Nouvelles publications
La Direction de la recherche forestière du MFFP vous informe des publications parues
de septembre 2016 à avril 2017. Nous espérons que ces publications répondent à vos intérêts.
 
Note de recherche forestière n°144
Capacité des modèles SaMARE et Artémis à simuler l’évolution des peuplements après une coupe de jardinage pratiquée dans un contexte opérationnel
par Martin-Michel Gauthier, François Guillemette, Hugues Power et Filip Havreljuk
Nous avons évalué les biais et les erreurs des prévisions de 3 modèles de simulation forestière, SaMARE-2006, Artémis-2009 et Artémis-2014, pour la surface terrière marchande et l’accroissement annuel net en surface terrière des arbres. L’analyse a porté sur des placettes ayant été traitées ou non par une coupe de jardinage pratiquée dans un contexte opérationnel dans des forêts de feuillus du Québec. Les 3 modèles ont généralement bien simulé l’évolution de la surface terrière marchande pour une période de 10 ans après la coupe. Toutefois, les biais associés à l’accroissement net en surface terrière étaient parfois importants par rapport aux seuils de tolérance proposés (0,05 m2·ha-1·an-1, ou 5% en valeur relative), particulièrement pour les placettes témoins. Ces biais importants s’expliquent en bonne partie par des difficultés à simuler le recrutement et la mortalité, particulièrement dans le cas des peuplements dominés par le bouleau jaune (Betula alleghaniensis Britt.) ou ceux ayant subi un chablis majeur en 2006. Dans l’ensemble, ces résultats indiquent que les modèles Artémis-2014 et SaMARE-2006 fournissent des prévisions plus plausibles qu’Artémis-2009, mais font aussi ressortir des pistes d’amélioration pour pallier les principales faiblesses de ces modèles.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Gauthier-Martin-Michel/Note144.pdf
 
Note de recherche forestière n°145

Diamètres à maturité pour l'érable à sucre et le bouleau jaune au Québec

par François Guillemette
Une modalité fréquemment mise de l’avant dans la recherche d’une meilleure rentabilité financière des coupes partielles en forêt de feuillus consiste à récolter plus de gros arbres de belle qualité dans les essences désirées. Cette pratique soulève cependant des inquiétudes à cause du risque de créer des peuplements appauvris. Pourtant, elle n’est pas nécessairement incompatible avec la sylviculture, si elle est bien appliquée aux arbres matures et dans le cadre d’une démarche complète de diagnostic et de prescription sylvicole par l’ingénieur forestier. Or, peu d’études scientifiques permettent de définir les diamètres auxquels les arbres feuillus du Québec parviennent à maturité selon les objectifs de production. L’objectif de la présente étude est donc de calculer, à l’échelle de l’arbre, des diamètres à maturité pathologique, technique et financière selon différentes conditions pour l’érable à sucre (Acer saccharum Marsh.) et le bouleau jaune (Betula alleghaniensis Britt.). Nous avons étalonné des modèles de mortalité et d’accroissement en volume net et en valeur monétaire d’après des observations effectuées sur 5 à 20 ans dans des blocs d’études des coupes de jardinage. Ces modèles ont servi à définir les diamètres auxquels il n’y a plus de gain à laisser croître un groupe d’arbres, compte tenu des pertes par dégradation et par mortalité. Ces diamètres à maturité technique et financière varient de 41 à 47 cm pour le bois d’œuvre de l’érable à sucre et du bouleau jaune vigoureux et de belle qualité, selon l’essence et la situation géographique au Québec. Ils sont de 44 à 60 cm pour la maturité pathologique.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Guillemette-Francois/Note145.pdf
 
Note de recherche forestière n°146

Une nouvelle relation hauteur-diamètre tenant compte de l'influence de la station et du climat pour 27 essences commerciales du Québec

par Isabelle Auger
Les modèles de croissance forestière utilisés dans la planification de l’aménagement forestier s’appuient sur des estimations de la hauteur des arbres obtenues à partir d’une relation hauteur-diamètre (HD) généralisée applicable pour des arbres d’âges et de grandeurs variés. Dans ce contexte, Fortin et al. (2009) ont étalonné une seule relation HD qui utilise l’essence comme variable explicative en plus de tenir compte des caractéristiques de la station et du climat pour 20 essences commerciales du Québec. Toutefois, les paramètres associés à ces variables ne dépendent pas tous de l’essence, entrainant des incohérences dans la prévision de la hauteur de certaines essences. Nous avons mis au point une nouvelle relation HD étalonnée par essence, testé de nouvelles variables explicatives et modélisé de nouvelles espèces afin d’améliorer la fiabilité des prévisions de hauteur. Pour ce faire, nous avons utilisé un modèle linéaire mixte, inspiré du modèle de 2009. Le rapport du diamètre à hauteur de poitrine (DHP) sur le DHP moyen quadratique des arbres de la placette est une variable explicative importante pour la majorité des essences, et c’est l’indice de rang social de l’arbre le mieux corrélé à la hauteur. L’intégration du sous-domaine bioclimatique permet de mieux prendre en compte les disparités régionales que les 4 regroupements de régions écologiques précédemment utilisés. La végétation potentielle a été retenue pour 15 essences. Ce nouveau modèle produit des prévisions légèrement plus précises, mais surtout, certains biais reliés à l’essence ont diminué. Cette nouvelle relation HD servira à estimer la hauteur des arbres dans les modèles de croissance forestière Artémis-2014, Natura-2014 et SaMARE et elle devrait être utilisée pour estimer la hauteur des arbres dans le prochain calcul de possibilité forestière.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Auger-Isabelle/Note146.pdf
 
Avis de recherche forestière n°82
Éclaircie commerciale d’une pinède à pin rouge de 90 ans en Outaouais : de bons rendements dès 10 ans
par Christian Godbout
Le régime forestier de 1986 a instauré la pratique de la coupe d’éclaircie dans l’aménagement des pinèdes. Mais comment les pinèdes à pin rouge réagissent-elles à l’éclaircie commerciale? Quelle surface terrière résiduelle faut-il viser pour obtenir le meilleur rendement? Pour répondre à ces questions, deux intensités d’éclaircie commerciale ont été comparées dans une pinède à pin rouge de classe d’âge de 90 ans d’origine naturelle de l’Outaouais. Les résultats 10 ans après la coupe sont présentés.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Godbout-Christian/Avis82.pdf
 
Avis de recherche forestière n°83
Éclaircie commerciale d’une pinède à pin blanc de 110 ans en Outaouais : de bons rendements dès 10 ans
par Christian Godbout
Le régime forestier de 1986 a instauré la pratique de la coupe d’éclaircie dans l’aménagement des pinèdes. Mais comment les pinèdes à pin blanc réagissent-elles à l’éclaircie commerciale? Quelle surface terrière résiduelle faut-il viser pour obtenir le meilleur rendement? Pour répondre à ces questions, deux intensités d’éclaircie commerciale ont été comparées, en plus d’un témoin, dans une pinède à pin blanc de classe d’âge de 110 ans de l’Outaouais. Les résultats 10 ans après la coupe sont présentés.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Godbout-Christian/Avis83.pdf
 
Avis de recherche forestière n°84

Éclaircie commerciale d’une pinède à pin rouge et d’une pinède à pin blanc : meilleur rendement de la pinède à pin rouge après 10 ans

par Christian Godbout
Le régime forestier de 1986 a instauré la pratique de la coupe d’éclaircie dans l’aménagement des pinèdes. En 1987, deux intensités d’éclaircie commerciale ont été comparées, à la fois dans une pinède à pin rouge de classe d’âge de 90 ans et dans une pinède à pin blanc de classe d’âge de 110 ans, afin d’en déterminer la croissance et le rendement. Les résultats 10 ans après la coupe sont présentés.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Godbout-Christian/Avis84.pdf
 
Avis de recherche forestière n°85
Les vers de terre exotiques au Québec : état de la situation
par Jean-David Moore
Bien qu’historiquement les vers de terre aient été considérés comme bénéfiques pour les écosystèmes dans lesquels ils vivaient, on s’inquiète de plus en plus des effets de la colonisation par les vers de terre exotiques sur les écosystèmes forestiers. Actuellement, les vers de terre au Québec sont, pour la plupart, d’origine européenne. Toutefois, des espèces d’origine asiatique du genre Amynthas, beaucoup plus actives et perturbatrices que celles d’origine européenne, ont colonisé certains sols forestiers des États limitrophes du Vermont, de New York et du Maine. Selon toute vraisemblance, ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne colonisent les forêts du sud du Québec.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Moore-Jean-David/Avis85.pdf
 
Avis de recherche forestière n°86
Impact cumulatif (1940-2010) des feux et des coupes sur la structure de la forêt boréale
par Yan Boucher, M. Perreault-Hébert, R. Fournier, Isabelle Auger, P. Drapeau et M. Seto
Bien que les feux et les coupes soient les perturbations majeures au sein de la forêt boréale, peu d’études ont jusqu’à maintenant quantifié leur importance, de même que leur impact sur la structure des paysages. Afin d’y parvenir, nous avons dressé le bilan des superficies touchées par les feux et les coupes depuis le début du 20e siècle, sur une vaste portion de la forêt boréale du Québec. Les feux ont été la perturbation la plus abon¬dante à l’échelle du territoire étudié. Les coupes ont significativement augmenté le taux de perturbations (+74%); elles ont progressé du sud vers le nord et ont considérablement rajeuni les forêts de la portion méridionale de l’aire d’étude. Dans un contexte d’aménagement écosystémique, le patron de répartition des coupes devrait s’apparenter à celui des feux et se répartir sur l’ensemble de l’aire disponible pour l’aménagement forestier plutôt que de se déployer graduellement du sud vers le nord.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Boucher-Yan/Avis86.pdf
 
Avis technique SSS-03
Estimation de la proportion de volume marchand laissée en forêt en fonction de diamètres d’utilisation, pour les principales essences commerciales de la forêt boréale et mélangée
par Isabelle Auger, Filip Havreljuk et Hugues Power
Au Québec, les industriels doivent récolter le volume des tiges jusqu’à un diamètre d’utilisation de 9 cm. Ce diamètre peut parfois être différent, mais dans ce cas, les outils actuels ne permettent pas d’estimer facilement le volume ainsi abandonné. Afin d’évaluer l’effet d’un changement de diamètre d’utilisation sur le volume laissé en forêt, nous avons produit, à l’aide d’équations de défilement, un tableau de la proportion rejetée du volume par rapport à un diamètre d’utilisation de 9 cm en fonction de diamètres d’utilisation de 11 et 13 cm, du diamètre à hauteur de poitrine et de la hauteur de l’arbre, pour les principales essences de la forêt boréale et mélangée.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Auger-Isabelle/Avis-technique-SSS-03.pdf
 
Avis technique SSRF-10
Croissance et rendement à long terme de plants d’épinette blanche et d’épinette noire de moyennes
et de fortes dimensions
par Nelson Thiffault et Charles Ward
Nous avons évalué, après 16 ans, les effets simples et combinés du scarifiage et du type de plants sur la croissance d’épinettes noires et d’épinettes blanches produites en récipients de 200 cm3, 350 cm3 ou à racines nues et plantées dans le domaine bioclimatique de la sapinière à bouleau jaune. Nous avons aussi estimé l’effet du type de plants sur le rendement en volume de l’épinette blanche en fin de révolution. Nos résultats suggèrent que le type de plants a un effet limité sur la croissance et le rendement en volume, pour autant que la gestion de la végétation soit réalisée de manière appropriée. Le scarifiage du sol ne semble pas requis pour garantir le succès d’établissement dans un tel écosystème.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Thiffault-Nelson/Avis-technique-SSRF-10.pdf
 
Avis technique SSRF-11
Suivi de coupes progressives avec nettoiement des gaules de hêtre
par François Guillemette et Steve Bédard
Un suivi de validation, ou d’effets réels, a débuté en 2015 pour des traitements de nettoiement des gaules de hêtre dans des érablières de l’Outaouais. Les résultats à court terme montrent une production abondante de rejets vigoureux à partir des souches des gaules de hêtres coupés à la débroussailleuse. Les implications de ces premiers résultats sont discutées à la lumière de ceux provenant d’autres dispositifs mis en place depuis 2008 pour résoudre ce problème.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Guillemette-Francois/Avis-technique-SSRF-11.pdf
 
Avis technique SGRE-12
Validation de la méthode utilisée au laboratoire du Centre de semences forestières de Berthier pour déterminer la germination des graines de lots de pin blanc
par Fabienne Colas, M. Bettez et Josianne DeBlois
En conditions opérationnelles, la stratification des graines de pin blanc (Pinus strobus L.) comprend quatre étapes : l’amorçage, la stratification, la désinfection et le séchage. Pour des raisons pratiques, lors de l’évaluation de la qualité des graines au Centre de semences forestières de Berthier, le test en vigueur ne suit pas toutes ces étapes. Nous avons voulu tester si les résultats du test de laboratoire seraient modifiés par l’utilisation de conditions de stratification plus proches de la méthode opérationnelle Photo : Norman Dignard, MFFP
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Colas-Fabienne/Avis-tech-SGRE-12.pdf
 
Avis technique SGRE-13
Utilisation des données d’accroissement potentiel en surface terrière ou d’IQS potentiel à des fins de classification du potentiel de productivité des polygones forestiers
par Catherine Périé et Marie-Claude Lambert
Cet avis technique explique comment utiliser les prédictions d’accroissement potentiel en surface terrière ou d’indice de qualité de station potentiel, ainsi que les valeurs des intervalles de confiance qui leur sont associés, pour localiser sur le territoire d’étude les polygones forestiers qui représentent, en moyenne, le meilleur potentiel de productivité pour chaque essence. Une application web CLASS a été développée dans le but de faciliter l'utilisation des données de productivité potentielle et de contraintes à l'aménagement dans le cadre de l'identification des aires d’intensification de la production ligneuse (AIPL).
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Perie-Catherine/Avis-technique-SGRE-13.pdf
 
Avis technique SGRE-14
Effet de la température de conservation avant ensemencement sur la germination de graines stratifiées et stratifiées séchées d’épinette blanche testées en laboratoire
par Fabienne Colas, Lise Charette et M. Bettez
Les graines d’épinette blanche utilisées pour la production de plants sont stratifiées pour lever leur dormance et uniformiser leur germination. Leur teneur en eau est ensuite réduite pour faciliter leur conservation et leur manipulation. Nous avons appliqué différents régimes d’alternance de températures à des graines stratifiées séchées durant 1 à 4 semaines, afin de voir l’effet de ces conditions sur leur germination subséquente. Globalement, les graines d’EPB stratifiées séchées ont une bonne résistance aux différents traitements, notamment au gel. Nous continuons de recommander que les graines d’EPB stratifiées séchées soient entreposées au froid (+3°C) dès leur réception en pépinière, et que l’ensemencement soit effectué lorsque tout risque raisonnable de gel est écarté. Photo : Norman Dignard, MFFP
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Colas-Fabienne/Avis-tech-SGRE-14.pdf
 
Guide de la DRF
Guide d’utilisation du simulateur de croissance forestière Natura-2014 sur Capsis
par Isabelle Auger
Natura est un modèle de croissance forestière à l’échelle du peuplement pour les forêts du Québec. Il a été développé à la Direction de la recherche forestière du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Ce modèle fait varier directement les caractéristiques dendrométriques d’une placette, sans utiliser d’information à l’échelle de l’arbre, pour simuler l’évolution d’un peuplement. Pour faciliter les simulations, Natura a été intégré à la plateforme Capsis, élaborée par l’Institut National de Recherche en Agronomie de France et ses partenaires. Ce logiciel générique permet d’implanter différents modèles sous une même application, d’effectuer plusieurs simulations dans une même session et de comparer plusieurs scénarios sylvicoles. Il permet aussi de visualiser les résultats de simulation sous forme de graphiques et de les exporter sous forme de tableaux. Ce guide fournit les informations nécessaires à l’utilisation du modèle Natura sur la plateforme Capsis. Il explique la marche à suivre, de l’importation du fichier d’inventaire jusqu’à l’exportation des simulations, et présente les différentes options et fonctionnalités disponibles.
www.mffp.gouv.qc.ca/publications/forets/connaissances/recherche/Auger-Isabelle/GuideUtilisationNatura-2014.pdf
 
Outil cartographique interactif
Atlas interactif : Changements climatiques et habitats des arbres [base de données]
par Catherine Périé, S. de Blois et Marie-Claude Lambert
L’outil Internet – Atlas interactif : changements climatiques et habitats des arbres permet de rendre accessible à tous, les résultats de recherche du projet 1129959220 mené par Catherine Périé de la Direction de la recherche forestière, financé par le Fonds vert du Gouvernement du Québec. Il permet de visualiser l’effet anticipé du réchauffement du climat sur l’habitat futur des 90 essences qui ont déjà, où pourraient avoir dans l’avenir, un habitat favorable à leur présence au sein de la forêt du Québec. Il peut également servir d’aide à la décision pour les questions relatives aux effets anticipés des changements climatiques sur la composition de nos forêts.
www.mffp.gouv.qc.ca/changements-climatiques/outil/carte.html
 

Articles scientifiques

Ces articles sont publiés dans diverses revues scientifiques par des chercheurs de la DRF
(nom en caractères gras), ou encore en collaboration avec ceux-ci. Vous pouvez obtenir l’un
ou l’autre de ces articles en adressant une demande écrite à l’adresse électronique suivante: recherche.forestiere@mffp.gouv.qc.ca.

 
Écologie forestière
Asselin, M., P. Grondin, M. Lavoie et B. Fréchette, 2016. Fires of the last millennium led to landscapes dominated by early successional species in Québec’s clay belt boreal forest, Canada. Forests 7(9): 205; doi:10.3390/f7090205.

Beguin, J., J.-P. Tremblay, N. Thiffault, D. Pothier et S.D. Côté, 2016. Management of forest regeneration in boreal and temperate deer–forest systems: challenges, guidelines, and research gaps. Ecosphere 7(10): e01488.

Boucher, Y., I. Auger, J. Noël, P. Grondin et D. Arseneault, 2017. Fire is a stronger driver of forest composition than logging in the boreal of eastern Canada. J. Veg. Sci. 28: 57–68.
L’historique d’aménagement en forêt boréale méridionale a longtemps été identifié comme la principale cause des changements de composition, notamment l’enfeuillement des forêts. Nos récents travaux montrent que les perturbations naturelles (feux, épidémies de la tordeuse des bourgeons de l’épinette) ont aussi un rôle important à jouer. À partir d’archives, nous avons identifié les perturbations qui avaient provoqué les changements de composition.
Boucher, Y., M. Perrault-Hébert, R. Fournier, P. Drapeau et I. Auger, 2017. Cumulative patterns of logging and fire (1940–2009): consequences on the structure of the eastern Canadian boreal forest. Landsc. Ecol. 32: 361–375.
Nous avons dressé le portrait des feux et des coupes depuis le début du 20e siècle, sur une vaste portion de la forêt boréale du Québec. Les feux ont été la perturbation la plus abondante. Les coupes ont significativement augmenté le taux de perturbations (+ 74 %); ils ont progressé du sud vers le nord et ont considérablement rajeuni les forêts de la portion méridionale de l’aire d’étude.
Laflamme, J., A.D. Munson, P. Grondin et D. Arseneault, 2016. Anthropogenic disturbances create a new vegetation toposequence in the Gatineau River valley, Quebec. Forests 7(11): 254; doi:10.3390/f7110254.
Ouellet, M. et J.-D. Moore, 2016. Silver-white variants of the Eastern Red-backed salamander, Plethodon cinereus, from Eastern Canada. Can. Field Nat. 130(2): 133–136.
 
Écosystèmes et environnement
Fontaine, L., N. Thiffault, D. Paré, J.A. Fortin et Y. Piché, 2016. Phosphate-solubilizing bacteria isolated from ectomycorrhizal mycelium of Picea glauca are highly efficient at fluorapatite weathering. Botany 94(12): 1183-1192. doi: dx.doi.org/10.1139/cjb-2016-00089.

Lawrence, G.B., I.J. Fernandez, P.W. Hazlett, S.W. Bailey, D.S. Ross, T.R. Villars, A. Quintana, R. Ouimet, M.R. McHale, C.E. Johnson, R.D. Briggs, R.A. Colter, J. Siemion, O.L. Bartlett, O. Vargas, M.R. Antidormi et M.M. Koppers, 2016. Methods of soil resampling to monitor changes in the chemical concentrations of forest soils. J. Vis. Exp. 2016 Nov 25; (117): e54815.

 
Production de semences et de plants

Abidine, A.Z.E., M. Bouderrah, A. Bekkour, M.S. Lamhamedi et Y. Abbas, 2016. Croissance et développement des plants de deux provenances de chêne-liège produits en pépinière dans des conteneurs de différentes profondeurs. For. méditerr. 37 (2): 137–150.

Abidine, A.Z.E., M. Bouderrah, A. Moustahssen et M.S. Lamhamedi, 2016. Relations hydriques et croissance de plants soumis à un déficit hydrique édaphique graduel - Cas du cèdre de l’Atlas, du pin maritime de montagne et du cyprès de l’Atlas. For. méditerr. 37(4): 327–342.

Albouchi, A., Z. Bejaoui, M.S. Lamhamedi, M. Abassi et M.-H. El Aouni, 2016. Relations hydriques chez trois clones de peuplier euraméricain soumis à un gradient d’hydromorphie / Water relations in three Euramerican poplar clones subjected to a gradient of waterlogging. Geo-Eco-Trop 40(4): 345–400.

Gaba-Chahboub, H., M.S. Lamhamedi et O. Abrous-Belgachir, 2016. Effet de l’inoculation ectomycorhizienne en pépinière sur la croissance et la nutrition des plants du cèdre de l’Atlas en Algérie. Bois For. Trop. 330(4): 57–68.

Girard, D. et J. Gagnon, 2016. Wireless network of electronic scales to monitor the substrate volumetric water content for managing irrigation of containerized seedlings produced in forest nurseries. TPN 59(2): 9–19.
Pour aider les producteurs de plants de reboisement à gérer l’irrigation des cultures, un réseau sans fil de balances a été mis au point pour mesurer la teneur en eau du substrat par gravimétrie. À intervalles réguliers, des balances alimentées par des piles envoient leurs données de masse par un réseau de routeurs jusqu’à un récepteur situé au bureau de la pépinière.

Villeneuve, I., M.S. Lamhamedi, L. Benomar, A. Rainville, J. DeBlois, J. Beaulieu, J. Bousquet, M.-C. Lambert et H. Margolis, 2016. Morpho-physiological variation of white spruce seedlings from various seed sources and implications for deployment under climate change. Front. Plant Sci. 7 : 1450; doi: 10.3389/fpls.2016.01450.

 
Sylviculture et rendement des forêts naturelles - peuplements résineux
Splawinski, T.B., I. Drobyshev, S. Gauthier, Y. Bergeron, D.F. Greene et N. Thiffault, 2016. Precommercial thinning of Picea mariana and Pinus banksiana: Impact of treatment timing and competitors on growth response. For. Sci. 63(1) :62-70(9) (doi: dx.doi.org/10.5849/forsci.15-178).
 
Sylviculture et rendement des forêts naturelles - peuplements mélangés
Kabrick, J.M., K.L. Clark, A.W. D'Amato, D.C. Dey, L.S. Kenefic, C.C. Kern, B.O. Knapp, D.A. MacLean, P. Raymond et J.D. Waskiewicz, 2017. Managing hardwood-softwood mixtures for future forests in eastern North America: Assessing suitability to projected climate change. J. For. doi: org/10.5849/jof.2016-024.
Kern, C.C., J.I. Burton, P. Raymond, A.W. D'Amato, W.S. Keeton, A.A. Royo, M.B. Walters, C.R. Webster et J.L. Willis, 2017. Challenges facing gap-based silviculture and possible solutions for mesic northern forests in North America. Forestry 90(1): 4–17.
 
Sylviculture et rendement des plantations
Thiffault, N., A. Paquette et C. Messier, 2017. Early silvicultural guidelines for intensive management of hybrid larch plantations on fertile sub-boreal sites. Silva Fenn. 51(2): article id 1716.

Nous avons démontré que pour les plantations de mélèze hybride, les besoins en dégagement mécanique ne sont pas réduits en augmentant l’intensité de la préparation de terrain. Nos résultats indiquent aussi qu’une large gamme de préparations de terrain résulte en des croissances similaires, ce qui permet aux sylviculteurs de choisir le traitement le plus approprié en fonction d’autres enjeux. Finalement, nous avons confirmé que la profondeur de mise en terre n’a pas d’influence sur la croissance et la survie des plants. Ces résultats ont des retombées directes pour la sylviculture intensive des plantations.

Trottier-Picard, A., É. Thiffault, N. Thiffault, A. Desrochers, D. Paré et C. Messier, 2016. Complex impacts of logging residues on planted hybrid poplar seedlings in boreal ecosystems. New For. 47(6) : 877-895. doi: 10.1007/s11056-016-9550-8.
Urli, M., N. Thiffault, M. Barrette, L. Bélanger, A. Leduc et D. Chalifour, 2017. Key ecosystem attributes and productivity of boreal stands 20 years after the onset of silviculture scenarios of increasing intensity. For. Ecol. Manage. 389: 404–416.
 
Modélisation de la croissance et du rendement des forêts
Power, H. et F. Havreljuk, 2016. Predicting hardwood quality and its evolution over time in Quebec’s forests. Forestry doi: 10.1093/forestry/cpw059.
Les placettes-échantillons permanentes et temporaires du réseau de la Direction des inventaires forestiers ont servi à développer des équations de prévision et d’évolution de la classe de qualité des tiges d’essences feuillues. À l’exception des plus grosses tiges, l’amélioration de la classe de qualité s’est avérée positivement corrélée au DHP et à la surface terrière du peuplement. Les équations ont été intégrées dans le modèle de croissance Artémis-2014.
Sylvain, J.-D., G. Drolet, N. Thiffault, J. Beguin et F. Hébert, 2017. A conditional probability index to quantify the amplitude and the direction of spatiotemporal changes in communities. Ecosphere 8(4): Article e01782.
Nous proposons un nouvel indice (DBCI) permettant de quantifier l’intensité et la direction des changements observés dans un écosystème par rapport à un état de référence donné. Nos travaux montrent que les indicateurs de similarité courants sont incomplets et parfois insensibles, et qu’ils peuvent donc fournir un portrait inadéquat de l’effet des changements globaux sur les communautés. Le DBCI, pour sa part, fournit une estimation précise de l’intensité et de la direction des changements. Cet indice peut être interprété comme une probabilité conditionnelle.
 
 
Article professionnel
 
Waldron, K., J.-M. Lussier, N. Thiffault, F. Bujold, J.-C. Ruel et B. St-Onge, 2016. The Delphi method as an alternative to standard committee meetings to identify ecological issues for forest ecosystem-based management: A case study. For. Chron. 92(4): 453–464.
 
 
Articles de vulgarisation
 
Colas, F. et M. Bettez, 2017. Tree seed testing overview. Tree Seed Working Group - News Bulletin Canadian forest genetics association / Association canadienne de génétique forestière. 64(December): 20–21.
Afin d’alimenter le Centre de semences forestières de Berthier dans sa réflexion pour le choix d’un germoir, nous avons demandé, par l’entremise du groupe de discussion de l’Association canadienne de génétique forestière, quelles étaient les méthodes utilisées pour les tests de germination dans les différents laboratoires. Ce texte est une compilation des informations reçues.
Dignard, N. et D. Tousignant, 2017. Pierre Masson (1919–2016), botaniste et bryologue. Le Naturaliste Canadien 141(1): 24–26.
Après une carrière qui s’est étirée sur près de 60 ans, le botaniste Pierre Masson est décédé en 2016. Il a été chercheur à la Direction de la recherche forestière et conservateur des cryptogames de l’Herbier du Québec de 1972 à 1987. Son héritage scientifique comprend des communications, des conférences, des travaux sur les bryophytes et surtout près de 31 000 récoltes de spécimens de flore. Nous lui rendons hommage.
 
 
Rapports divers
 
Comité d'experts sur l'aménagement écosystémique des forêts et les changements climatiques, 2017. L'aménagement écosystémique des forêts dans le contexte des changements climatiques - Rapport du comité d'experts. 29 p.
Couillard, P.-L., M. Frégeau, S. Payette, P. Grondin, M. Lavoie et J. Laflamme, 2016. Dynamique et variabilité naturelle de la pessière à mousses au nord de la région du Lac-Saint-Jean. Gouvernement du Québec, ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Direction des inventaires forestiers. 35 p.
 
 
Toutes les publications produites par la Direction de la recherche forestière, du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, sont protégées par les dispositions de la Loi sur le droit d'auteur, les lois, les politiques et les règlements du Canada, ainsi que par des accords internationaux. Il est interdit de reproduire, même partiellement, ces publications sans l'obtention préalable d'une permission écrite.

Si vous souhaitez changer votre adresse de courrier électronique, veuillez nous en aviser sans tarder. De cette façon, vous serez encore en mesure de recevoir les prochains avis de parution. Si vous voulez que votre nom soit retiré de notre liste d'envoi, veuillez nous en aviser en cliquant ici.