Foire aux questions

Stratégie nationale de production de bois

1. Est-ce que cette nouvelle approche en matière de valeur de l’offre de bois récolté influera sur la possibilité forestière?

Le volume disponible est une composante majeure de l’offre de bois. L’objectif de la future stratégie nationale de production de bois est de produire un plus grand volume de bois qui possèdent les caractéristiques recherchées par l’industrie. Orienter les investissements en sylviculture vers les traitements les plus rentables, gérer les risques et apporter des soins constants aux travaux réalisés sont des mesures qui concourront à augmenter le volume de bois disponible pour la récolte.

2. Qu’entend faire le Ministère pour améliorer le suivi et l’entretien des superficies aménagées et s’assurer des rendements?

Le Ministère s’est doté d’un plan d’action pour bonifier les suivis en vue d’assurer la régénération et la croissance des jeunes forêts, particulièrement les plantations. Ces suivis mettent à profit des technologies de pointe permettant de prendre une meilleure précision, à moindre coût.

3. On ne connaît pas les marchés futurs, alors comment peut-on s’assurer de la rentabilité des investissements en sylviculture?

En investissant dans des « valeurs sûres », telles que :

  1. le volume total récoltable;
  2. le volume à l’hectare;
  3. la composition en essences;
  4. le diamètre des arbres;
  5. la qualité du bois.

On sait que, traditionnellement, ces valeurs sûres génèrent une meilleure rentabilité et un plus large panier de produits, donc plus d’occasions d’affaires. En misant sur ces valeurs sûres, on augmente nos chances de succès.

4. Quel est le lien entre la future stratégie nationale de production de bois et la lutte contre les changements climatiques?

La production de bois peut viser plusieurs objectifs simultanément. La création de richesse à partir du bois et la lutte contre les changements climatiques convergent vers des solutions mutuellement bénéfiques. La lutte contre les changements climatiques intègre à la fois la séquestration de carbone en forêt et l’utilisation accrue des produits du bois. Ces deux aspects sont intimement liés à la stratégie nationale de production de bois tant par les objectifs de production ligneuse visés que par les moyens sylvicoles utilisés. Une vision intégrée de ces deux aspects de la production de bois permet de bénéficier pleinement des effets des investissements sylvicoles.

5. Qu’est-ce que la future stratégie nationale de production de bois va changer concrètement dans la gestion des forêts?

Elle change notre façon d’investir en forêt en passant du volume à la valeur. Dorénavant, nous aurons des cibles nationales, et des objectifs régionaux seront établis pour atteindre ces cibles. Les gestes posés en forêt le seront pour produire du bois ayant des caractéristiques désirées. Le risque (perturbations naturelles) et les incertitudes (changements climatiques) seront aussi pris en compte dans nos choix d’aménagement forestier.

6. Est-ce qu’un budget sylvicole supplémentaire sera accordé?

L’investissement en sylviculture a dépassé 1,4 G$ dans la dernière période de cinq ans. À court terme, l’objectif est d’utiliser le plus efficacement possible ce budget pour atteindre nos cibles. Si nos analyses économiques démontrent qu’à certains endroits ou dans certains travaux il est rentable d’investir davantage, il sera possible d’envisager des demandes de budget additionnel.

7. Qu’est-ce que la valeur? Comment se calcule-t-elle?

La valeur, selon la stratégie nationale de production de bois, est la multiplication du volume de bois par la valeur de ce volume. On peut donc augmenter le volume ou sa valeur pour augmenter la valeur de l’offre de bois. La stratégie vise à augmenter les deux, pour créer encore plus de richesses.

8. Pourquoi proposer une cible de 25 % d’aires d’intensification de la production ligneuse (AIPL) sur le territoire québécois?

L’objectif principal des aires d’intensification de la production ligneuse (AIPL) est de convenir, avec les partenaires, des endroits où une sylviculture intensive sera pratiquée. Parce que ce type de sylviculture demande généralement des investissements importants, le Ministère tient à ce que les rendements escomptés puissent être atteints et que la récolte puisse se faire au moment opportun.

À l’intérieur des AIPL, les modalités relatives à la protection de l’environnement sont assurées par les dispositions réglementaires en vigueur. Les orientations ministérielles relatives à l’aménagement écosystémique continueront de s’appliquer à l’échelle du paysage.

9. Pourquoi ne pas avoir fixé des quantités de traitements sylvicoles à réaliser pour atteindre les cibles du projet de stratégie nationale de production de bois?

Le projet de stratégie nationale de production de bois fixe des cibles nationales et les axes majeurs pour les atteindre. Il n’existe pas de recette sylvicole unique pour les atteindre. Les moyens seront régionalisés en fonction de l’offre de bois, de la structure industrielle et de la demande actuelle et envisagée de chaque territoire.

10. Le milieu sera-t-il consulté pour l’élaboration des stratégies de production de bois régionales?

Le régime forestier québécois comporte des mécanismes pour prendre en compte les intérêts, les valeurs et les besoins de la population québécoise tout au long du processus de planification forestière. Le déploiement de la future stratégie nationale de production de bois par des stratégies régionales se fera en utilisant ces mécanismes de participation du milieu pour permettre une gestion participative, intégrée et régionalisée des ressources forestières.

Tel qu’il est prévu par la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier (LADTF), le Ministère procèdera à des consultations distinctes avec les communautés autochtones.

11. Comment les cibles à court, moyen et long termes seront-elles atteintes?

À court terme, une partie du volume disponible n’est pas récoltée annuellement, autant en forêt publique qu’en forêt privée. En forêt privée, des efforts seront faits pour mobiliser les propriétaires forestiers pour la mise en marché de volumes supplémentaires. En forêt publique, des investissements seront réalisés pour récolter et remettre en production des forêts sous exploitées.

À long terme, l’arrivée à maturité d’importantes superficies de plantations, un meilleur taux de réussite des travaux sylvicoles par un meilleur suivi, la production d’essences de plus haute valeur et l’amélioration de la qualité des forêts feuillues contribueront à l’atteinte des objectifs.

12. Le projet de stratégie nationale de production de bois prend-il en compte l’aménagement écosystémique?

Le projet de stratégie nationale de production de bois est bâti sur ces acquis du régime forestier. L’aménagement écosystémique permet de façonner une forêt diversifiée et résiliente qui constitue une assise solide pour que la production de bois soit envisagée avec confiance. Il permet ainsi de faire face aux incertitudes de l’avenir. L’aménagement écosystémique fait donc partie du cadre dans lequel se réalise la création de richesse.