communiquera avec la chasseuse ou le chasseur concerné.

Dans les zones de chasse 9 ouest, 10 est et 8 nord, la surveillance de la MDC sera également rehaussée. Des boucheries seront mises à contribution pour la collecte des échantillons à analyser.

Ailleurs au Québec, aucune information ne laisse croire que la maladie pourrait être dans la faune sauvage. Néanmoins, certaines boucheries, réparties dans différentes régions du Québec, participeront également au programme de surveillance.

La collaboration des chasseurs est essentielle pour contribuer au succès du réseau de surveillance de la maladie.

Rapports

Liens utiles