Écologie

Inventaire écologique du Québec méridional

De 1986 à 2000, un important programme d’inventaire écologique a été réalisé dans les forêts du Québec méridional où 28 425 points d’observation écologique (POE) ont été établis sur un territoire couvrant 760 000 km2. Un POE est une placette-échantillon circulaire de 400 m2 où l’on recueille des données sur le type de couvert forestier (composition, structure), la végétation de sous-bois (plantes indicatrices) et les caractéristiques du sol (dépôt, drainage). La Norme technique des POE  décrit en détail les données recueillies dans une telle placette. Les données des POE présentent la répartition des espèces végétales au Québec et ont permis de définir les types écologiques et de développer le Système hiérarchique de classification écologique du territoire pour la portion méridionale du Québec. Vous pouvez visualiser les POE ou les télécharger gratuitement en accédant à la fiche descriptive   sur Données Québec.

L’inventaire écologique du territoire situé au nord du Québec méridional a également été réalisé de 2000 à 2010. Les données du programme d’inventaire écoforestier nordique (PIEN) et de l’inventaire écodendrométrique du Nord québécois ont permis d’étendre et de compléter le Système hiérarchique pour l’ensemble du Québec. Pour plus d’information sur ces inventaires, consultez la page Nord québécois.

Système hiérarchique de classification écologique du territoire

Le Système hiérarchique de classification écologique a pour but de décrire la diversité écologique des territoires forestiers du Québec et d’en présenter la distribution. Il est composé de 11 niveaux délimitant des écosystèmes à diverses échelles. Parmi les niveaux supérieurs, on distingue, par exemple, les zones de végétation qui correspondent à de vastes territoires caractérisés par la physionomie des formations végétales et qui reflètent les grandes subdivisions climatiques québécoises. Parmi les niveaux sous-jacents, on compte les unités de paysages régionaux qui sont caractérisées par une organisation récurrente de facteurs écologiques permanents du milieu et de la végétation, notamment le type de relief, l’altitude moyenne, la nature et la distribution des principaux dépôts de surface.

Les huit premiers niveaux du système hiérarchique s’emboîtent parfaitement les uns dans les autres. Par exemple, un groupe de districts écologiques forment une unité de paysage régional de la même façon qu’un regroupement de régions écologiques correspond à un sous-domaine bioclimatique. Chacun des niveaux peut servir à l’élaboration de thématiques diverses. Vous pouvez visualiser ces huit niveaux ou télécharger gratuitement les données du système hiérarchique en accédant à la fiche descriptive  sur Données Québec.  Vous pouvez également y consulter tous les documents associés au système hiérarchique, notamment la Carte des régions écologiques du Québec  qu’il est également possible d’acheter en version papier aux Publications du Québec . Le document Niveaux supérieurs du Système hiérarchique de classification écologique  fournit une description détaillée des caractéristiques de chaque niveau alors qu’un dépliant  en fait le survol.

Guides de reconnaissance des types écologiques

L’unité de base du système hiérarchique de classification écologique est le type écologique, un attribut de chaque peuplement forestier intégré à la carte écoforestière. Il permet, entre autres, de segmenter la forêt en entités écologiques et est considéré lors de l’élaboration de scénarios sylvicoles. Le type écologique tient compte à la fois des caractéristiques de la végétation, y compris sa dynamique, et de celles du milieu physique. Des guides de reconnaissance des types écologiques ont été produits afin de permettre son identification sur le terrain.

La série des guides de reconnaissance des types écologiques comporte 23 documents qui couvrent chacun un territoire donné, soit une ou plusieurs régions écologiques. Ces guides renferment toute l’information nécessaire pour déterminer le type écologique sur le terrain au moyen de clés d’identification :

  • du milieu physique (texture et drainage du sol);
  • du couvert arborescent;
  • des groupes d’espèces indicatrices;
  • des végétations potentielles;
  • des dépôts de surface;
  • des fiches d’identification des espèces de sous-bois;
  • un schéma appelé « sère physiographique » qui renseigne sur les caractéristiques des principaux types écologiques du territoire.

Vous pouvez télécharger gratuitement un Guide de reconnaissance  en cliquant sur la région écologique de votre choix dans Forêt ouverte. Vous pouvez également acheter un Guide de reconnaissance des types écologiques  en version papier aux Publications du Québec.

Guides des stations forestières

Les stations forestières sont des unités territoriales qui regroupent les types écologiques semblables en matière de productivité potentielle, de dynamique de la végétation et de contraintes pouvant limiter la sylviculture et l’aménagement forestier. Ces unités servent à la planification forestière. L’identification de la station est préalable à l’identification des scénarios sylvicoles possibles par l’entremise du tome 3 du Guide sylvicole du Québec.

La série des guides des stations forestières comprend 22 documents qui présentent les différentes stations forestières d’un territoire donné, soit une ou plusieurs régions écologiques. Dans chaque guide, les stations forestières sont présentées et décrites en fonction de la superficie, de la distribution, de la productivité, du potentiel forestier et des contraintes sylvicoles. Vous pouvez télécharger gratuitement un Guide des stations  en cliquant sur la région écologique de votre choix dans Forêt ouverte. Les données des stations forestières peuvent également être téléchargées en accédant à la fiche descriptive  sur Données Québec.

Contraintes à l’aménagement forestier

Des données concernant sept contraintes à l’aménagement forestier liées au milieu physique sont estimées pour chaque peuplement écoforestier. Ces contraintes peuvent constituer des obstacles aux interventions sylvicoles ou à la durabilité de l’aménagement forestier en raison des conditions physiques du milieu (pente, dépôt, drainage, etc.). Les sept contraintes sont regroupées en trois catégories selon qu’elles ont une influence sur :

  • l’opérationnalité des travaux, c’est-à-dire sol mince;
  • la praticabilité du terrain, c’est-à-dire solidité, pente et rugosité;
  • la fragilité du milieu, c’est-à-dire risque d’orniérage, risque d’érosion et sensibilité à l’exportation de biomasse.

L’Atlas des contraintes à l’aménagement forestier  liées au milieu physique est une série de 10 documents, lesquels couvrent différentes régions administratives. En plus de la méthodologie d’évaluation des contraintes qui y est présentée, des cartes interactives pour chaque unité d’aménagement et territoire d’agence régionale de mise en valeur des forêts privées de la région concernée permettent de visualiser le résultat de la cartographie des contraintes. Vous pouvez également visualiser  les contraintes à l’aménagement sur Forêt ouverte ou télécharger  les données en accédant à la fiche descriptive  sur Données Québec.

Productivité potentielle des essences forestières

Des données de productivité potentielle sont calculées pour chaque peuplement forestier productif, pour les principales essences associées à la végétation potentielle du peuplement. Ces valeurs sont exprimées sous la forme d’un indice de qualité de station (IQS) ou d’un accroissement en surface terrière, selon l’essence.

Ces données permettent d’évaluer le potentiel de croissance des arbres selon des conditions de végétation potentielle, de milieu physique et de climat et de répertorier des endroits où il peut être plus rentable d’investir dans un aménagement forestier intensif. Même si le peuplement évolue dans le temps, la valeur de productivité potentielle ne sera pas modifiée, car elle fait référence à des variables du site qui, elles, sont relativement stables dans le temps. Vous pouvez visualiser  la productivité potentielle des essences forestières sur Forêt ouverte ou télécharger gratuitement les données en accédant à la fiche descriptive  sur Données Québec.

Données climatiques

En tout, 20 variables climatiques sont estimées pour chacun des peuplements au moyen du logiciel BioSIM . Les données représentent des conditions climatiques moyennes sur 30 ans (1981 à 2010) estimées à partir des stations météorologiques avoisinantes. Elles servent notamment comme intrant pour le calcul d’autres variables de l’inventaire écoforestier. Les données peuvent être téléchargées gratuitement en accédant à la fiche descriptive  sur Données Québec.

Caractérisation de la qualité du bois

Les données issues du projet de la caractérisation de la qualité du bois présentent le potentiel de densité et de rigidité du bois des principales essences boréales du Québec : sapin baumier, épinette noire, épinette blanche, pin gris, peuplier faux-tremble et bouleau à papier. Ces données sont associées à chaque peuplement de la carte écoforestière et peuvent être utilisées pour désigner des secteurs à fort potentiel de bois dense ou rigide. Les valeurs de densité et de rigidité du bois proviennent d’une modélisation basée sur l’analyse par spectroscopie proche infrarouge de milliers de carottes de bois issues des placettes-échantillons temporaires (PET), ainsi que d’une modélisation de variables cartographiques et géoclimatiques. La méthode d’estimation et l’utilisation recommandée des données sont décrites dans un document de référence . Vous pouvez visualiser   la répartition des valeurs potentielles de densité et de rigidité du sapin baumier et de l’épinette noire sur Forêt ouverte ou télécharger gratuitement les données pour toutes les essences en accédant à la fiche descriptive  sur Données Québec.