Forêts > Mois de l’arbre et des forêts > Ressource renouvelable

#ressourcerenouvelable

Plusieurs ressources naturelles ont la fabuleuse caractéristique d’être renouvelables. Cela en fait un atout fort utile pour les humains, mais aussi pour la faune et pour l’environnement en général.

Une ressource renouvelable, c’est une ressource qui peut se reconstituer de façon continue dans un horizon de temps défini. Ce n’est pas le cas d’une ressource non renouvelable qui, elle, ne peut être remplacée après usage… Lorsqu’elle est épuisée, il faut en trouver une autre pour compenser.

Quelles ressources sont renouvelables?

Les exemples les plus connus de ressources renouvelables sont les arbres, l’eau, le vent, la faune, la flore, le soleil. À l’opposé, voici quelques exemples de ressources non renouvelables : le gaz naturel, le pétrole, les minerais, métaux et pierres précieuses, le charbon.

Chaque arbre est une ressource renouvelable, ce qui signifie qu’il a la capacité de repousser. Cette caractéristique permet aux humains d’aménager les forêts pour en utiliser le bois de façon continue, siècle après siècle. D’ailleurs, sachez que le bois est le seul matériau de construction issu d’une ressource renouvelable.CC-4

La plantation d’arbres est utile et nécessaire lorsque la régénération des arbres est déficiente ou absente, comme c’est le cas en milieu urbain. Il faut alors systématiquement procéder à de la plantation puisque les arbres ne peuvent s’y régénérer naturellement à cause, entre autres, du manque d’humus au sol et de la déficience du lit de germination.

Peut-on épuiser une ressource renouvelable?

Évidemment, toute ressource renouvelable peut s’épuiser si elle est utilisée plus rapidement qu’elle n’est régénérée (surutilisation) ou si les conditions nécessaires à sa reconstitution ne sont pas réunies (acidité ou pauvreté du sol, par exemple).

Le renouvellement à grande échelle des ressources forestières

Deux grands types de perturbations affectent les forêts et, en général, favorisent le renouvellement des arbres : les perturbations naturelles et les perturbations d’origine humaine.

Effets des perturbations naturelles sur les forêts

Depuis toujours, le renouvellement de la forêt boréale est intimement lié aux perturbations naturelles. Avec le temps, les forêts se sont ainsi adaptées aux feux, aux insectes indigènes et aux maladies. Plusieurs essences d’arbres n’attendent d’ailleurs que le passage du feu ou d’une grande épidémie pour pouvoir se régénérer. Par exemple, les pins gris et les épinettes noires ont besoin du feu pour ouvrir leurs cônes et libérer les semences avec lesquelles apparaîtront de nouveaux arbres.

Il faut savoir que les grands feux de forêt et les épidémies d’insectes sont étroitement associés à la forêt boréale. Dans cette forêt caractéristique du Nord québécois, de grandes perturbations surviennent fréquemment. Plusieurs grands peuplements d’arbres disparaissent alors d’un seul coup. Heureusement, cette situation est souvent temporaire, car les forêts finissent par se régénérer. Tous les arbres se renouvellent alors en même temps. Par conséquent, ils auront pratiquement tous le même âge, soit l’âge du temps écoulé entre deux perturbations. Et ils seront généralement tous de la même espèce, soit celle favorisée par le passage de la perturbation. Pour les mordus de science, c’est ce qu’on appelle une forêt équienne monospécifique!

Effets des perturbations d’origine humaine sur les forêts

La récolte d’arbres dans les forêts publiques du Québec et l’aménagement du territoire forestier ne datent pas d’hier. Cependant, les principes évoluent. La science aide à faire progresser les techniques de récolte forestière modernes au point où il est possible et souhaité de reproduire les effets des perturbations naturelles dans les forêts. Les plus récentes méthodes d’aménagement cherchent maintenant à assurer un meilleur maintien de la biodiversité et de la viabilité des écosystèmes, en diminuant les écarts entre la forêt aménagée et la forêt naturelle. Dans tous les cas, le recours au reboisement est prescrit si la régénération est déficiente. L’important, c’est d’assurer le renouvellement rapide de la forêt, à tout coup. L’ensemble des utilisateurs des forêts doit pouvoir bénéficier de l’aménagement durable. Ainsi, les chasseurs de gros gibier préfèrent des secteurs fraîchement récoltés où la régénération est abondante : c’est le garde-manger de leur cible. Les villégiateurs et les touristes qui fréquentent les pourvoiries sont heureux de pouvoir utiliser les chemins entretenus par les forestiers pour se rendre à destination. Les amateurs de VTT et de motoneige bénéficient des aménagements qui leur permettent de circuler sur l’ensemble du territoire et de traverser des forêts de tous âges.

Conclusion

Les forêts semblent éternelles grâce aux nombreux arbres qui les composent. Cependant, chaque arbre a une durée de vie définie et terminera sa vie un jour ou l’autre. En vue de perpétuer l’espèce, les arbres ont développé toutes sortes de stratégies. Ils profitent par exemple de la mort d’un congénère ou du passage d’une perturbation pour croître ou se reproduire. Cette caractéristique permet aux humains d’aménager la forêt en récoltant périodiquement la ressource afin d’en utiliser le bois, de génération en génération. L’aménagement forestier s’appuie sur la connaissance relative au renouvellement des espèces d’arbres afin de s’assurer du continuel renouvellement des peuplements forestiers à long terme. Cela permet de contribuer à stocker du carbone dans les forêts en régénération et de transformer le bois récolté en produits durables. Les forêts et les produits forestiers contribuent ainsi à réduire la quantité de gaz à effet de serre qui se trouvent dans l’atmosphère. Ils font indéniablement partie de la solution dans la lutte contre les changements climatiques!