Parcs > Réseau des parcs nationaux > Projet de parc national de la Baie-aux-Feuilles

Projet de parc national de la
Baie-aux-Feuilles

Superficie de la réserve de parc : 3 868 km2
Région administrative : Nord-du-Québec
Régions naturelles : Côte de la baie d’Ungava, plateau de l’Ungava, fosse du Labrador

Description du territoire

Projet de parc national de la Baie-aux-Feuilles

Le territoire visé par le projet de parc national de la Baie-aux-Feuilles renferme le plus important estuaire de la baie d’Ungava. On y observe les plus hautes marées au monde, lesquelles atteignent jusqu’à 17 m d’amplitude. La création du parc national permettra de protéger des éléments géologiques particuliers de la fosse du Labrador, qui abritent une grande variété de plantes rares, dont plusieurs espèces de plantes vasculaires, de bryophytes ou de lichens qui s’ajoutent à la flore du Québec, du Canada ou même de l’Amérique du Nord.

Le territoire du projet de parc est aussi réputé pour sa richesse en espèces animales en situation précaire. Parmi celles-ci, notons le faucon pèlerin et l’aigle royal, deux espèces désignées vulnérables. Il s’agit également du meilleur endroit pour observer le bœuf musqué, introduit au Nunavik depuis l’île d’Ellesmere dans les années 1960 à des fins d’élevage, pour récolter sa laine.

Projet de parc national de la Baie-aux-Feuilles

Le projet de parc de la Baie-aux-Feuilles se distingue en outre par la grande quantité de sites archéologiques qui y sont recensés. Tout le long de la côte, on peut voir des vestiges des campements des Inuits et de leurs ancêtres thuléens et dorsétiens.

Les communautés inuites d’Aupaluk, de Kuujjuaq et de Tasiujaq participent au processus de création du projet de parc national de la Baie-aux-Feuilles, dont le nom officiel devrait être un mot de la langue inuttitut choisi par les Inuits.

Documentation