Programme de protection contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette pour la petite forêt privée

L’épidémie de TBE qui sévit dans certaines régions du Québec met en péril de nombreuses plantations ou autres peuplements ayant bénéficié de travaux sylvicoles par le passé ainsi que certains peuplements naturels en petite forêt privée. Afin d’accroître la protection des investissements qui ont été consentis depuis près de 30 ans, le Gouvernement du Québec a investi 20 M$ dans un programme de pulvérisations aériennes d’insecticide biologique contre la TBE dans les petites forêts privées (superficie de plus de quatre hectares d’un seul tenant). Ce programme sera déployé jusqu’au 31 mars 2023.

Le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a mandaté la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) pour la mise en œuvre de ce programme.

Critères du programme

Seuls les propriétaires reconnus comme producteurs forestiers ayant des peuplements répondant aux critères suivants sont admissibles au programme de protection :

  • Être composés principalement de sapin baumier, d’épinette blanche et d’épinette de Norvège;
  • Être âgés de 21 à 60 ans (classes d’âge 30 et 50);
  • Être sous aménagement (plantations, éclaircies précommerciales ou commerciales).

De plus, les aires admissibles à la protection doivent avoir une superficie minimale de 4 hectares et une largeur minimale de 80 mètres. Les efforts de protection seront concentrés dans les secteurs où le risque de mortalité est le plus élevé.

Les régions visées par ce programme sont le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie−Îles-de-la-Madeleine, le Saguenay−Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord.

D’autres interventions pour lutter contre la TBE

Le Ministère détient l’expertise pour suivre l’évolution de l’épidémie de TBE et intervient pour en limiter les pertes économiques. Outre les investissements réalisés dans des programmes de pulvérisations aériennes, le Ministère priorise la récolte des peuplements les plus vulnérables et recommande de moduler les travaux sylvicoles dans les peuplements à risque. À cette fin, plusieurs mesures ont été mises en œuvre jusqu’à maintenant, notamment :

  • la réalisation de guides de modulation des travaux d’aménagement et la formation d’aménagistes;
  • la mise en œuvre de stratégies régionales où sévit l’épidémie de la TBE;
  • l’élaboration d’un plan de communication afin de favoriser le transfert d’information auprès des partenaires;
  • le déploiement d’un outil d’estimation de la vulnérabilité des peuplements à la TBE afin d’orienter la récolte préventive dans les peuplements vulnérables.

Voir également :