Évaluation de la qualité des habitats

Pour le Ministère, la conservation des habitats fauniques dans les secteurs forestiers est une intervention prioritaire. Par conséquent, certains outils ont été mis en place afin de faciliter l’évaluation de la qualité des habitats. Nous les mettons ici à la disposition des gestionnaires forestiers, des gestionnaires de territoires fauniques et des gestionnaires de milieux récréatifs.

Dans cette page :

Qu’est-ce qu’un indice de qualité de l’habitat (IQH)?

Inspiré du « Habitat Suitability Index (HSI) », élaboré aux États-Unis, l’indice de qualité de l’habitat (IQH) est un modèle mathématique qui permet d’évaluer, pour une espèce faunique donnée, la valeur en tant qu’habitat d’une série de peuplements forestiers. On entend ici par « habitat » le milieu dans lequel une espèce animale donnée trouve, en quantité suffisante, les éléments biologiques et physiques nécessaires à sa survie et à sa reproduction.

Dans la plupart des modèles, chaque peuplement forestier se voit attribuer un indice de qualité variant entre 0 (qualité nulle) et 1 (qualité la plus élevée). L’évaluation de la qualité d’un peuplement forestier est basée sur ses caractéristiques intrinsèques telles l’âge, la composition en essences forestières, la densité, la hauteur, etc. Ces variables sont inscrites sur les cartes écoforestières du Ministère.

L’IQH ne fournit pas une estimation de la densité ou du nombre d’individus que l’on peut trouver dans un peuplement forestier. En d’autres mots, un habitat de qualité élevée n’entraîne pas nécessairement une densité plus élevée d’individus d’une espèce donnée. Des facteurs autres que la qualité de l’habitat, lesquels ne sont pas considérés dans les modèles, peuvent influencer la densité d’individus à une échelle locale, par exemple, la densité de prédateurs, la pression de chasse, la maladie, etc.

Les espèces pour lesquelles un IQH a été développé sont : le cerf de Virginie, la gélinotte huppée, le grand pic, le lièvre d’Amérique, la martre d’Amérique, l’orignal, l’ours noir, la paruline couronnée, la sitelle à poitrine rousse et l’omble de fontaine.

Pour plus de détails, consultez les guides relatifs à chaque IQH. Les sections qui suivent fournissent des renseignements additionnels sur les IQHs et sur leur élaboration.

Outils d’évaluation de l’habitat

Pour définir la valeur d’un habitat, il faut prendre en considération les besoins des espèces. Pour les espèces terrestres, ces besoins s’expriment généralement par la composition et la structure de la végétation, alors que pour les espèces aquatiques les besoins sont définis par la qualité de l’eau, la nature du substrat, la vitesse du courant et la pente du cours d’eau. Le progiciel calcule l’IQH d’un groupe de peuplements pour certaines espèces fauniques, exprimé selon un modèle mathématique ou une clé d’identification des habitats.

Avertissement

Les modèles d’indice de qualité de l’habitat (IQH) et les clés d’évaluation du potentiel d’habitat contenus dans les logiciels présentés ici n’ont pas tous été validés formellement. Les résultats ne doivent donc être considérés qu’à titre indicatif et être corroborés par d’autres indicateurs (avis de spécialistes, visites sur le terrain, etc.) avant d’être utilisés dans un cadre d’analyse et de planification des ressources du territoire forestier.

L’ IQH peut se présenter sous deux formes :

1. Modèle mathématique : par exemple l’IQH du grand pic = (CE*DH*NC)33/3

CE est la composition en essences d’un peuplement (ex. : pour le grand pic, les meilleurs peuplements sont les peuplements feuillus et les peuplements mélangés à dominance feuillue), DH est la valeur attribuée à la classe de densité-hauteur (ex. : pour le grand pic, la valeur la plus élevée est accordée aux peuplements de densité-hauteur A1-A2-B1 et B2), et, finalement, NC est la valeur que le progiciel attribue à la classe du nombre de chicots par hectare qui ont un diamètre à hauteur de poitrine (DHP) supérieur à 35 cm (ex. : pour le grand pic, les meilleurs peuplements sont ceux dont la densité de chicots par hectare [DHP ≥ 35 cm] est supérieure à 0,60 chicot).

Concrètement, un peuplement dont l’appellation est « ErBj D1 30 » correspond à une érablière à bouleau jaune de 30 ans dont la hauteur moyenne des arbres dominants et codominants est de 22 m et plus et dont la densité du couvert se situe entre 25 et 40 % (D1). Pour ce peuplement, le progiciel attribue pour le paramètre CE (composition en essences) une valeur de 3, et pour le paramètre DH (densité-hauteur) une valeur de 2; finalement, pour le paramètre NC (nombre de chicots), le progiciel attribue une valeur de 3. Il est important de noter que la valeur attribuée au paramètre NC est donnée par le progiciel et non par l’appellation forestière. Cette valeur est inférée à partir de prises de données qui ont été réalisées sur le terrain.

Ainsi, l’expression de la valeur de l’IQH pour ce peuplement se traduit comme suit :

(3*2*3).33/3 = 0,87, ce qui constitue une valeur élevée pour ce peuplement. On répétera l’opération pour l’ensemble des peuplements inclus dans la zone afin d’obtenir une image de la qualité de l’habitat du grand pic.

Note : Les valeurs de l’habitat sont exprimées selon une moyenne géométrique qui permet de ramener la valeur en une cote comprise entre 0 et 1. La cote 0 signifie un habitat nul et la cote 1, une valeur d’habitat élevée.

2. Clé d’identification du potentiel en habitat

La clé d’identification constitue la seconde forme de présentation de l’IQH. Il y a deux raisons qui justifient l’utilisation d’une clé d’identification du potentiel en habitats pour certaines espèces. La première est que, dans le cas de la martre d’Amérique, il fut décidé de modifier rapidement l’IQH initial à la suite des nouvelles découvertes sur son habitat. La seconde est que le réalisation d’une clé d’identification exige beaucoup moins de temps et d’investissements. Il est important de se rappeler que l’IQH est un outil qui permet de faire un bilan sur un territoire à l’échelle macro ( ≥ 50 km2) et non une évaluation précise d’un peuplement à une échelle beaucoup plus fine (quelques hectares).

Contrairement au modèle mathématique qui décortique l’appellation forestière en évaluant chacun des paramètres qui la compose, la clé d’identification porte un jugement global sur l’ensemble de l’appellation forestière. Autrement dit, la clé répond à la question « Que vaut ce peuplement pour une espèce donnée? ». Par exemple, en termes d’habitat, que vaut une « SS B2 50 el » pour la martre? ou encore, que vaut un peuplement mélangé à tendance résineuse dans un ravage de cerf de Virginie?

Logiciel et guides d’utilisation

Logiciel MAXICOUP 

Guides et autres outils

Guides d’utilisation

Indices de qualité de l’habitat (IQH) au Québec

La clé d’évaluation de l’habitat de la gélinotte huppée est disponible à l’annexe 1 du guide. Par contre, il n’est pas recommandé d’utiliser l’outil présenté à l’annexe 2. Il est plutôt suggéré d’utiliser l’outil Faune-MQH.

Clés d’évaluation du potentiel d’habitat au Québec