Habitats fauniques

Un habitat faunique est un lieu naturel ou plus rarement artificiel, qui est occupé par une espèce ou un groupe d’espèces fauniques. Celles-ci y trouvent les éléments nécessaires à leur survie et à la satisfaction de leurs besoins fondamentaux en matière d’abri, d’alimentation et de reproduction.

Dans cette page :

Habitat et besoins fondamentaux des espèces

Les besoins fondamentaux des espèces sont satisfaits grâce à plusieurs éléments disponibles en quantité et en qualité suffisantes dans leur habitat. L’abondance des populations fauniques d’un territoire sera donc déterminée par la qualité de ses habitats.

Pour certaines espèces, l’utilisation de plusieurs habitats est nécessaire au cours de leur vie afin de s’adapter aux saisons ou d’accomplir leur cycle de vie (reproduction, migration, hivernage). Le libre accès aux différents habitats et leur connectivité sont essentiels pour la survie de ces espèces. De plus, un même habitat, au même moment, peut être occupé par différentes espèces fauniques. Cette cohabitation est possible, car chaque espèce possède ses propres exigences à l’égard de l’habitat.

Par exemple, au printemps, la plaine inondable du lac Saint-Pierre rassemble une diversité d’éléments qui répondent aux besoins de l’oie des neiges . En plus d’une halte de repos, cet endroit offre un garde-manger naturel exceptionnel permettant à l’oie de faire le plein d’énergie avant de migrer vers le nord, pour y nicher. Ce lieu offre également, au même moment, une combinaison gagnante pour la reproduction du brochet , en lui permettant d’y déposer ses œufs sur la végétation inondée.

L’abri

Pour assurer leur survie, les espèces doivent pouvoir se protéger contre les prédateurs et les conditions climatiques extrêmes. L’organisation naturelle d’un habitat joue un rôle important en ce sens, en offrant, par exemple, un couvert de camouflage, une zone inaccessible aux prédateurs, un abri contre les intempéries, etc. Ces besoins changent selon les différentes activités de la faune et au fil des saisons.

Par exemple, un ravage de cerf de Virginie est un lieu occupé par le cerf durant la période hivernale. Ce cervidé y trouve un abri qui le protège du vent, du froid et de la neige, de même qu’une quantité suffisante de nourriture pour traverser cette rude saison.

L’alimentation

Les besoins alimentaires de la faune peuvent varier selon les saisons, mais également selon le sexe et l’âge des individus. En effet, les aliments consommés par les adultes ne conviennent pas nécessairement aux jeunes en début de croissance. Ainsi, certaines espèces utilisent un habitat où l’apport en nourriture est adéquat à une période précise de leur cycle de vie. Par la suite, elles quitteront cet habitat pour un nouveau milieu qui correspondra davantage à leur nouveau régime alimentaire.

Plusieurs facteurs influencent l’alimentation d’une espèce, particulièrement la disponibilité, l’abondance et l’accessibilité de la nourriture. La qualité de cette nourriture est aussi importante puisqu’elle permet aux espèces fauniques de répondre le plus adéquatement possible à tous leurs besoins en éléments minéraux et énergétiques. Dans un habitat de mauvaise qualité, l’animal augmentera ses déplacements, ainsi que ses dépenses énergétiques, pour satisfaire l’ensemble de ses besoins, ce qui le rendra, entre autres, plus vulnérable à la prédation.

Par exemple, le marais constitue l’habitat du crapaud d’Amérique  au stade têtard. Cet habitat lui permet de combler ses besoins alimentaires qui sont, à ce stade, exclusivement végétariens. Lors de sa métamorphose, le tube digestif se transforme afin de mieux répondre au régime carnivore de la phase adulte, c’est-à-dire un régime basé sur la consommation de proies animales. Pour le crapaud d’Amérique, ces proies sont principalement des invertébrés terrestres ou plus rarement, de plus petits crapauds. Par la suite, le crapaud adulte occupe les milieux avoisinant les plans d’eau, afin de trouver une nourriture constituée en majorité d’insectes. Le milieu aquatique demeurera cependant important pour le dépôt de ses œufs lors de l’activité de reproduction.

La reproduction

Un habitat de qualité favorise le succès de reproduction d’une espèce. Il offre, par exemple, des lieux propices à la parade des oiseaux, au dépôt des œufs par les poissons, à l’aménagement d’un nid ou d’une tanière, etc. Plus tard, l’habitat permettra notamment aux petits de trouver une nourriture adaptée à leur régime alimentaire et des abris pour les protéger des prédateurs.

Par exemple, la falaise habitée par une colonie d’oiseaux est un bon exemple d’habitat favorisant la reproduction. Ce lieu, relativement inaccessible, protège la colonie contre les attaques des prédateurs. Certaines espèces, dont les cormorans  et les fous de bassan , utilisent ces falaises pour y couver leurs œufs et assurer l’alimentation de leurs petits.

Habitats fauniques protégés légalement

Puisqu’ils constituent des milieux essentiels pour la faune, plusieurs habitats fauniques du Québec bénéficient d’une protection légale. Dans ceux-ci, toute activité qui pourrait modifier un élément nécessaire aux besoins des espèces visées par cet habitat est interdite.

Pour bénéficier de cette protection légale, les habitats fauniques doivent être situés sur les terres du domaine de l’État. Leurs limites légales doivent être cartographiées et faire l’objet d’un avis à la Gazette officielle du Québec. La cartographie des limites de l’habitat du poisson n’est cependant pas requise, sauf dans le golfe du Saint-Laurent et la baie des Chaleurs.

Les 11 types d’habitats fauniques protégés légalement sont décrits dans le Règlement sur les habitats fauniques. Ensemble, ils permettent de protéger une grande diversité d’espèces fauniques du Québec, notamment les poissons, les crustacés, les mollusques, certains grands mammifères, comme le caribou et le cerf, ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux marins et de sauvagine.

Parmi les habitats protégés, on retrouve ceux des espèces fauniques menacées ou vulnérables. Les espèces qui bénéficient actuellement de cette protection sont :

Les habitats fauniques désignés légalement peuvent être trouvés au moyen de diverses sources : en téléchargeant les plans des habitats fauniques sur Données Québec ou en consultant le Registre du domaine de l’État ou la Gazette officielle du Québec .

À consulter aussi