Parcs > Réseau des parcs nationaux > Parc national Kuururjuaq

Parc national Kuururjuaq

Date de création : 21 mai 2009
Superficie : 4 460,8 km2
Région administrative : Nord-du-Québec
Régions naturelles : Contreforts des monts Torngat

Description du territoire

Situé à l’est de la baie d’Ungava, le parc national Kuururjuaq est le second parc à avoir été créé au Nunavik. Il est le fruit d’une étroite collaboration avec la communauté inuite de Kangiqsualujjuaq.

Le parc national Kuururjuaq présente des paysages parmi les plus spectaculaires au Québec. À titre d’exemple, le mont D’Iberville, qui domine le massif des monts Torngat avec ses 1 646 m d’altitude, est le plus haut sommet du Québec, mais aussi le plus haut de l’est continental du Canada. Du haut de ces montagnes, on peut observer le travail colossal des glaciers, qui ont façonné de larges vallées.

C’est dans une de ces vallées que coule la rivière Koroc, dont le bassin versant est presque complètement protégé par le parc. D’ailleurs, le terme Kuururjuaq est le nom inuttitut pour désigner la vallée de la rivière Koroc. Cette rivière aux eaux limpides est ponctuée de cascades et de chutes et s’écoule vers la baie d’Ungava dans une profonde vallée glaciaire sur une distance de 166 km. Cette vallée abrite une forêt dense d’épinettes noires et de mélèzes ainsi que le peuplement de bouleaux blancs le plus au nord du Québec, ce qui fait de cet endroit une véritable enclave boréale en zone arctique.

La vallée de la rivière Koroc constitue une voie de communication naturelle entre la baie d’Ungava et la mer du Labrador, et ce, tant pour la faune que pour les Inuits. De nombreuses traces d’occupation passée ont été observées le long de la rivière. Les gens utilisaient ce corridor afin de se rendre à la baie de Ramah en bordure de la mer du Labrador pour récolter du quartzite, une pierre de qualité employée dans la fabrication d’armes de chasse et d’outils.

Documentation

Réservation

Pour préparer votre séjour dans le parc national Kuururjuaq :